>>>       Tous les jardins virtuels       Echange de graines et plantes       Forum Jardinage       Identification de plantes       Calendrier lunaire
  Floraly’s Bio Garden   
Jardin virtuel de chan
Nom : chan
Lieu : 50 - Manche
Membre depuis 2011

Notes : 0 / 0 / 0
Liste d'amis jardiniers :
Voir +   Ajouter à ma liste

Accueil

Visiter mon Jardin Virtuel

  - Le jardin dans son ensemble

  - Les fleurs

  - Le potager

  - Le verger

  - Les allées

  - Les arbres

  - Les animaux et insectes

  - Au gré des saisons

  - Les endroits magiques

  - Les insolites

  - Moi dans le jardin

  - Photos divers

Fleurissez mon Jardin
Mes amis jardiniers
Livre d'or & Coup de coeur

Mon jardin d'avant !
Le monde de Sissy !
l'Histoire de mon verger !
Mon jardin de curé ! le coin des plantes et des aromates
Mon petit jardin d'agrément - Fleurs, Exotisme, Rosiers
Des endroits pour rêver et pour des petits secrets !!
La Nature m'inspire !!
Le Mag du mois.....
Contact

 GRATUIT :
Magazine Jardin



Magazine
"Petit Jardin" sur
le jardin et les plantes






Lire le N°163
magazine jardinage
de Decembre


Le recevoir gratuitement





Le Mag du mois..... :


Agrandir la photo
Mag du mois d'Octobre 2019
LE RAISIN (UVA)

En latin le raisin se dit « uva "que l’on retrouve dans l’adjectif «uval», " krappa " signifiait en germanique "crochet" le mot a été appliqué à la grappe en raison de sa forme recourbée.

BOTANIQUE :

Le raisin, fruit de la Vigne (Vitis vinifera). de la famille des Vitacées. famille de plantes dicotylédones qui comprend 700 espèces réparties en 17 genres.
Ces espèces sont principalement des lianes ou des arbustes, parfois des plantes herbacées souvent grimpantes de régions tempérées ou tropicales. L'espèce de cette famille la plus connue est Vitis vinifera (vigne cultivée) qui sert à produire le vin ; D’autres vignes comme la vigne vierge et plusieurs vignes tropicales sont décoratives à feuillage persistant dites "d'appartement"

La vigne est formée de grappes composées de nombreux grains qui sont considérés comme étant des baies, le raisin est un fruit à péricarpe entièrement charnu) contenant des pépins. c’est un des fruits les plus cultivés au monde.
La vigne poussait déjà sous forme de vigne sauvage, lianes sauvages qui poussaient sur les arbres des lisières jusqu'à atteindre plusieurs dizaines de mètres de hauteur.

ORIGINE ET HISTOIRE :

Des fouilles ont mis au jour des restes fossilisés d'une vigne de l'ère (du paléocène) qui a été baptisée Vitis sezannensis. Cette variété, disparue de l'Europe lors de la glaciation de Riss subsiste de nos jours dans le sud-est du continent américain. Des restes archéologiques de pépins de vigne sauvage ont été attestés il y a 11 000 ans.

Les nombreux pépins retrouvés sur les sites archéologiques montrent que nos ancêtres du Néolithique consommaient le raisin. À cette époque, la chasse et la cueillette fournissaient la majeure partie de leur alimentation... ils ont probablement commencé par fabriquer des boissons fermentées avant de la cultive.

L'histoire du raisin remonte à 6000 ans avant J.C, où l'on trouve traces en Mésopotamie puis en Europe Centrale : Arménie, Azerbaîdjan et Georgie. La vigne poussait déjà en Europe occidentale à la fin de notre ère, des empreintes fossiles de feuilles de vigne ont été retrouvées dans des sédiments calcaires du Languedoc !

Dans l’antiquité le raisin s’est répandu d’abord dans le nord de l’Afrique, pour sa culture puis s’étendit en Méditerranée (grèce,Italie,Espagne,sud de la France) (1ooo à -5oo av notre ère) puis au Nord, Suisse et Allemagne sous l’influence des Romains aux environs de 600 av.notre ère) les Phocéens, (Marseille), implantèrent, la vigne en Gaule. Au moyen Age, on en implantera en Grande Bretagne (5oo av notre ère).
On attribuait aux raisins secs, la victoire du général carthaginois Hannibal sur les Romains. Il aurait fait traverser les Alpes à ses soldats en les nourrissant de raisins secs ! Tandis que Christophe Colomb aurait pris soin d’en emporter sur ses bateaux avant d‘entreprendre la traversée de l’Atlantique.

En France, c'est François 1er qui fit entrer à Fontainebleau le raisin de Table qui acquiert ses lettres de noblesse et devint dessert du roi !Il. Il connut au cours du XXème un développement considérable, notamment aux évolutions des moyens de transport et de commercialisation
Au XVIIème siècle, dans les banquets de Louis XIV, apparaissaient les meilleurs raisins de table. Selon La Quintinie, il s’agissait du Chasselas de Bar-sur-Aube, du Muscat de Touraine et du raisin dit de Corinthe. Les raisins du Midi de la France, également réputés, étaient expédiés à Paris à dos de cheval ou de mulet, dans des caisses garnies de son.

VARIETES :

Variétés Blanches :
Ora : Le plus précoce, grain jaune doré à la peau fine et à la chair juteuse légèrement aromatique : disponible de fin juillet à fin août.
Danlas : Variété précoce ,résistant, gros grain rond, peau épaisse, sucré, croquant et juteux, légèrement aromatique : Disponible de mi-août à début octobre
Chasselas : Variété ancienne, grain moyen sphérique, senteur florale et fruitée. Sous sa fine peau se cachent des arômes de cerises et de noisettes. Il s'accorde parfaitement avec du fromage ou de la charcuterie. Le "Chasselas de Moissac", doté d'une appellation d'origine, est renommé : Disponible de fin août à fin octobre
Centennial : très aromatique à grosse grappe, ferme et croquante : Disponible en septembre et octobre
Italia (ou Idéal) : Très gros grain ovoïde, de saveur musquée. Très résistant, très cultivé en Italie : Disponible septembre/décembre


Variétés noires :
Cardinal : Gros grain sphérique rose à rouge violacé, peau épaisse et juteuse. Le plus précoce (originaire des Etats-Unis) :Disponible fin juillet/août
Prima : La plus précoce des variétés à grains ronds, à la pulpe ferme et craquante : Disponible dès mi-juillet jusqu'à mi-août.
Lival : Gros grain d’un noir bleuté, peau épaisse, pulpe ferme et juteuse. Variété précoce, résistante, d'introduction récente : Disponible tout le mois d’août
Alphonse Lavallée : Gros grain sphérique noir à peau épaisse. Variété résistante au transport. Sa pulpe ferme et charnue se prête aux tartes et clafoutis : Disponible fin août/octobre
Muscat de Hambourg : Variété ancienne, petit grain bleuté noir, de forme allongée, peau assez fine, au goût "musqué", très apprécié. Conservé au froid, se commercialise jusqu'à Noël. Délicieux en accompagnement des viandes : Disponible début août/début novembre.
Ribol : - Gros grain noir, ovoïde, peau épaisse, pulpe charnue. Variété tardive et résistante. Disponible mi-octobre/novembre

Variétés roses :
La variété la plus répandue est la Red Globe au grain sphérique, gros, rose à rose violacé est ferme et également la Crimson, tardive, on grain allongé, rouge, croquant, est acidulé.

Quelques autres variétés :
Blancs : chasselas de Thomery - dattier de Beyrouth -madeleine royale - mireille - perle de Csaba - perlette - sultanine
Noirs : bleu de Franconie - frankenthal - muskat bleu
Rosés : doukkali - koshu

COMPOSITION ET VALEUR NUTRITIVE :

Glucides (sucres), protides, lipides, eau fibres alimentaires, minéraux : phosphore, calcium , soufre, magnésium, sodium, chlore, fer, cuivre, zinc, manganèse, cobalt, nickel, chrome, iode, fluor, vitamines : B1,B3,B5,B9,C,E,P ,acides organiques , Oligo- éléments, pigments anthocyaniques et polyphénols,flavoides.

PROPRIETES :

Bien sucré, gorgé de soleil, le raisin est le fruit incontournable de l’automne. En consommer c’est s’assurer la pleine forme et une mine resplendissante !
Le raisin se situe parmi les fruits les plus caloriques, au même rang que la figue fraîche (seule, la banane le surpasse, avec environ 90 kcalories aux 100 g). C’est le fruit de l’énergie par excellence car il contient de nombreux sucres facilement assimilables (glucose et fructose). Le taux de sodium restant très bas (2 mg), il en résulte un rapport potassium/sodium élevé, ce qui lui donne des propriétés diurétiques.
Il a un rôle très bénéfique sur le fonctionnement du système nerveux et musculaire. il est indiqué pour tous ceux dont les besoins énergétiques sont importants : enfants en pleine croissance, sportifs. En cure, à l’automne, il permet de résister à tous les petits maux de l’hiver.
Très riche en polyphénols, puissants antioxydants, le raisin possède des vertus protectrices qui agissent à différents niveaux : Il protège le système cardio-vasculaire en freinant son vieillissement, il limite la formation du mauvais cholestérol et améliore la résistance des vaisseaux sanguins. La feuille de vigne est l’ingrédient vedette pour lutter contre les jambes lourdes. Par son action fluidifiante, elle draine les toxines et améliore ainsi la circulation sanguine et réduit les problèmes de rétention d’eau.

UTILISATIONS :

Comme fruit (frais comme raisin de table ou sous forme de raisins secs), pour l'alimentation et la santé Les rouges sont les plus sucrés.

Pour produire du vinaigre de vin ; le Pekmez, sirop épais consommé en Turquie, de l’huile de pépins de raisin du mout de raisin, du jus de raisin et des alcools et spiritueux (vin blanc, rouge ou rosé, pétillant, champagne…), ainsi depuis peu des vins sans alcool, dépourvu de leur éthanol (alcool).

Le raisin sert surtout à la fabrication du vin à partir de son jus fermenté il est utilisé surtout en jus de raisin en pâtisserie ou en cuisine.

Dans la cuisine :

Avec les baies on produit une huile de pépins de raisins pressée à froid, c’est la seule huile au monde qui contient de la procyanidine, (antioxydant le plus efficace contre l’oxydation de la peau, c'est-à-dire une action sur son vieillissement). Elle possède aussi des propriétés anti-cholestérol reconnues elle vous permet d’alléger votre cuisine ! le raisin peut être utilisé en garniture de gibier. Le raisin peut être cuit en confitures, il se conserve très bien sec.

A éviter :
Si vous êtes allergique à l’aspirine, car il contient en grande quantité du salicylate, dans un de ses composants. Si vous avez les intestins sensibles car les pépins sont souvent irritants. Si vous souffrez de diabète car il contient beaucoup de sucre.

AUTRES UTILISATIONS :

Pour la beauté :

Présents principalement dans les pépins, les polyphénols piègent également les radicaux libres ( responsables du vieillissement cutané) 10 000 fois plus actifs que la vitamine E ils renforcent le collagène et l’élastine de la peau. En mangeant régulièrement du raisin, vous aurez le teint éclatant et unifié.
La pulpe gorgée d’oligo-éléments et de minéraux (potassium, calcium) bons pour une peau et de cheveux en bonne santé.

Pour une peau éclatante, écrasez quelques raisins dans du miel, étendre sur la peau et laisser agir 20 minutes, bien rincer et appliquer ensuite votre crème de jour ou de nuit. (il est utilisé dans certains soins d’instituts de beauté.

Diététique :

Chaque automne pour ceux qui connaissent, il est habituel de faire un petit nettoyage de l’organisme avant l'hiver. Profiter du moment où le raisin est disponible sur le marché pour faire une petite cure de raisin, cela permet un nettoyage hépatique, aide vos intestins, et c’est bon pour votre teint …


MA RECETTE DU MOIS :
Poêlée de raisins au miel et au romarin

4 Pers - cuisson et préparation 20 mn

INGRÉDIENTS :
500 gr de raisins blancs et noirs, 2 pommes, 25 gr de beurre, 3 c a soupe, 1 branche de romarin

PRÉPARATION
Coupez les pommes en 4 puis ôtez le cœur. Détaillez les quartiers en fines lamelles. Égrainez les grappes de raisin. Faire fondre le beurre dans une grande poêle. Quand il commence à être légèrement noisette, mettez les quartiers de pommes à dorer. Retournez-les quand ils sont bien dorés sur une face puis ajoutez le romarin. Augmentez légèrement le feu puis ajoutez les grains de raisin. Arrosez de miel. Laissez cuire 3 min en remuant délicatement. Otez la branche de romarin et servez chaud avec de la glace à la vanille.

Bonne rentrée dans l'automne!)gr




Agrandir la photo
Le Mag du mois d'Avril 2019
LA BANANE (Musa spp) LA FIGUE DES JARDINS

Le bananier (Musa), n’est pas un arbre mais une plante herbacée géante qui fait partie des plantes monocotylédones vivaces de la famille des Musaceae (peut pousser jusqu’à 10 mètres de haut)
On compte dans cette famille : palmiers, agaves, mais aussi lys, orchidées, (dont la vanille).

Cette famille des musacées ne comprend que 2 genres botaniques le type Musa, le plus répandu. Ce genre se divise entre 30 et 50 espèces dont plusieurs poussent à l’état sauvage.
C’est une espèce monocarpique (qui ne possède qu'un seul bourgeon), le végétal meurt après la floraison qui se produit au bout de sept mois) les feuilles se recouvrent partiellement et constituent un « faux tronc » elles peuvent atteindre 4 m de long et 1 m de large. La tige du bananier est souterraine. Elle apparaît sur un rhizome, qui produit régulièrement de nouvelles tiges. Un bananier ne produit qu'un seul régime de bananes à la fois, d’où l’importance de le couper après la récolte pour laisser la place au suivant.
Étymologie
Le mot « banane » est dérivé du portugais « banana » emprunté au bantou de Guinée et à l’arabe « banan » qui signifie « doigt, elle est aussi appelée : « figue des jardins » ou « pomme de paradis ».

Botanique :

La banane est le fruit ou la baie du bananier. Les bananes sont généralement stériles issus de variétés domestiquées. C'est un long fruit légèrement incurvé, souvent regroupé sur le bananier en grappes nommées « régimes ».

La banane possède une peau de couleur jaune, verte ou rouge, selon les espèces. La chair du fruit est généralement blanc crème, mais certaines rares variétés ont une pulpe colorée (Isla du Pérou à chair bleue).

Origine et Histoire :

La région d'origine de la banane se trouve entre l'Inde et les îles mélanésiennes du Pacifique en passant par l'Indonésie et la Nouvelle-Guinée. Le bananier vit dans les pays tropicaux, sous un climat chaud et humide.
Les formes sauvages Musa acuminata et Musa balbisiana se rencontrent dans une grande partie du Sud Est Asiatique, de l’Inde à la Nouvelle-Guinée. On retrouve encore dans ces régions des bananiers sauvages riches en graines et pauvres en pulpe dans les milieux ouverts (clairières, lisières des forêts).

La plus ancienne trace fossile du bananier a été trouvée en Inde. Elle date de plus de 50 millions d’années au Cénozoique (Débutant il y a 66 millions d'années,, après l'extinction du Crétacé…..) On pense que le fruit n’était pas consommé par nos ancêtres chasseurs-cueilleurs avant la domestication de la plante, le fruit peu charnu contenait des graines non comestibles. Les pêcheurs primitifs se servaient des fibres de sa tige pour fabriquer des filets, des cordages, des vêtements, les feuilles étaient utilisées pour des usages de la vie quotidienne pour emballer et servir la nourriture et de couverture pour les abris.

La banane ne semble pas avoir été consommée par les Égyptiens, les Grecs ou les Romains, et ne serait apparue au Proche-Orient qu’au VIIe siècle de notre ère. En 650 Les conquérants islamistes importent des bananes en Palestine sur l’île de Madagascar puis aux Canaries, les marchands d’esclaves arabes les transportent à leur tour en méditerranée Afrique du nord et Espagne puis dans toute l'Afrique

Ce fruit très ancien ne fut cependant connu des Européens qu’à la fin du XVe siècle aux Antilles. En 1516 un moine franciscain portugais, Fray Tomas de Berlanga les apporte dans l'île des Caraïbes de Santo Domingon,la banane deviendra populaire dans l'ensemble des Caraïbes et en Amérique Centrale.

Symbolique :
600 à 500 ans av. J.-C : En Inde, les écritures Pali, mentionnent ce fruit comme un symbole de « fragilité et d'instabilité des choses de ce monde » (parce que sa partie aérienne meurt après avoir fructifié). Elle était considérée par les hindous comme le «fruit du paradis». Au Skri lanka les feuilles de bananiers ont été utilisées lorsqu’ils furent chassés du Paradis.
La banane en France a été immortalisée par Joséphine Baker qui l’a popularisé sur scène apparaissant nue seulement vêtue d’une ceinture de bananes plantains surnommées « Oh, la, la ! Madame » par les Antillais et les Réunionnais. Le fruit provenant des Antilles se répand rapidement en Europe.

Culture :

Sa culture, d’abord domestique et locale, mit quelques siècles à s’exporter sur le continent européen . Elle ne se répandra en Europe et en Amérique du Nord qu’au XIXe siècle, les navires étant alors plus rapides et les méthodes de conservation mieux maîtrisées. La distribution commerciale de la banane débute en Floride, vers 1870.

Variétés :

On compte 1000 à 1500 variétés dans le monde, subdivisés en 50 groupes, Elles sont toutes tropicales
La variété Musa acuminata banksii est à l’origine de la plupart des bananes qui sont cultivées aujourd’hui, y serait née répandue en Asie du Sud-Est et hybridée avec les variétés locales

De cette variété d’origine on distingue 2 grandes variétés connues :

Gros Michel : appelée Guineo Gigante, originaire de l'Asie du Sud-Est (Birmanie, Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Sri Lanka).et importée en Martinique vers 1820 par des officiers et colons français qui donnèrent cette appellation en raison de la taille du fruit

Cavendish : Banane dessert, la plus courante sur nos étals. assez sucrée, mesurant 15 à 17 cm. la « grande naine » (Giant Cavendish) et la « petite naine » (Canaries ou Dwarf Cavendish) Provenance : Antilles,Amérique centrale, Canaries.

Musa paradisiaca: Banane plantain, consommée bouillie ou en friture. longue et ovale, à la chair fibreuse et très sèche, non sucrée. Provenance : Costa Rica, Equateur, Colombie, Martinique, Côte d’Ivoire.

banane plantain : 2 variétés de bananes cultivées en Thaïlande (Palo et Hom) fruit d'une variété de musa paradisiaca (banane jaune), peau verte et chair un peu rosée, à chair ferme; plus grosse et plus longue que la banane fruit et plus farineuse. Servie entière, en purée, ou en frites

Banane indienne Haberli’s : fruit rare d’environ 7 cm arome banane, ananas, mangue vanille chaire jaune très juteuse (se mange à la cuillère) en provenance Inde

La Mysore : le goût rappelle celui de la Figue-pomme, peau épaisse, n’éclate pas à maturité. Extrêmement rustique et résistante, Provenance : Inde

Autres variétés :

Banane rose dessert :Mexique, Cote d’Ivoire - Banane Lakatan, Philippines - Banane Pisang Lilin rustique,Indonésie - Banane Poyo Poyo verte,Antilles,Côte d’Ivoire, Cameroun - Figue pomme jaune ou Manzano, gout de fraise, très sucré, peu importée en France car trop fragile, Antilles. Amérique centrale,Mexique, Caraibes, Asie, Afrique

Banane à bière : Parmi les variétés de bananiers existantes, l’une d’entre elles permet de produire de la bière et du vin après fermentation de ses fruits amers. Elles se caractérisent par une pulpe amère. elles produisent un « vin de banane », particulièrement apprécié dans la région des Grands Lacs en Afrique. Elles ne sont produites que dans l'est de l'Afrique principalement au Burundi, en Ouganda, au Rwanda, en Tanzanie et en RD Congo, où les bananeraies sont nombreuses. La bière de banane est une boisson alcoolisée Les variétés de bananier à bière appartiennent au groupe Musa acuminata.

Maladies :
En 1940 : Une grave maladie, dite « de Panama », appelée aussi « jaunisse fusarienne » causée par le champignon Fusarium oxysporum) décime les plantations de « Gros Michel », entraînant sa disparition progressive. À partir de 1960 : la « Gros Michel » est systématiquement remplacée par des bananes résistantes à la maladie, appartenant au sous groupe « Cavendish ». Aujourd'hui : La quasi-totalité des bananes dessert d'exportation sont encore de type « Cavendish ».

Nutriments :

Acide malique, amidon (traces), calcium, cellulose, chlore, dextros, en eau (75%), fer, fibres, fructose, glucides, glucose, gommes, graisses (0.18%), hydrates de carbone (15%), huiles essentielles , lévulose, magnésium, manganèse, niacine, pectine, ph, soufre, sucres, tanin, Vitamine A, B1, B2, B3, B6, B9, C, D, E, zinc . dans la banane plantain on rencontre des antioxydants , dopamine, flavoides, amidon,

Propriétés :

La banane est un fruit très nourrissant (90 kcal/100 g) et très digeste en raison de sa faible teneur en graisses. très riche en sucres très facilement assimilable par l'organisme. Plus le fruit mûrit et plus son taux de sucre augmente. La banane verte est très riche en amidon qui se transforme en sucre au fur et à mesure qu'elle mûrit. C'est un des fruits les plus consommés au monde grâce à sa grande valeur nutritive.

Grâce à son taux de sucre, la banane est recommandée aux sportifs, aux intellectuels, aux femmes enceintes et aux enfants en pleine croissance, aux vieillards et aux personnes qui font un travail de force .
Elle a une action équilibrante pour le système osseux et nerveux, le surmenage.
La banane est expectorante. Si elle est consommée régulièrement, elle stabilise la sérotonine, (évite la dépression et le stres). Un régime à base de bananes produit l'alcalinisation du sang.

La banane contient peu de protéines et possède un grand pouvoir calorique, elle produit rapidement un sentiment de satiété, on peut l'utiliser pour traiter l'obésité. Elle permet la désintoxication de l'organisme et grâce à ses huiles essentielles, elle facilite la digestion et la production de sécrétions digestives.
La pectine de la banane favorise le mouvement péristaltique de l'intestin grêle. Elle doit faire partie de l'alimentation des personnes en convalescence ou des anémiques.

Grâce à sa composition en fer et en vitamines, la banane stimule la formation d'hémoglobine et des globules rouges.

Comme la plupart des fruits, la banane devrait être consommée à jeun, avant les repas ou entre ceux-ci. Consommée à la fin d'un repas, elle peut devenir indigeste.

Les sucres facilement assimilables de la banane préviennent les crampes musculaires et les problèmes articulaires. l’alpha-carotène, favorise la croissance des os et des dents, maintient la peau en santé et protège contre les infections.

Contre-indication :
La banane est contre-indiquée aux diabétiques, aux malades du foie, de la vésicule biliaire et à ceux qui ont des calculs biliaires.
Elle est contre-indiquée aussi aux dyspeptiques et à ceux qui ont une digestion lente.

A éviter :
manger la banane avec des aliments riches en amidon comme les pommes terre ou les céréales.

Utilisations culinaires :

Crue : en salades de fruits, aux céréales, dans les crêpes, ou en brochettes, avec d’autres fruits. Dans les mousses, sorbets, glaces. préparations de pains, muffins, gâteaux, tartes, etc. avec du lait, du yogourt, du fromage blanc, du lait de soya ou du tofu, et d’autres fruits.

Cuite : Les bananes plantains bien mûres dans de l’huile d’olive sont servis en général comme légume d’accompagnement. Ajoutez des tronçons de banane plantain ou de banane verte aux currys ou autres types de ragoûts. Au lait de coco. additionné de miel. Poisson à la banane plantain.

A Savoir :
Ne pelez la banane qu’au moment de la consommer ou de la préparer, car sa chair s’oxyde au contact de l’air. S’il faut la peler à l’avance, on arrose légèrement de citron.

Autres utilisations:

Le bananier est également cultivé pour ses usages dans l’habitation et au quotidien. Certaines variétés permettent de produire des fibres végétales extrêmement résistantes. Les feuilles sont également utilisées pour fabriquer toitures et emballages, ou encore pour cuire les aliments en papillote.



La recette de cuisine créole :

MOUSSE A LA BANANE

Niveau de difficulté : Facile
Temps 1 heure

Ingrédients : pour 4 personnes
4 bananes, le jus d’un demi citron, 25 cl de crème fraîche
2 sachets de sucre vanillé, 2 cuillerées à soupe de sucre , une cuillère à soupe de rhum blanc, 2 blancs d’œufs

Préparation :
Pelez les bananes, enlevez les filasses, Mixez les bananes,
Ajoutez le jus d'un demi citron, 2 cuillères de sucre roux et une cuillère à sucre de rhum,

Mixez jusqu'à obtenir un roux .
Fouettez la crème fraîche en chantilly ajoutez deux sachets de sucre vanillé. Réservez tiers de cette crème pour la décoration,

Montez en neige les blancs d'œufs avec une pincée de sel

Incorporez à la crème de banane les deux tiers de la chantilly et les blancs montés en neige.
Mélangez doucement

Versez votre mousse à la banane dans quatre coupes ;
Mettez les coupes au réfrigérateur ainsi que le tiers de chantilly
Au moment de servir, ajoutez dans chaque coupe le reste de chantilly conservé
Décorer avec des rondelles de bananes


Bonne gourmandise!




Agrandir la photo
Le Mag du mois d'Octobre 2018
Le coing « Pomme d'or » ou « Poire de Cydonie. »

Le Cognassier (Cydonia oblonga) est une espèce d'arbustes ou de petits arbres mesurant 5 à 8 m de hauteur et 4 à 6 m de largeur. Il fait partie de la famille des Rosacées comme le poirier et le pommier dont il est le cousin.
Le coing est le fruit du cognassier appelé aussi « pomme d'or » ou « poire de Cydonie. »
Botanique
Le coing est un fruit comestible en forme de poire, cotonneux et volumineux à chair dure, de couleur verte il devient jaune est très odorant et arbore un petit duvet à maturité .

Histoire et Origine
Le cognassier est originaire des régions tempérées allant de la mer Caspienne à la mer Noire : Iran, (Arménie, Azerbaïdjan, Russie caucasienne, Turkménistan).
Il était déjà cultivé 4000 ans avant notre ère en Babylonie. On pense que la culture du coing a précédé celle de la pomme.
Connu depuis la Grèce Antique sous le nom de "pomme de Cydon" ou "poire de Cydonie"), Sa variété la plus appréciée venait de la région de La Canée (« Kydonia ») sur la côte nord-ouest de la Crète , les Grecs mangeaient ce fruit avec du miel.
Chez les Grecs anciens, le coing était un cadeau rituel fait à l'occasion de mariages, car il était venu du Levant avec Aphrodite et était resté sacré pour elle car offert par Pâris. Plutarque rapporte qu'une mariée grecque grignotait un coing pour parfumer son baiser avant d'entrer dans la chambre nuptiale, « afin que le premier salut ne soit ni désagréable, ni déplaisant »5. C'est pour trois coings d'or qu'Atalante s'arrête dans sa course.
Il était très apprécié lors des banquets romains, comme on le retrouve dans le livre de cuisine romaine d'Apicius qui donne des recettes de ragoûtsde coings avec du miel, et propose même un mélange avec des poireaux…. les Romains l'utilisaient déjà en parfumerie.

En France, au Moyen Age, il était consommé confit dans du miel ou cuit dans du vin. C'est un fruit qui s'inscrit dans la tradition populaire, puisqu'il est l'un des 13 desserts provençaux servis la nuit de Noël. Pour le nouvel an juif, on a coutume d'offrir des coings.

Principales variétés :

les variétés de coings sont réparties en deux groupes : Cydonia oblonga piriformis (en forme de poire) et Cydonia oblonga maliformis (en forme de pomme).
Aujourd'hui, on le trouve en automne partout en Europe. Il existe plus d'une trentaine de variétés de cognassiers, dont la plupart servent d'arbres porte greffes pour des poiriers pour qu’ils soient plus résistants.
La variété la plus appréciée reste celle qui provient de la région de La Canée, ou Cydon (Kydonia), en Crête. Le genre était anciennement composé de quatre autres espèces aujourd'hui réparties dans deux autres genres : Pseudocydonia (comme le cognassier de Chine, Pseudocydonia
Dans la pratique, les variétés de coings sont répartis en deux groupes : Cydonia oblonga piriformis (en forme de poire) et Cydonia oblonga maliformis (en forme de pomme).

Parmi les plus répandues :
•'coing d'Angers' dont 'Sydo' est une variété répandue ;
•'coing de Provence' dont 'BA29' est une variété répandue ;
•'géant de Vranja' (dit aussi 'monstrueux de Vranja' ) ;
•'coing commun' ;
•'coing champion' ;
•'coing du Portugal' ;
•'Coing Bourgeault
•'aromatnaya' ou 'Krymsk' : nouvelle variété à court cycle de végétation au parfum citronné et au goût proche de l'ananas, (autofertile).

Culture :
Le cognassier est rustique et nécessite une période de froid (au-dessous de 7 °C) pour fleurir correctement. L'arbre est autofertile toutefois le rendement sera amélioré par une fécondation croisée
En France, il s'est naturalisé surtout dans le Midi où on le trouve dans les haies et sur le bord des cours d'eau. Sous le climat français, ce n'est pas le cas sauf pour certaines variétés à court cycle de fructification (Aromatnaya, Kuganskaya) qui peuvent parfois arriver à maturité quasi complète avec un automne particulièrement chaud. Sinon, les coings restent durs, astringents et acides et ne peuvent être consommés qu'après cuisson. Une ancienne méthode les laissait exposés aux gelées pour les ramollir et éliminer un peu de tanins.
Il est cultivé dans de nombreuses régions tempérées du monde La maturité complète du coing demande un climat à longue période de chaleur (Portugal, Grèce...). Il peut alors être consommé cru Le cognassier a été introduit dans le Nouveau Monde, mais il est rare en Amérique du Nord en raison de sa sensibilité au feu bactérien. Il est en revanche très répandu en Argentine, au Chili et en Uruguay.
Sa multiplication est possible par semis ou marcottage mais le plus souvent par bouturage à la fin de l'hiver suivi ou non de greffage ;
Il est cultivé en tige ou en buisson, on le récolte à l'automne.

Maladies
L'entomosporiose est une maladie qui provoque des taches brunes ou noires sur les feuilles et sur les fruits. Les feuilles et les rameaux herbacés sont aussi attaqués par l'oïdium et les fruits par la moniliose.
le coing est la cible de larves de certaines espèces de lépidoptères dont le cul-brun, et la phalène brumeuse. Les fruits sont attaqués par Cydia pomonella et Cydia molesta.

Valeur nutritive:
Fibres, glucides, lipides, protéines, sucres. potassium, magnésium, phosphore, calcium, cuivre, fer, zinc, vitamine A , B1,B2,B 3,B5,B6 ,B9,B12, C,E,K acides gras saturés, mono insaturés, polyinsaturés, cholestérol , fructose, glucose, acide citrique, pectines, acides phénols, flavanols, Amidon . l'apport énergétique du coing reste très modéré : 28 kcal aux 100 g.

Utilisations :

En cuisine :
Le coing est l'un des rares fruits qui ne se consomment que cuits, ou blettis par le froid (comme les nèfles). Cru, il est dur, astringent et granuleux. La cuisson l'attendrit et épanouit ses arômes : il permet alors de parfumer délicieusement les compotes de pommes ou de poires, ou de personnaliser les gâteaux et les tartes. Sa richesse en pectine en fait un fruit idéal pour les gelées, les confitures, les marmelades, ou les pâtes de coing. C'est d'ailleurs sous ces formes qu'il est le plus consommé en France

En tranches régulières pelé et poêlé dans du beurre, en accompagnement du boudin, il peut se cuire avec une volaille, un gibier ( faisan, dinde canard) : Retirer le cœur et couper la chair en tranches régulières. Arroser avec du jus de citron. Cuire 10 min. à la vapeur. Faire Eplucher les revenir les tranches de coing à la poêle dans du beurre. Saler, poivrer et sucrer. Dès que les coings sont tendres et caramélisés, les retirer du feu et les servir autour de la viande. C'est délicieux.

Autres utilisations :
Boulettes de coings frites très appréciées en Grande-Bretagne. C'est un régal cuisiné avec des pommes de terre car ce fruit a un petit goût acide ! Il relève également la finesse du foie gras, en chutney ou simplement poché aux épices. En dessert : Feuilletés aux coings - Crumble aux pommes et aux coings - Vin de coings

En Espagne, au Venezuela, en Argentine, au Chili et en Uruguay, il est cuit pour faire un bloc de pâte rougeâtre connu sous le nom de Dulce de membrillo mangé en sandwich avec du fromage manchego. ( fromage espagnol au lait de brebis).

Dans les Balkans, on fabrique un alcool de coing. La gelée de coing est la base du cotignac. En Europe de l'Est le coing est utilisé comme légume, dont on fait une soupe d'hiver, on trouve également de la liqueur.

Utilisations médicinales :

C'était un des constituants du diaprun solutif de la pharmacopée maritime occidentale au XVIIIe siècle
Dans certaines régions d'Afghanistan, les graines de coing sont recueillies et bouillies, puis ingérées pour lutter contre la pneumonie.
Selon la tradition locale maltaise, une cuillère à café de confiture dissoute dans une tasse d'eau bouillante soulage l'inconfort intestinal.

Atouts nutritionnels :
Ces fibres solubles régulent le transit intestinal et ont des vertus anti-diarrhéiques reconnues: astringente (resserre les tissus et les muqueuses), antiseptique et favorisant la rétention d'eau.
Les fibres, les tanins et les pectines participent principalement une baisse du taux de cholestérol sanguin en aidant son élimination et la diminution de l'absorption des lipides.

De plus, en facilitant l'élimination et la stagnation d'éléments dans le côlon, il diminue les risques de cancer dans le système digestif . Les pectines aident à réduire le risque de cancer du côlon.

A savoir :
Le coing ne se consomme que cuit car une grande partie des vitamines C se perdent avec la chaleur de la cuisson. Les coings sont généralement commercialisés à bonne maturité ; mais ils restent fermes. Vérifier qu'ils ne présentent aucune meurtrissure. Le duvet s'enlève par simple frottement.

Le choisir et le conserver :
Une fois cueilli, le coing ne mûrit plus. Un coing mûr se reconnaît facilement à sa couleur bien jaune et à son parfum agréable. Le duvet qui le recouvre doit également se décoller facilement en frottant le fruit. Préférez ceux qui sont non meurtris et non tachés, vous les conserverez très bien pendant plusieurs semaines dans un endroit frais et aéré, sur le bord d'une fenêtre par exemple. Par contre, il supporte très mal la congélation. Son parfum pénétrant peut parfumer les autres aliments, ne le mettez pas à côté d'autres fruits !


Recette : Tajine aux coings


4 pers. Preparation 20 min
Cuisson 60 min

Ingrédients
• 800 g d'épaule d'agneau
• 30 g de beurre
• 3 coings
• 3 oignons
• 2 gousses d'ail
• 2 cuillères à soupe de miel liquide
•2 cuillères à soupe d'huile
•1 cuillère à café de gingembre en poudre
•1 cuillère à café de cannelle en poudre
•1 dosette de safran
•sel et du poivre

Préparation
1.Coupez l'agneau en gros morceaux. Pelez et émincez les oignons. Pelez et écrasez l'ail. Dans une cocotte, chauffez l'huile et le beurre, puis faites-le dorer.
2.Ajoutez les oignons et faites-les revenir pendant 3 minutes. Ajoutez le gingembre, la cannelle, l'ail, le safran, du sel et du poivre. Versez de l'eau chaude à mi-hauteur. Laissez mijoter pendant 25 minutes à couvert.
3.Epluchez les coings, enlevez les coeurs et coupez-les en quartiers. Ajoutez-les dans la cocotte ainsi que le miel et laissez mijoter pendant 25 minutes à couvert.
4.Servez bien chaud dans un plat à tajine.

bonne découverte du coing sucré salé !




Agrandir la photo
LE MAG DU MOIS DE MAI 2018
L’ABRICOT(Prunus armeniaca) Le fruit du randonneur


L’abricot est le fruit de l’abricotier, il appartient à la famille des rosacées, (du genre Prunus comme l’amande, la cerise, la pèche et la prune). Il est couramment appelé « prune d'Arménie »,

Botanique :
C'est un fruit charnu appelé drupe de forme arrondie possédant un noyau dur contenant une seule grosse graine ou amande. La chair est ferme, sucrée, peu juteuse, jaune orangé (c’est la teneur en carotène qui lui donne sa couleur orangée) la couleur rouge n’est pas un gage de maturité.

Histoire et origine :
Il est originaire de Chine dont les fruits poussaient à l’état sauvage dans la chaîne de montagnes des Tian shan, d'Asie centrale (Kirghizstan et Xinjiang en Chine) et dans d’autres régions de Chine ainsi qu'en Corée et au Japon
L'abricotier était cultivé en Chine depuis 2000 ans dans le Xinjiang. les abricots sauvages étaient récoltés pour extraire l'huile de l'amande. (certaines variétés d'abricotiers ont été sélectionnées pour leurs amandes).
L'introduction de l'abricotier au Proche-Orient s'est faite à partir de l'Iran et de l'Arménie, vers le Ier siècle avant notre ère ( on a retrouvé mentions de ce fruit dans les textes du médecin grec Dioscoride qui l'appelle Mailon armeniacon « pomme d'Arménie » et de Pline qui parle d’une variété portant le nom de praecocium (précoce).

Un siècle après son arrivée en Arménie, la culture de l'abricotier arrive en Syrie, Turquie, Grèce et Italie.
L'abricotier fut introduit en France par la vallée de la Loire par le roi René d'Anjou (1409-1480) qui le ramena d'Italie vers 1560 et en provenance d'Espagne en passant par le Roussillon. (rattaché à la couronne de France en 1659).

Au XVIIe siècle, Jean-Baptiste La Quintinie, jardinier de Louis XIV, effectue de nombreuses plantations dans le Potager du Roi. Dans son Traité des arbres fruitiers, Duhamel du Monceau dénombre ainsi treize espèces d'abricots

Variétés :
On compte aujourd’hui environ une quarantaine de variétés d’abricots, parmi les nombreuses variétés existantes, on peut citer les plus couramment produites en France:

Rouge de Roussillon, du Luberon, rouge, taille moyenne, très parfume
Bergarouge : gros, rouge, très juteux et sucré
Bergeron ; gros jaune, très savoureux, juteux et très résistant au gel
Orangered : gros, rouge, très croquant, très précoce
Argrand : gros, jaune, très savoureux, extra pour la confiture
Polonais : jaune, taille moyenne, très sucré : surtout pour la confiture

Variétés anciennes :
Orangé de Provence : ancienne variété de Provence : petit, rouge et très sucre
Pointu de Roquevaire : jaune, moyen, très parfume et croquant, très ancienne variété
Muscat : jaune, moyen, succulent une des plus vieilles variétés
Luiset : jaune tacheté, moyen, très juteux, ancienne variété
et aussi : Early Blush, Tomcot, Jumbocot, Kioto.

D'autres variétés sont plus adaptées au verger d'amateurs, comme Royal du Luxembourg, ou pèche de Nancy

Propriétés :
L'abricot sec est 5 fois plus énergétique que l'abricot frais (271 kcal contre 59 kcal pour 100 g).
Principaux composants : glucides, amidon, sucres, fibres, protéines, lipides, eau, minéraux, calcium, cuivre, fer, iode, magnésium, manganèse, phosphore, potassium, sélénium, zinc, vitamines : A, B2, B3 ou PP, B5, B9 ,C et E , acides aminés et acides gras, L'abricot frais contient des composés phénoliques qui contribuent à son activité antioxydante. On trouve principalement des acides phénols et des flavonoïdes, des tanins condensés, des flavonols (quercétol et kaempférol, le quercétol est un anti-inflammatoire et un excellent antioxydant.

Utilisations ;

Santé :
Depuis l'Antiquité, l'amande d'abricot est traditionnellement prescrite contre la toux et la constipation. Le plus ancien ouvrage médical date du début de notre ère traitait les problèmes de l'intestin. En médecine chinoise, l'abricot sec est conseillé pour traiter l'anémie, l'asthme et les sensations de gorge sèche ou de soif.
Riche en fibres l'abricot a une action très bénéfique sur le fonctionnement intestinal. Les pectines abondantes dans ce fruit régularisent le transit et luttent contre les paresses intestinales tout en étant supportées par les intestins fragiles.

L’abricot fait partie des premiers fruits que l’on peut servir aux bébés (poché et finement passé, ou écrasé et mélangé à un petit suisse ou à du fromage blanc).
l'abricot est l'un des fruits les plus riches en vitamine A, c’est l'allié idéal pour les femmes enceintes.

Riche en minéraux il est très utilise par les sportifs consommé avant une compétition, il apporte un concentré de glucides, surtout lorsqu’il est consommé sec sa haute teneur en potassium permet l’élimination des toxines. C’est le fruit préféré des marcheurs et randonneurs car peu encombrant ! utilisé comme goûter, coupe-faim ou encas.

L'abricot stimule efficacement l'organisme et lutte contre l'anémie qui peut conduire à des états de faiblesse, de fatigue et d'étourdissements

Selon la médecine chinoise, l'amande de l'abricot est un remède naturel contre la bronchite et la toux. En infusion, les feuilles de l'abricotier sont excellentes pour combattre l'angine et atténuer les maux de gorge. Elles soulagent également les douleurs nasales ainsi que celles des oreilles.


Cuisine :
On consomme surtout l'abricot frais, mais aussi sec ou préparé de diverses façons : compote, confiture, tartes, abricots au sirop (en conserves), L’abricot peut accompagner les plats salés ; taboulé, avec la volaille, le lapin, la tagine.
Il peut être associé au fromage de chèvre. Il se glisse dans les farces salées avec de la poudre d’amande.
Pour le conserver, il est conseillé de le mettre au frais, mais pas au congélateur car il perdrait de sa saveur. L’abricot supporte la congélation, mais il est préférable de le manger frais.

L'abricot se consomme également en nectars préparés à base de purée d'abricots (environ 50 % d'eau et de sucre). Ce jus d'abricot, est quelquefois mélangé à du nectar de pêche pour adoucir l'acidité naturelle de l'abricot.
L'huile d'abricot produit par l’amande entre dans la composition du persipan en Europe du nord (à la différence du marzipan et du biscuit amaretti en Italie). Une eau-de-vie d'abricots est préparée dans le Valais sous le nom d'abricotine. En Hongrie la pálinka à base d'abricots est connue sous le nom de barack.


RECETTES: Beauté au naturel

Soin du visage :
En huile, l’abricot constitue un excellent soin du visage. L’huile est extraite de l’amande . elle est réputée pour améliorer et raviver l’éclat de la peau. convient aux peaux fatiguées, flétries et ternes. Mélangée à l’argile, l’huile d’abricot offre un excellent masque de beauté antirides, et peut être utilisée pour calmer les irritations dues au soleil. Il facilite le bronzage et protège des rayons ultra-violets.


Masque :
Pour un masque, prenez 3 à 4 abricots mûrs et dénoyautez-les. Écrasez, puis fouettez ensemble la pulpe et de la peau de façon à obtenir une bouillie. Vous pouvez rajouter 6 gouttes d’huile d’amande douce pour appliquer l’ensemble sur votre visage. Gardez votre masque pendant 20 min. Pour l’enlever, essuyez avec un morceau de coton imbibé d’eau. revitalise votre peau et resserre ses pores !

Soins des mains :
Pour retrouver la douceur de vos mains et de vos pieds, vous pouvez extraire un verre de jus d’abricot. Versez-le dans une cuvette et ajoutez un litre d’eau tiède. Plongez, et gardez vos mains ou vos pieds pendant 10 min dans cette solution, ils en ressortiront protégés.

Prenez le temps de vous faire belles !!















Agrandir la photo
LE MAG DU MOIS D'AOUT 2017
"LE DOUX FRUIT DE L'ETE! "

LE POIVRON (Capsicum annuum)


Botanique :
Le Poivron fait partie de la famille des Solanacées comme la tomate, le piment et l’aubergine. (parfois appelé piment au Québec) c’est un groupe de cultivars de l'espèce Capsicum annuum

Origine :
Le poivron est originaire d'Amérique Centrale notamment du Mexique et d’Amérique du Sud Ou il était déjà cultivé il y a environ 7000 ans ( graines retrouvées lors de fouilles archéologiques dans une grotte de Tehuacan au Mexique ce qui en ferait la plante la plus anciennement cultivée en Amérique).
Il fut introduit en Europe à la fin du au XVe siècle par les explorateurs, cultive en Europe que deux siècles plus tard essentiellement dans le bassin méditerranéen.

Culture :
Le poivron est une plante annuelle, qui peut atteindre 1 mètre de haut, aux tiges un peu ligneuses. Ses feuilles, d'un vert tendre et brillant. Il a des fleurs blanches, solitaires, qui succèdent à des baies. Ces fruits, aux graines nombreuses, sont de formes et de coloris très divers, en fonction des variétés. Le fruit, d'abord vert, vire au rouge vif ou au jaune, à maturité (on en trouve également orangé, violet, marron et aussi noir…)

Parasites : Aleurode, escargot, limace, puceron.
Maladies : Fonte des semis, mildiou, pourriture du collet, pourriture grise.
Plantes compagnes : Basilic, bourrache, capucine, carotte, marjolaine, origan.
Plantes incompatibles : Ail, asperge, ciboulette, échalote, épinard, fève, haricot, oignon, piment, poireau, pois, pomme de terre.
Rotation des Cultures : Les poivrons ne doivent pas être cultivés avant trois ou quatre ans au même emplacement. Ils n'aiment pas être installés à la suite des concombres et des cornichons.

Variétés :
Les variétés de cette espèce sont issues de sélections produisant des fruits de différentes couleurs, il est considéré comme un fruit, mais cultivé comme une plante potagère.

Les variétés cultivées sont innombrables.
• Petit vert marseillais
• Piquant - doux d'Algérie
• Doux California Wonder
• Petit carré de Nice
• Le Pepper Mont Jolien
• Poivron "Ariane"
• Poivron "Aristocrata F1"
• Poivron "Carré d'Asti
• Poivron "Corno di Toro Rosso" Variété italienne dit "corne de taureau"
• Poivron "Doux d'Espagne" appelé aussi "Doux de Valence".
• Poivron "Doux Long des Landes"
• Poivron "Gypsy" variété hongroise
• Poivron "Jéricho F1"
• Poivron "Marconi Rosso"
• Poivron "Mavras F1" ils sont violet presque noir
• Poivron "Mogador F1"
• Poivron "Palio F1" Poivron "Tequila F1"de couleur violette.

Propriétés :
Les poivrons sont peu caloriques 25 Kcal /100 Gr énergetique; fibres, protéines, lipides, glucides, beaucoup de fibres Riches en vitamines A B1 2 3 5 6 et 9 E surtout C selon sa maturité , et K, carotène (provitamine A surtout le rouge ) flavoides (vitamine P) principalement de la quercétine acide ascorbique,. surtout dans les légumes de couleur rouge. oligo-éléments et en minéraux : phosphore, calcium, magnésium, potasium : sodium fer, cuivre, manganèse, zinc, beta carotène, (antioxydant) Le poivron est bon pour la mémoire. Il contient une substance la lutéoline, une flavone qui agit en activant des circuits neuronaux impliqués dans l'apprentissage2.

Utilisations :

En cuisine :
Les poivrons verts pas encore murs sont fruites croquants à la chair ferme, crus ils sont moins digestes que les jaunes et les rouges (il vaut mieux les peler) ils se prêtent mieux à la cuissons (ratatouille ou farcis) les rouges ont une saveur douce plus sucrée avec lesquels ont peu faire du coulis,une sauce ou un velouté les jaunes tendres et juteux sont excellent en salade, confits, conserve en bocal à l’huile d’olive. Le poivron s’accorde parfaitement à la tomate, courgette, aubergines, aux œufs, au chorizo, au bœuf, poulet, agneau, olives noires et poissons souvent cuisiné avec de l'huile d'olive. Il accompagne les viandes rôties, les grillades, utilisé dans les tartes et sur les pizzas. Il peut alors être saupoudré d'herbes de Provence ou de laurier.

Cuisine régionale :
France : ratatouille, salade niçoise (piperade, poivronnade, ou poulet basquaise, En farci : accompagne diverses préparations à la viande ou au poisson (thon, maquereaux), au riz, à la tomate ou au fromage frais avec des fines herbes.

Cuisine méditerraneene
Italie : apéritifs avec les antipasti de légumes. ( poivron mariné dans l'huile d'olive ou des bâtonnets de crudités à tremper dans une sauce au yaourt. à l'italienne, avec juste un filet d'huile d'olive et du jus de citron,

Cuisine d’Europe et d’orient: en mélangeant des poivrons de couleurs différentes accompagnés par la tomate, l'aubergine et la courgette et des condiments forts : l'ail, les câpres, l'oignon et piment. Hongrie (goulash)
Magheb (couscous) taboulé avec de la menthe et du persil. Avec de la cive ou de la ciboulette pour des salades de blés ou de maïs plus relevées.
Grèce : tchatchouka (sorte de ratatouille accompagné d’œufs et de frites, ktipiti (entrée composée de yaourt, huile d’olive, ail et paprika ou salades variée avec de la feta (fromage grec)

Cuisine asiatique on ajoute des carottes et des pousses de bambou pour donner de la douceur aux plats : tempuras (petits beignets légers à servir avec une petite sauce piquante.) Poivrons sautés au wok dans l’huile de sésame de la sauce soja avec d’autres légumes et du riz.

Amérique du sud : Mexique, farci de viande, avec des épices et du fromage, au Brésil, la moqueca plat traditionnel de Bahia (composé de poissons, de tomates, de citron vert et lait de coco)

Santé : Certaines vitamines ont des propriétés antioxydantes

Pour les intestins fragiles, il est conseillé de le peler ou de le manger cuit.

En consommer est donc un moyen de renforcer la teneur en fibres d'un régime, sans excès d'apport énergétique

Précautions :
Le poivron vert fait partie des aliments pouvant être incriminés dans le syndrome d’allergie orale ( réaction allergique à certaines protéines d’une gamme de fruits, de légumes et de noix. Il touche certaines personnes ayant des allergies aux pollens de l’environnement. )

Voici une petite recette
La Moqueca bresilienne
c'est un plat traditionne brésilien de Bahia, (influence culturelle africaine)

pour 6 personnes :
Ingrédients :
1 kg de siri mole ou de filets de poisson blanc ferme (lotte, colin ou cabillaud) rincés à l’eau froide et coupés en grosses portions
250 ml d’huile de dendê (huile de palme) ou d’huile d’olive (à défaut)
2 oignons
3 gousses d’ail
½ poivron jaune, épépiné
½ poivron rouge, épépiné
½ kg de tomates
jus d’un ½ citron vert
3 cuillères à soupe de ciboule hachée
250 ml de lait de coco sans eau ajoutée
1 pincée de sel
1 pincée de poivre noir fraîchement moulu
1 piment doux
1 bouquet de coriandre hachée

Préparation :

Faire mariner le poisson avec le sel, le poivre et le jus de citron vert pendant une 1/2 heure.

Préparer un bouillon de poisson, en utilisant la tête et des morceaux du ventre. Ce bouillon sera la base de la moqueca. Vous pouvez utiliser aussi un fumet de poisson si vous n’avez pas les morceaux pour faire le bouillon.
Verser dans une casserole environ 3 louches de bouillon de poisson.

Découper grossièrement l’oignon,
les poivrons, les tomates, la ciboule et la coriandre pour les faire mijoter à feu doux pendant une heure.

Verser le lait de coco et l’huile de dendê (ou d’olive). Ajouter du piment doux, de la coriandre et de la ciboule.

Disposer délicatement les morceaux de siri ou de poisson sur les légumes. Assaisonner. Porter le plat à ébullition pendant 5 minutes.
Servir avec du riz blanc.
Bon appetit!






Agrandir la photo
LE MAG DU MOIS DE FEVRIER 2017
LE CITRON (Citrus limon) L'INDISPENSABLE FRUIT DE L'HIVER

Le citronnier (Citrus limon) est un arbuste de la famille des Rutacées. Le citron est le fruit du citronnier. il tire son nom du mot cédron . C’est un agrume, (acrumen en latin qui signifie saveur acre).

Un peu d'histoire :
L’origine géographique du citron se situerait aux confins de la Chine et de l’Inde, (régions du Pendjab au Pakistan) ll y a 3OOO ans, puis de la Chine (environ 25OO ans) C’est là qu’on lui a donné le nom de «limung» . .il voyagera sur la route de la soie jusqu’au Moyen-Orient Mésopotamie puis en Perse.
Du 1er au 3ème siècle, il est connu des grecs, des romains et des arabes , utilisé uniquement pour ses vertus thérapeutiques. On le retrouve dans les écrits de Pline l’Ancien, célèbre botaniste. L’empereur Néron, craignant d’être empoisonné, en consommait très régulièrement.

Au 10° siècle, Avicenne, grand médecin et philosophe perse, prescrit le « li mûm » (citron) contre la fièvre et antipoison. Les croisés introduisent le citron dans les pays ou parties d’Europe que les Arabes n’avaient pas conquis, ces derniers favoriseront l’extension du «li mûm» dans tout le bassin méditerranéen notamment en Espagne ou il deviendra «limon» puis «lemon» chez les anglo-saxon et aussi « limonade »..

A la fin du XVème siècle, Espagnols et Portugais implantèrent le citronnier en Amérique. Avec Christophe Colomb il atteint Haïti et la République Dominicaine en 1493. À la même époque, les portugais débuteront la culture de l’agrume au Brésil. Il finit sa conquête du monde par la Floride au 16° siècle,
De nos jours, il est cultivé sur tout le pourtour méditerranéen et les zones subtropicales du monde.

Le citron a su séduire de nombreux personnages : Le Roi Soleil fit installer orangers et citronniers à Versailles, Marie de Médicis le fit figurer au menu de ses goûters accompagné d’autres fruits et confitures, Alexandre Dumas lui consacra 13 recettes dans son Grand Dictionnaire de Cuisine.

FETES AUTOUR DU CITRON: Il deviendra l’une des quatre espèces végétales brandies lors de la fête juive de Soukkot, fête en mémoire de la captivité des juifs. Pour les Hébreux, il est le symbole de la perfection et de la beauté. En France il est fêté en février par un grand défilé chaque année lors de la période du carnaval (Fête du citron à Menton )

Botanique :
Ce fruit mûr a une écorce qui va du vert tendre au jaune éclatant sous l'action du froid. Sa chair est juteuse et acide . Il est possible que le citron que nous connaissons aujourd’hui provienne d’un mélange entre un cédratier et un bigaradier apporté par les Hébreux,

Variétés :
Les citrons doux sont les fruits de cultivars à jus peu ou pas acide classés Citrus limon (L.) Burm. f. La variété Malaga est un citron à jus doux au zeste aromatique qui se mange localement entier, au sel et à Pâques. Ces cultivars sont souvent anciens, le citron étant cultivé depuis l'Empire romain, les arabes andalous ont largement participé à la sélection.
Variétés courantes :
Eureka: Variété californienne (XIXe siècle) qui pousse toute l'année. c’est le plus commun

Fino : d'origine espagnole, cette variété est hâtive. Elle est aussi connue sous les noms Mesero, Blanco et Primofiori (ou Primofiore).

Lisbon : Vieille variété d'origine portugaise, acide, qui produit beaucoup de jus, connu autrefois en France sous le nom de « citron de Madère ».

Verna (ou Berna) : Variété espagnole tardive, parmi les plus cultivés localement, fruit de taille moyenne sans pépins.

Villafranca Yen Ben : Variété australienne créée dans les années 1930.

L'Interdonato : Hybride naturel de citron et de cédrat (espèce cousine du citron, considéré comme son ancêtre), l'Interdonato est produit en Turquie et en Italie. Son fruit est beaucoup plus gros que celui des autres variétés ( peau fine et très lisse) Sa chair est relativement peu juteuse et renferme peu de pépins.

Variétés européennes :
:- Le citron de Sorrente, Le Femminello est le citron italien parfait pour réaliser des jus très parfumés, doux et juteux. fruit de forme ovale, il a une pulpe juteuse et peu de pépins.
- Le citron de Syracuse dont les caractéristiques sont la finesse du grain de l’écorce, et la faible épaisseur de l’albédo, partie blanche entre l'écorce et la pulpe.
- Le citron de la côte amalfitaine se caractérise par une extrémité (apex) assez grande et pointue, une écorce moyennement épaisse, une pulpe assez acide et peu de pépins.

- Le citron de Menton de couleur jaune vif , Il s'agit d'une variété à petits fruits typiques du golfe de Gênes, cultivés dans une zone protégée de la région s’étendant des Alpes maritimes, Monaco à la frontière avec l’Italie) dont les principales cultures sont à Menton, Roquebrune-Cap-Martin, Sainte-Agnès et Castellar. On cultive le citron de Menton depuis le 15ème siècle.

-Le citron corse à la peau rugueuse, épaisse et parfumée, de couleur bien jaune et aux formes bombées, à une juteuse contenant peu de pépins. La variété la mieux représentée sur l’Île de Beauté est l’eureka, (beaucoup cultivé dans l’ile de beauté)

Variétés décoratives :

Citron Ponderosa : variété américaine productive, gros fruit à peau épaisse.

Citron Meyer : d'origine chinoise, probablement issue d'un croisement entre un oranger et un citronnier, plus orangée, il a une peau plus fine et une pulpe peu acide. Elle a le nom de Frank N. Meyer qui la découvrit en 1908, extrêmement productif
Il existe des citrons géants qui ne sont pas commercialisés car pauvres en jus
Attention ! Le citron vert n'est pas une variété de citron, mais celle d'un agrume au parfum et à la saveur différents appelé la lime. il s’agit d’un autre type de citrons, Citrus aurantifolia, souvent de petite taille, à peau ferme très fine et verte, et dont la saveur est plus ou moins douce. Ils sont surtout cultivés aux Antilles, au Brésil et au Mexique.

Culture :
Il est principalement cultivé en Inde, Mexique, Argentine, Chine et en Brésil
La richesse en huile essentielle varient selon les variétés, les terroirs, les climats, la maturité, l'âge du citronnier Il existe de nombreux cultivas du climat méditerranéen aux tropiques .

Utilisations : Alimentation
Le citron a de multiples usages en cuisine :
•Additionné d'eau et de sucre, il compose la citronnade, boisson rafraîchissante, il est également un ingrédient essentiel de la limonade, du limoncello et de la boisson cherbet très populaire en Algérie.
•Il sert grâce à son acidité, à attendrir certaines viandes (marinades au même titre que le vinaigre ou le vin) utilisé en confit pour les tagines
•Il accompagne les fruits de mer tels que les huîtres et les noix de saint-jacques servies en carpaccio et les viandes et poissons panés,
•Les desserts, tarte au citron meringuée, ainsi que les zestes qui décorent et parfument les sorbets lorsqu’ils sont confits ou les vins chauds lorsqu’ils sont frais et en marmelade ou gelées
A température ambiante, il se conserve une dizaine de jours, mais une fois coupé (ou cuit), il perd ses vitamines, il faut donc le consommer rapidement.

Astuce : une fois épluchés, les fruits et les légumes noircissent au contact de l'air par oxydation. Pour sauvegarder les vitamines, il suffit de frotter la chair des fruits (pomme, poire, banane, avocat, artichaut, celeri) avec une moitié de citron. L'ajout de quelques gouttes de citron ou de vinaigre rend la pâte brisée plus tendre et moins élastique, car l'acide désagrège le gluten (protéine de la farine).

Propriétés :
Eau, fibres glucides, lipides, oligo élements, calcium, fer, magnesium, phosphore, potasium, cuivre,sodium, zinc, Vitamines A B2 B5 B9 B12 C E K , Acides gras, rétinol, haute teneur en flavonoides, acide citrique

Actions :
antibiotique et antiviral naturel, antioxidante, antiseptique et dépurative,


Utilisations thérapeutiques : Cure dépurative : boire le jus fraîchement pressé d'un citron (si possible bio) à jeun tous les matins dans un verre d’eau chaude (détoxifant du foie et excellent diurétique).

L’acide citrique réduit les sécrétions de calcium et prévient ainsi la formation des calculs.

En bain de bouche contre les aphtes et les gingivites et enrouements, maux de gorge

en usage externe en traitement des piqûres d'insectes, action sur la digestion

Autres utilisations :
Le citron peut aussi servir comme détartrant dans un lave-vaisselle,
Utile pour le nettoyage d'objets en aluminium, il entre dans la composition de la mixture pour nettoyer les ustensiles en cuivre, et lutter contre la rouille. Détartre les éviers,
Le jus de citron peut, consommé régulièrement, déminéraliser l'émail des dents, il a comme effet de blanchir naturellement les dents

Précautions :
Le citron peut causer des brûlures au niveau des muqueuses si son jus ou bien son huile essentielle sont absorbés en trop grandes quantités. Les muqueuses brûlées peuvent être des muqueuses de l’œsophage, de l’estomac ou autres.
Nombreux aussi sont les corps de métier qui l’utilisent ou l’ont utilisé à travers le temps.
-les ébénistes apprécient particulièrement le bois clair des citronniers.
-Les parfumeurs utilisent l’huile essentielle contenue dans le zeste de citron pour composer eaux de Cologne et parfums.
-En médecine, bien avant la découverte des vitamines, le citron avait déjà la réputation d’améliorer la circulation sanguine. Au XVIIIème siècle le docteur James Lindt avait découvert les vertus extraordinaires de ce fruit pour enrayer une maladie très fréquente chez les marins à cette époque, le scorbut. Mais ce n’est qu’en 1932 que l’on donna un nom à cet antiscorbutique contenu dans le jus du citron : la vitamine C ou acide ascorbique.

.Beauté : Il est utilisé en cosmétologie pour éclaircir et unifier le teint (masque avec du yaout pour les peaux grasses)



Recette - Citrons confits


Citrons confits
Entrée - Très facile - Bon marché

Temps de préparation : 60 minutes
Temps de cuisson : 0 minutes

Ingrédients (pour 1 kg ) :- 1 kg de citrons à peau épaisse non traités (bio de préférence)
- 100 gr de gros sel
- 50 cl d'huile d'olive

Préparation de la recette :
Couper les citrons en rondelles d'1/2 cm d'épaisseur, les disposer en couches dans un saladier en saupoudrant chaque couche de gros sel, laisser mariner 24 h.
Verser les rondelles dans une passoire et les laisser égoutter pendant 2 h, pendant ce temps, ébouillanter un bocal d'une contenance de 1 l, le laisser sécher à l'envers sur un linge.
Eponger les rondelles de citron, les serrer dans le bocal en cercles et debout les unes contre les autres, couvrir d'huile d'olive et fermer le bocal, réserver au moins 15 jours avant de l'entamer dans un endroit frais ou au réfrigérateur.

Remarques :
Ces citrons confits se conserveront plusieurs mois et peuvent être utilisés dans des salades vertes ou composées, avec des poissons cuits en papillotes ou au four. Utiliser l'huile de macération pour assaisonner des poissons, des pâtes, du riz ou des salades








Agrandir la photo
MAG DU MOIS DE MARS 2O16
LA POMME (Malum) UN FRUIT SANTE PAR EXCELLENCE!

La pomme est le fruit du pommier domestique ou pommier commun (Malus domestica), espèce d'arbres fruitiers appartenant à la famille des Rosaceae, (comme le sorbier, l'aubépine, le prunellier, l'églantier, les fraisiers etc..)

Étymologie : Le mot pomme a remplacé malum par pomum, « fruit d'un arbre » à pépins ou à noyau » il se retrouve dans Pomone, la déesse des fruits.

HISTOIRE :
La pomme que nous consommons aujourd'hui est une descendante de l'espèce Malus sieversii consommée par l'homme depuis le Néolithique sur les plateaux d'Asie centrale (à l’origine région du Kazakhstan). Il y a 3 000 ans, elle était déjà consommée par les Chinois. En Égypte et en Palestine au moins mille ans avant J.-C. Elle arriva par la route de la soie chez les Arabes, les Grecs et les Romains. Pline l'Ancien en répertoriera plus tard environ cent variétés.

Au Moyen Âge, les monastères et les couvents ont joué un rôle important dans le développement de sa culture. On utilisait les vertus thérapeutiques de la pomme pour soigner des plaies, (on frictionnait la peau au moyen d'onguents, ce qui explique le mot « pommade » qui vient du mot pomme).

Les symboliques antiques relatifs à la pomme :
Dans la Bible ( le Livre de la Genèse), c'est après avoir croqué le fruit interdit, une pomme, qu'Adam et Ève furent chassés du paradis. La pomme est ainsi restée associée au péché originel
La pomme était considérée en Grèce antique comme un cadeau amoureux au même titre que la rose ; Dionysos l’aurait créée pour l’offrir à Aphrodite, sa maîtresse. (souvent utilisée dans la poésie érotique, par exemple chez Théocrite)
Dans la mythologie nordique, la déesse Idunn est la gardienne des pommes de jouvence sensées donner l'immortalité aux dieux.
La forme sphérique de la pomme était un symbole cosmique. Empereurs et rois étaient représentés tenant à la main, à côté de leur sceptre, un globe impérial en forme de pomme, censé symboliser le monde.

La pomme dans les contes : on rencontre l’histoire de Blanche-Neige et la pomme empoisonnée, on se souvient de Guillaume Tell obligé par le bailli Hermann Gessler de tirer à l’arc dans une pomme posée sur la tête de son fils.

Expressions liés à la pomme : Tomber dans les pommes viendrait il de la déformation de « tomber dans les pâmes » ou pâmer ? (pasmer signifiant s'évanouir) ou d’une phrase lue dans une lettre de George Sand envoyée à madame Dupin où elle mentionne « être dans les pommes cuites » pour signifier un état de fatigue extrême ?

Autres expressions : « c'est pour ma pomme » signifiant c'est pour moi, ça va être mon tour. Dans le langage populaire, « être une bonne pomme » désigne une personne serviable et un peu naïve, au Québec l’expression « chanter la pomme » se dit pour conter fleurette ou faire du gringue !

BOTANIQUE :
La pomme est un faux-fruit constituée à la fois par l'ovaire, la base des pièces florales et le réceptacle. C’est un fruit complexe, intermédiaire entre la baie et la drupe.
On distingue généralement trois types de pommes : Les pommes à cidre ; les pommes de table ou pommes à couteau ; les pommes à cuire qui supportent bien la cuisson. Ces trois types sont tous de l'espèce Malus pumila

Suivant ses origines géographiques, ses divers terroirs et ses couleurs à maturité, les variétés vont du vert pâle, jaune, orangé ou rouge plus ou moins prononcé ou panachées. Certaines variétés anciennes et rustiques ont diverses formes ; plate de forme étoilée comme la pomme d'api , très allongée La lemon pipin anglaise, ancienne pomme à cuire, en forme et à la couleur d'un citron. D'un goût sucré ou acidulé selon les variétés, la pomme fait partie des fruits les plus consommés dans le monde,

VARIETES :
On compte plus de 20 000 variétés dont 7 000 sont cultivées à travers le monde. On trouve parmi les plus connues :

Ariane : petite, rouge, juteuse, acide et sucrée ; à croquer et à cuisiner d'octobre à juin
Golden : parfumée, sucrée et croquante ; à croquer et à cuisiner d’août à juin
Gala : rafraîchissante et sucrée ; à croquer et à cuisiner d’août à février
Reine des reinettes : acidulée, sucrée ; à croquer et à cuisiner d’août à octobre
Braeburn : acidulée, juteuse, croquante et sucrée; à croquer et à cuisiner de novembre à avril
Jonagold : sucrée, arôme fruité ; à croquer et à cuisiner d’octobre à juin
Pink Lady : très croquante, fruité ; à croquer et à cuisiner de novembre à mai
Elstar : sucrée et acidulée, juteuse et parfumée ; à croquer et à cuisiner d’août à mars
Tentation : très parfumée, juteuse et croquante; à croquer et à cuisiner de décembre à avril
Fuji : sucrée et rafraîchissante, croquante et juteuse ; à croquer de janvier à juin
Idared : légèrement acidulée, croquante ; à croquer de janvier à juin
Red Delicious : délicatement sucrée, croquante ; à croquer d’octobre à avril
Reinette grise du Canada : acidulée, sucrée, arôme du terroir ; à croquer et à cuire au four de novembre à mars
Belchard Chantecler : sucrée, acidulée, très parfumée ; à croquer d’octobre à juin
Belle de Boskoop : acidulée et parfumée ; à croquer et à faire en tarte d’octobre à mars
Granny Smith : très acidulée et croquante, rafraîchissante, ferme et juteuse ; à croquer d’octobre à avril

CULTURE :
Les pommiers apprécient les endroits ensoleillés. à l’abri du vent et du froid. à température moyenne. La terre doit être bien drainée, riche et ne doit pas s’assécher l’été. Évitez les terres caillouteuses et sèches qui peuvent ralentir la croissance et donnent des pommiers sensibles aux maladies et aux ravageurs.

Maladies du pommier :
Les maladies les plus fréquentes chez la pomme sont des maladies cryptogamiques (dues à un champignon) susceptibles de provoquer des dégâts importants :

– La tavelure du pommier : se manifeste par des taches noires sur les feuilles et les fruits au printemps et se conserve dans les feuilles mortes en hiver.
– Le chancre du pommier : provoque des lésions sur l’écorce, ce qui peut atteindre la branche entière.
– L’oïdium : apparaît au cours du printemps, recouvre les feuilles, qui se déforment et tombent L'apparition d'un duvet blanc à la surface des jeunes pousses lors des périodes chaudes et humides est la caractéristique de l'oïdium. La pulvérisation de soufre micronisé est conseillée..
– La moniliose : entraîne la pourriture des fruits.
– Le ver de la pomme (carpocapse) : creuse la partie centrale du fruit.
– La larve de l’anthonome du pommier : ronge l’intérieur des boutons floraux.
Les insectes ravageurs sont les pucerons, les acariens rouges, les anthonomes, le carpocapse, la noctuelle, la petite tordeuse de fruits, l'arpenteuse, la psylle du pommier.

Remèdes : la pulvérisation de bouillie bordelaise (à base de cuivre), à la chute des feuilles et avant l'ouverture des bourgeons est préconisée, il est conseillé de brûler les feuilles tombées.
Enfin, l'usage des bio-pesticides, des diffuseurs d'odeurs et de phéromones, des insecticides microbiens luttent efficacement contre les pucerons lanigères et autres acariens.

VALEURS NUTRITIONNELLES :
La pomme est pauvre en calories : 54 kcal/100 g. (possède un effet coupe faim), du fructose, du glucide de la pectine, a un pouvoir désaltérant important (85% d’eau).
Elle est antioxydante (surtout la peau du fruit), riche en vitamine C bonne pour la peau (teneur suivant la variété) en vitamines B, B1, B2, B5, B6, B9, provitamine A ,C ,E et PP. Elle renferme aussi beaucoup de potassium, phosphore,fer, calcium, magnésium et des oligoéléments.
La pomme est également très riche en fibres. contient des sels minéraux, de la potasse, de la soude, du brome, de la chaux, de la silice, de la quercetine.

PROPRIETES :
La pomme régule le taux de cholestérol. diminue les envies de grignotage (car elle apporte une grande sensation de satiété). Elle permet un bon maintien dans la pratique d’une activité physique.
Elle a des effets bénéfiques contre les troubles liés au diabète ou les maladies cardiovasculaires (elle ne provoque pas, malgré sa teneur en sucres, d'augmentation de taux de glucose dans le sang, fructose et glucides sont lentement assimilables par l'organisme) .

Les fibres de la pomme aident à régulariser le transit intestinal (agissent comme de véritables agents de nettoyage dans les intestins. (la pomme est souvent utilisée dans les cures détox et aide à combattre l’obésité).

La quercétine est une des substances antioxydantes de la pomme et empêche les molécules d'oxygène d'attaquer les cellules de l'organisme.

La pomme agit positivement sur la diurèse et sur l’élimination de l’acide urique. Ses bienfaits sont appréciés chez les arthritiques, les rhumatisants, les goutteux et les obèses.

La pomme permet également de lutter contre l’hypertension artérielle à titre curatif ou préventif, s manger une pomme avant d’aller se coucher vous aidera à dormir car elle a des vertues calmantes.

UTILISATIONS : ALIMENTATION
La pomme se mange crue ou cuite selon la variété ; en compotes ou marmelades, en desserts ou en accompagnements de mets salés, en tartes, gâteaux, gelées, confitures, ships, pâtes de fruit ; on peut en faire du jus ou des boissons fermentées.
La pomme est également utilisée dans de nombreuses recettes de gibier, cuites au four elles sont un accompagnement idéal et diététique pour toutes les viandes blanches et les boudins.

Les boissons à base de pommes : le jus de pomme frais ou pasteurisé, le cidre ( de Normandie de Bretagne ou des Pays de la Loire, le vinaigre de cidre, l’eau gazeuse et non alcoolisée à base de pomme, (boisson pour enfants dont la bouteille imite le champagne !)
Des alcools vins cuits et apéritifs : apéritif comme le Pommeau de Normandie, eaux de vie comme le Calvados de Normandie, Le Lambig de Bretagne, des liqueurs comme la Manzana du Pays basque espagnol, le « vin cuit », liquide visqueux brun foncé élaboré à base de jus de pommes et de poires pour la confection de desserts en Suisse romande, également appelée « raisinée » dans le canton de Vaud.

UTILISATIONS SANTE :
Utilisation externe :
Infusion de pomme : diurétique : Faire bouillir 15 minutes une cuillère à soupe de pelures desséchées et réduites en poudre dans une grande tasse d’eau. Passer, sucrer, prendre 3 ou 4 tasses par jour. Vous pouvez ajouter quelques feuilles de cassis
Tisane de pomme : Insomnie : Couper une reinette en tranches, jeter dessus un demi-litre d’eau bouillante. Faire cuire une heure sans bouillir. Quand l’ensemble a réduit de moitié, sucrer et boire une tasse avant le coucher.
Utilisation externe :
Excellent raffermissant des tissus. On recommande le jus de pomme pour éviter l’affaissement des tissus du visage et pour raffermir l’abdomen et les seins.

Pour finir j'utiliserais Un vieux dicton anglais «an apple a day keeps the doctor away », traduction: Une pomme chaque jour éloigne le médecin.


RECETTE BEAUTE : Soin nettoyant du visage

Masque aux pommes :
Mélanger ensemble 1 pomme pelée et pilée, 2,5 ml de crème, 15 ml de miel et 15 ml de farine d'avoine.
Appliquer sur tout le visage jusqu'à la racine des cheveux, éviter les yeux, les narines et les lèvres.
Laisser reposer durant 20 minutes puis rincer à l'eau tiède.






Agrandir la photo
LE MAG DU MOIS DE FEVRIER 2O16
LE POIREAU (Allium porrum) appelé « l’asperge du pauvre »

Le Poireau (Allium porrum) est une espèce de plante herbacée cultivée comme un légume, il fait partie de la famille des Amaryllidacées (précédemment Liliacées puis des Alliacées).

Description :

Le poireau appartient à la même famille que l’oignons, l’ail, l’échalote et la ciboulette, Sous forme de cylindre, les longues feuilles sont soudées l’une dans l’autre, la couleur se dégrade du blanc (partie souterraine) au vert (partie aérienne). la partie enterrée blanche et la plus appréciée. Les fleurs, blanc verdâtre, apparaissent groupées en ombelle au sommet d'une tige florale dressée.

Nom vernaculaires : « porreau » ou « pourreau » puis poireau au début du 19ème siècle. Autres noms : poirée, poirette, asperge du pauvre

Origine et histoire :

Dérivé du poireau des vignes ou ail d'Orient, cette espèce est originaire de la méditerranée , largement cultivée dans toutes les zones tempérées.
Lié depuis toujours à l'histoire des civilisations (Assyrien, Egyptiens, Romains, consommaient le poireau. Cultivés depuis plus de 4000 ans, les poireaux étaient consommés depuis l’Antiquité pour leur valeur médicinale. En Egypte, le pharaon Kheops offrait des bottes de poireaux à ses meilleurs guerriers afin de les récompenser (selon le célèbre Papyrus des métiers.

Durant la fuite en Egypte on a dit que les Hébreux regrettaient trois choses, les concombres, les melons... et le poireau ! Après leurs grands festins et pour ses bienfaits rafraîchissants.

Quant aux Grecs et aux Romains, ils le considéraient à la fois comme un légume et comme un véritable remède . A Rome, l'empereur Néron surnommé "le porrophage", utilisait ses vertus pour calmer la toux et adoucir les cordes vocales) il en prenait chaque jour de grandes quantités afin de s'éclaircir la voix.

Il fut introduit en Grande-Bretagne par les Romains. Lors d’une guerre, les soldats gallois en avaient décoré leurs chapeaux comme signe de reconnaissance. Cela leur valut la victoire ! C’est ainsi qu’il devint le symbole du pays de Galles et l’emblème national.

Il était particulièrement prisé au Moyen-Âge, souvent utilisé dans les soupes appelées « porées », d’où son nom actuel. Il figurait parmi les plantes potagères recommandées dans le capitulaire De Villis. La culture du poireau fut introduite en Europe où il est demeuré un légume très prisé jusqu’à aujourd’hui.
La culture du poireau s’est élargie en Amérique du Nord dès l’arrivée des premiers colons, utilisé comme légume et comme condiment

Culture :

Le poireau plante rustique se développe sur un sol frais, profond et riche en humus. Il supporte aisément les températures hivernales, mais préfère le soleil. semis dès le mois de février jusqu'en mai.
La plantation se fait en ligne, (20 centimètres entre deux rangs.) Le poireau épuise facilement les terres dans lesquelles il est cultivé et ne doit pas repousser à la même place avant quatre ou cinq ans.
Pour éviter la montée des graines arroser régulièrement et maintenir le sol bien propre, bien préparer la terre, enrichir la terre de compost surtout si la terre est pauvre. Buter régulièrement le pied du poireau avant les premières gelées, récolter environ six ou sept mois plus tard suivant la variété. Récolte entre la fin juillet et la mi-novembre

Les périodes de culture varient suivant les variétés de poireau :
Le poireau d’été: feuillage couleur vert clair. Parmi les plus connus, le Gros long d’été qui résiste bien à la chaleur ou encore l’Acadia.
Le poireau d’automne: feuillage couleur vert foncé. par exemple le poireau d’Elboeuf, à la tige très courte et trapue, idéale pour les potages, ou encore le Monstrueux de Carentan, très trapu.
Le poireau d’hiver : feuillage couleur vert bleuté ; les plus connues sont le poireau de Gennevilliers, le bleu de Solaise, particulièrement résistant au froid.

Principales variétés cultivées:
On compte environ 190 variétés Parmi les principales variétés on trouve en France :

Armor, Azur, Bleu de Solaize , Bleu d'hiver, De Liège, D'hiver de Saint Victor,Electra Erwin, Furor, Géant précoce, Greco, Gros long d'été, Jaune gros du Poitou, Malabare du Nord, Monstrueux de Carentan, Monstrueux d'Elboeuf, Népal, Réal, Révil, Tara, Gros court d’été

Ennemis du poireau :

la teigne du poireau (Acrolepiopsis assectella) appelée ver du poireau, parasite le plus fréquent. Pour l'éviter, avant le repiquage et après l'habillage, faire tremper les plants de poireau 15 minutes dans une solution d'eau de Javel (un bouchon par litre d'eau).
la mouche de l'oignon (Delia antiqua)
la mouche mineuse du poireau (Napomyza gymnoostoma), espèce invasive apparue en Europe, probablement favorisée par les cultures intensives, signalée en France depuis 2003 d'abord en Alsace puis en Bourgogne et en Île-de-France),
Autres maladies cryptogamiques : le mildiou du poireau, la graisse du poireau, la rouille du poireau (taches orange à la base des feuilles.)
En prévention, on peut appliquer régulièrement du purin d'orties. La teigne ou ver du poireau et la mouche de l'oignon pourront être évitées par la plantation d’œillets d’inde parmi vos poireaux (l’odeur de ces plantes tiendra éloigné ces insectes).

Utilisations : En cuisine :

Généralement utilisé dans les soupes diverses (potage , pot-au-feu, potage comme le parmentier, potées ou Vychyssoise... ) on le mange aussi cuit froid en vinaigrette, mais également les jeunes poireaux crus (en salade)!

Utilisé dans la préparation de plats chauds : tartes, quiches, flamiches, tourtes, gratins en garnitures aromatiques et préparations de base : fonds, jus et sauces. Ou simplement cuits à l’eau puis liés au beurre ou à la crème accompagnement les fruits de mers(huitres chaudes, coquilles st jacques, crustacés ainsi que les poissons (turbot, sole, cabillaud) et se prêtent bien avec les viandes plutôt blanches, viandes bouillies et foie gras

Apports nutritionnels :

Peu calorique, le poireau contient des protéines, lipides, glucides pectine, carotènes, fructose, glucose et saccharose, très riche en sel alcalin, sels minéraux, du sodium, potassium, magnesium, phosphore, manganèse, calcium, fer,silice,soude, mucilage , cellulose , azote. cuivre, zinc, souffre, chlore, ainsi que des vitamines : A,B 1,2, 3,6,9, C,E,

Propriétés :

En médecine naturelle on les recommande surtout pour soulager les troubles respiratoires et pour leur propriétés purifiantes et diurétiques. (rétention urinaire)
Ils possèdent une forte capacité à éliminer l'acide urique et de ce fait soulagent les personnes atteintes de goutte ou d'arthrite.
Utilisations :
Bouillon de poireau ou décoction de graines dans du vin blanc. On peut boire bouillon de poireau comme une tisane, pour ses propriétés diurétiques. Le bouillon de cuisson est aussi antiseptique et laxatif, il est aussi indiqué en cas de cystite, de lithiase et d'autres affections urinaires.
Si vous êtes fragile de l'estomac, vous supporterez mieux les poireaux accommodés avec d'autres légumes comme les pommes de terre et les carottes.
Il est aussi très efficace contre les inflammations aiguës et chroniques des voies respiratoires. Son sirop fait des miracles en cas d’extinction de voix, d’enrouement, de toux, de pharyngites et trachéites. Obtenu en mélangeant cette décoction avec du miel.
Nos grands-mères l’utilisaient contre les furoncles, les angines et les gonflements goutteux articulaires, en cataplasme,
Peu calorique, il est conseillé dans les régimes amaigrissants. On peut faire des mono-diètes (bouillon de poireau) à chaque changement de saison, pendant une journée afin de détoxiquer l'organisme. (utile également en cas de « gueule de bois » après les repas de fête)

Autres utilisations : Beauté

Ne jetez plus vos verts de poireaux !
Ce bouillon aux propriétés dépuratives et diurétiques vous donnera bonne mine ( utilisé régulièrement le suc du poireau en lotion, embelli la peu du visage supprimant les rougeurs et les boutons et prévient le vieillissement prématuré).
Il soulage aussi les piqûres d’insectes. L'eau de cuisson des poireaux donne de jolis reflets aux cheveux bruns.


Ma Recette : QUICHE AUX POIREAUX
(avec les jeunes poireaux du jardin)

Ingrédients : pour 3 à 6 personnes (suivant l’appétit):
6 jeunes poireaux
1 gros oignon (facultatif)
1 rouleau de pâte brisée
150 g de lardons fumés ou du jambon (au choix)
2 œufs
50 g de crème fraîche
Sel, poivre, noix de muscade
1 branche de persil
Beurre ou huile d’olive (au choix)
Gruyère rapé (facultatif)

Préparation :

Couper l’oignon en émincé (facultatif)
Couper les poireaux en lamelles d’un centimètre
Faire revenir l’oignon et les poireaux dans du beurre ou de l’huile d’olive (au choix)
Ajouter les lardons fumés ou du jambon coupés en petits morceaux (au choix)
Dresser la pâte brisée dans un moule (préalablement beurré)
Etaler dessus les poireaux, oignon et lardons.
Hacher le persil.
Battre ensemble les œufs, le persil, la crème fraiche et assaisonner selon votre goût en rajoutant sel , poivre. une pincée de noix de muscade, verser le mélange sur la pate
Parsemer de gruyère râpé (facultatif)
Mettre au four 40 minutes environ à 180°.
Déguster chaude avec une salade(gr)





Agrandir la photo
Le Mag du mois de Janvier 2016
LA CHATAIGNE (CASTANEA), FRUIT DE L'ARBRE A PAIN!

Le fruit du châtaignier (Castanea sativa), fait partie de la famille des Cupulifères (Fagacées comme le hêtre et le chêne)

le Châtaignier vient du latin castanea, (qui veut dire cultivé) c’était l'ancien nom des chênes. Ce nom est dérivé du grec kastanon. Il fait référence à Kastanon, une ville de Thessalie . Le châtaignier est aussi surnommé "arbre à pain" ou « pain de bois » pour les qualités nutritives de ses fruits. Autre nom vernaculaire : « arbre à saucisses »

La châtaigne, fruit du châtaignier est un akène, fruit à péricarpe sec, formé d'une masse farineuse enveloppée d'une écorce lisse de couleur brun rougeâtre appelée le « tan ». la coque mince, coriace, brune et brillante contient une graine. Dans de nombreuses variétés, le fruit est aplati sur un ou deux côtés il est comestible. On distingue une châtaigne d'un marron d'Inde grâce à leur forme (le marron d'inde est généralement plus gros plus rebondi et la graine est toxique)

ORIGINES ET GEOGRAPHIE:
En France, on a trouvé en Ardèche dans le massif du Coiron, des feuilles et une châtaigne fossiles semblables à celles du châtaignier d’aujourd’hui datant de 8,5millions d’années.
C’est vers le VIème siècle avant JC que naît la culture du Châtaignier. ses origines semblent être la Transcaucasie, l’Arménie,la Perse et la Grèce. C’est avec Théophraste au IVème siècle avant JC que le fruit est cité et nommé « gland de Zeus ». Le châtaignier est une espèce spontanée autour de la Méditerranée. Il a été introduit en Grande-Bretagne par les Romains.

La culture se développe au Moyen-Age jusqu’au XVème siècle. Le capitulaire De Villis rédigé à l'époque de Charlemagne évoque la culture du châtaignier. Elle a connu son apogée en France aux XVIe et XVIIe siècles. Dans le Limousin, la châtaigne était la principale source de nourriture aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Dans certaines régions (Massif Armoricain,Massif Central,Corse, Portugal, Italie du Nord) elle a longtemps représenté une ressource alimentaire importante, notamment dans les Cévennes) où elle remplaçait les céréales. Aujourd'hui, la consommation de châtaignes fraîches est surtout saisonnière.

LEGENDES ET TRADITIONS : Chez les Celtes, le châtaignier était considéré comme le gardien des hommes et des bêtes jusqu'à l'année nouvelle. Ses racines noueuses en ont fait un symbole de virilité. La châtaigne est longtemps passée pour être un aphrodisiaque. On dépose encore dans de nombreuses régions de France et d'Espagne, des châtaignes dans les cercueils.

Variétés traditionnelles :
On dénombre environ 700 variétés de châtaignes (dont des variétés hybrides)
Parmi les variétés les plus connues et appréciées on trouve : Comballe, Bouche rouge (aussi appelée Marron de Lyon), Sardonne, Figarette, Pellegrine, Précoce des Vans, Pourette, Merle, Bouche de Clos, Aguyane ou Marron de Chevanceaux

Ennemis du châtaignier : Deux maladies constituent un réel problème et ont entraîné le déclin de l'arbre au XXe siècle: la maladie de l'encre et le chancre de l'écorce). Parmi les ravageurs : le xylébore disparate attaque le bois ; le carpocapse des châtaignes et le Balanin des châtaignes font des dégâts sur les fruits ; le cynips du châtaignier, nouveau ravageur apparu en Italie ( introduit en France en 2005 avec l'importation de plants venus de Chine). Il s’attaque aux bourgeons et menace l'existence des variétés traditionnelles en France.

VALEUR NUTRITIVE :
La châtaigne fraîche contient jusqu'à 35 % de glucides (amidon, saccharose, dextrines), 5 % de fibres, pauvre en protides (albumines) et 2/3 de lipides. Elle contient les vitamines B1 2 6 et 9 , Vitamine C, magnésium, cuivre, phosphore, fer , potassium, manganèse, (pauvre en sodium). Le taux de sucre évolue avec le temps (il est plus important quelques semaines après la récolte). La farine de châtaigne contient plus de 75 % de glucides,plus calorique que la pomme de terre ou la banane, la châtaigne fait partie des fruits très énergétiques (180 kcal/100 g). et renferme des acides gras insaturés .

UTILISATIONS :
Les châtaignes sont traditionnellement consommées grillées sous la cendre ou dans des poêles trouées ou, plus simplement, bouillies ou grillées au four (elles sont vendues traditionnellement dans les rues l’hiver) . La grande fête traditionnelle du quartier vieille de Lyon existe depuis plus de 150 ans.
Elles sont aussi séchées, puis moulues et donnent une farine difficilement panifiable largement consommée en Corse, notamment sous forme de « pulenda » . Mélangée à hauteur de 30 % à de la farine de froment, elle peut servir à faire du pain, des crêpes, des galettes et des pâtisseries.

EN CUISINE :
En Europe, les châtaignes font traditionnellement partie de certains plats de Noël et du Nouvel An. Bouillies, elles accompagnent des plats de viande, dont la célèbre dinde aux marrons.
Les châtaignes entrent dans la confection d’autres plats comme les puddings, les potages, le flan à la châtaigne,la crème de marrons, la Torche aux marrons, les nids de cigogne (appellation alsacienne), ou les vermicelles (appellation suisse)

Spécialités: Châtaignes d'Olargues - Burgou, gâteau à la châtaigne typique de Châlus, dans la châtaigneraie limousine . En Suisse romande dans le Chablais et en Valais, rôtis de châtaignes compose un repas fait avec des châtaignes chaudes accompagnées de raisin et de vin blanc nommé « brisolée », d’autres spécialités locales sont à base de châtaignes, notamment en Corse et en Sardaigne.

Autres utilisations : Elles peuvent être confites au sucre et cristallisées (les marrons glacés, qui se vendent surtout en fin d'année), mises dans de l'alcool, cuites en confiture ou en purée. liqueurs, sirops

La châtaigne est utilisée pour produire une farine sans gluten et peut donc être employée dans divers produits qui pourront ensuite être consommés sans risque par les personnes atteintes d’intolérance au gluten

En France, mêmes les feuilles sont recherchées pour parfumer et emballer le fromage de chèvre comme le banon Les abeilles tirent du châtaignier un miel foncé et de goût prononcé.


PROPRIETES :
Le châtaignier est une plante médicinale: C’est un tonique veineux, un vasoconstricteur, et un anti inflammatoire.
Il a pour fonction de réduire la perméabilité des capillaires tout en augmentant leur résistance.

Parties utilisées :
Feuilles, bourgeons, fruit (châtaigne) - Teinture-mère de feuilles - Macérat glycériné de bourgeons

ACTIONS SUR LA SANTE:
La feuille : Anti-infectieux - Anti-oxydant - Expectorant, antitussif - Astringent du fait de la richesse en tanins, Les feuilles du châtaignier sont employées en infusion comme sédatif en traitement de la toux, de la bronchite et de la coqueluche

Écorce : anti-oxydante et cardioprotectrice, fébrifuge et hémostatique (écorce et tannins du bois),

Bourgeon : anti-oxydante, riche en composés phénoliques Stimulant de la circulation veineuse, capillaire et lymphatique - anti diarrhéique (chatons séchés). utilisé en gemmothérapie

AUTRES UTILISATIONS :
Le bois est imperméable et élastique. Il sert à fabriquer des piquets, notamment des piquets de vignes, des parquets, des tonneaux, mais aussi des panneaux de particules, de la pâte à papier, de la vannerie, des castagnettes, des meubles et lambris. C'est aussi un excellent bois de charpente. Son odeur repousse les mouches. ( les araignées n'y tissent pas leur toile !) Il est exploité également en bois de chauffage, par sa croissance rapide.


RECETTE : Crème de marrons maison

Pour 5 pots
1 kg de châtaignes surgelés
1 gousse de vanille
eau, environ 750 g de sucre de canne ou cassonade
Préparation : 120 mn
Cuisson : 15 mn

Préparation
Mettre les châtaignes dans une grande cocotte (genre cocotte-minute)Remplir d'eau à mi-hauteur Mettre la gousse de vanille, refermer
Mettre sur feu vif, puis doux lorsque la cocotte commence à siffler. compter environs 10 à 15 minutes de cuisson
Au mixeur, réduire les châtaignes en purée (il faut que la purée soit bien fine) mettre le sucre correspondant au poids

Mettre le sucre dans une grande marmite et délayer avec un peu d'eau pour obtenir un sirop épais de sucre.
Faire cuire à feu vif jusqu'à l'obtention de gros boulés.

Ajouter alors la purée. Remuer vivement. Continuer à faire cuire à feu vif, la crème va s'épaissir et foncer au bout d'environ 15 minutes.







Agrandir la photo
Mag du mois de septembre 2O15
LA FRAISE (FRAGARIA VESCA)FRUIT DE SANTE!

Le nom vernaculaire de la fraise est Fragaria vesca qui vient du latin fraga, fragola en italien, qui devient « fraise » en français.

DESCRIPTION :
Fait partie de la famille de Rosaceae, en botanique c’est un faux- fruit (protubérance florale !) les petites graines qui sont sur la surface de la fraise sont les fruits !
Le fraisier, herbacée vivace forme une touffe de 5 à 40 cm selon les espèces. La plante émet de nombreux rameaux horizontaux allongés portant des bourgeons appelés gourmands, ces rameaux sont des stolons qui s'enracinent pour former de nouveaux pieds. Ses fleurs sont blanches ou jaunâtres parfois roses pour quelques cultivars. Le fruit est formé par l'ensemble du réceptacle charnu de la fleur. Il a une couleur rouge ou jaune blanchâtre selon les variétés, et une forme oblongue plus ou moins arrondie.

HISTOIRE ET ORIGINE:
Les hommes « chasseurs cueilleurs » de la Préhistoire se nourrissaient de fraises des bois. Au Néolithique la fraise poussait à l’état sauvage en Amérique et en Asie, ainsi que dans certaines zones d’Europe, on dénombrait déjà 35 espèces.
Déjà dans l’Antiquité les Romains appréciaient son goût et son parfum. Ils cueillaient les fraises les fraises sauvages pour leurs vertus thérapeutiques (masques de beauté). Ovide la mentionnait déjà dans quelques vers dédiés à la nature.
Au Moyen Age on introduisit la fraise des bois dans les jardins et les potagers, on améliora sa culture en paillant en en fumant le sol. A la renaissance 12000 fraisiers furent plantés dans le jardin du Louvre (fruits très parfumés mais d’un très petit calibre) la fraise était un fruit très apprécié que l’on consommait avec de la crème pour les femmes, ou au vin pour les hommes.
Au XVe siècle les Anglais puis les Hollandais améliorèrent les espèces sauvages d’un petit calibre qui poussaient en abondance dans les bois afin d’obtenir de plus gros fruits à partir de l'espèce F. vesca. Dès le XVIe siècle, on cultivera une espèce à fruit plus gros et d'un rouge plus foncé que les explorateurs découvrirent en Amérique, c’est probablement Jacques Cartier qui l’introduisit en France le fraisier écarlate ou fraisier de Virginie (Fragaria Virginiana) se répandit en Angleterre et en France.
XVIIe siècle : Jean-Baptiste de La Quintinie, jardinier de Louis XIV, cultivera la fraise sous châssis pour le plus grand plaisir du Roi . Au XVIIIè siècle un espion français Amédée François Frézier en mission au Chili et au Pérou, découvrit des fraises aux fruits blanchâtres peu savoureux mais plus grosses que les fraises des bois de nos contrées. les Picunches et les Mapuches du Chili la cultivaient et consommaient son fruit de toutes les manières : frais, séché ou transformé en un alcool qu'ils offraient aux visiteurs de marque.
De cette plante, la Blanche du Chili, cinq plants femelles seulement survivent à la traversée. Transportés en France, ces plants n'ont pu fructifier qu'en présence du Fraisier de Virginie (Fragaria virginiana), une variété hybride à petits fruits rouges ramenée du Québec un siècle plus tôt. De cette union naîtra une nouvelle espèce la Fragaria ananassa mais il faudra attendre deux cents ans encore avant que la culture de la fraise ne se répande réellement. C’est ainsi que naquit la sélection, chaque croisement donnait une variété et celle-ci était multipliée par stolons.
Le hasard en 1740 fit que la fraise du Chili arrivât dans la presqu’île de Plougastel qui, bénéficiait d’un climat océanique d’une douceur exceptionnelle, similaire à celui de son berceau d’origine le chili, la commune la cultiva. Cette région produira en 1937, le quart de la production française.

Variétés :
Le fraisier musqué cultivé depuis le XVIe siècle, premier cultivar connu du genre Fragaria appartient à cette espèce avec 'Le chapiron' nommé en 1576.
Le fraisier vert peu cultivé car ses fruits sont plus acides que certaines espèces.
le Fraisier du Chili (Fragaria chiloensis) espèce américaine, une forme à fruits blancs était déjà cultivée par les amérindiens précolombiens.
Fraisiers cultivés :
La principale espèce de fraisier cultivé est l'espèce hybride Fragaria ×ananassa Duchesne ex Rozier, la fraise de jardins.
D'autres espèces appelées « Fraisier » : Le Fraisier à fleurs jaunes, le faux-Fraisier ou fraisier des Indes, Duchesnea indica (Andrews) petite fraise au gout insipide.
La Potentille faux fraisier, Potentilla sterilis (L.) dont le fruit est sec.
L’arbre-fraisier, arbre à fraises ou arbousier, Arbutus unedo L. est un arbre aux fruits comestibles.
Le trèfle fraisier, Trifolium fragiferum L. a une infrutescence qui ressemble à une fraise des bois.

BOTANIQUE :
On distingue deux grandes catégories de fraisiers.

Les non-remontants qui fructifient pendant environ un mois, entre mai et juillet suivant la précocité. Abondantes et goûteuses elles mûrissent tôt mais sont de courte durée. Les fraisiers remontants fructifient de juin jusqu'aux gelées offrant une longue période de récolte. Les fraisiers grimpants et remontants sont très intéressants car ils tiennent peu de place, ils donnent de nombreuses fraises et sont très décoratifs.

CULTURE :
Un pied de fraisier donne une bonne production pendant trois ou quatre ans, puis diminue, le renouvellement est constant grâce à tous les stolons émis par les fraisiers.
Les fraisiers apprécient les sols acides, riches en humus. éviter les sols calcaires, exposition à mi-ombre en zone chaude et en plein soleil en zone tempérée, arrosage régulier non stagnant.
Avant plantation, il est recommandé d’ameublir le sol sur 30 à 40 cm et d’incorporer en même temps une fumure organique (compost ou engrais azote organique). On plantera ensuite un plant tous les 30 à 40 cm.
Maladies et ennemis des cultures de fraises : Anthracnose (Colletotrichum acutatum) Pourriture grise des fraises (Botrytis cinerea) Oïdium du fraisier (Podosphaera aphanis) Cœur rouge des racines du fraisier (Phytophtora fragariae)
Parasites et prédateurs ; Anguillule du fraisier. Anthonome, charançon de la racine du fraisier otiorhynchus, pucerons, l'harpale du fraisier, bupreste du fraisier, noctuelles. fourmis, guêpes, frelons. limaces, taupes, fouines, renards, blaireaux.

Composants :
Acide citrique - acide formique - acide malique - acide oxalique - acide salicylique (0.01 g/kg) - beta-carotène - brome - calcium - peu de calories (41/100 g) - cellulose - eau (90%) - fer (0.140 mg/100 g) - glucides - graisses (0.6%) - hydrates de carbone(8.1%) - iode - lévulose - magnésium - phosphore - potassium - protéines (0.8%) - sels minéraux - sels solubles - silicium - sodium - soufre - sucre - tanin - vitamine A, B, B1, B3. B9. C. E, K - Xylitol – fibres- flavoides- peu de saccharose

Propriétés :

La fraise contient près de deux fois plus de vitamine C que le citron ou l'orange. tonique, reminéralisante, dépurative, désintoxiquante, antioxydante (yeux, cholesterol, hypertention) améliore le système immunitaire, (a un effet anti rides)
La fraise aide à lutter contre le surmenage et l'anémie. Elle est diurétique, laxative ( recommandée en cas de constipation). Stimule le foie indiqué aux personnes qui ont des calculs biliaires ou rénaux. La fraise est bactéricide à action de réduction de l’inflammation des articulations.

Utilisations : Santé
Une cure de fraise est recommandée aux personnes qui souffrent de l'arthrite, (contient de l’acide salicylique, action d’éliminer l'acide urique), agit sur le rhumatisme et l'hypertension. Les diabétiques peuvent la consommer sans problèmes.
La décoction de racines de fraisier est utilisée pour lutter contre les affections de la peau. L'infusion de feuilles de fraisier est rafraîchissante et astringente, elle aide la digestion et à l'élimination de la bile,
L'infusion bue plusieurs fois par jour arrête la diarrhée. On peut utiliser cette infusion pour faire des gargarismes afin d'atténuer les maux de gorge.
Contre-indications : Les composants de la fraise peuvent donner des irritations de la peau aux personnes sensibles aux réactions allergiques.

Utilisations : Alimentation
Les fraises se consomment nature ou sucré, avec du vin ou de la crème fraîche, ou en salade de fruit, en confiture, pâtisseries, confiseries, glaces et sorbets.
Autres utilisations : Beauté :
Pour éclaircir le teint on peut faire un masque pour le visage avec une purée de fraises fraîches. Il est important de laisser sécher cette purée avant de laver le visage à l'eau fraîche. Cette même méthode peut servir d'anti-rides)

RECETTE : CONFITURE D’OFFICIER OU « LIQUEUR DE VIEUX GARCON »

Ingrédients :
350 à 500 gr de fruits en suivant les saisons: fraises, cerises, framboises groseilles abricots, pêches, abricots, melons, prunes, poires, raisin etc. Sucre en poudre 750 gr par kilo de fruits. Eau de vie blanche 4 dl par kg de fruits

Préparation :
Ajouter les fruits au fur et à mesure des récoltes. Laver les fruits, les essuyer et enlever les noyaux pour les, abricots, prunes, pêches. Laisser les noyaux des cerises. Epépiner les groseilles. Ajouter le sucre en fonction de la quantité de fruits versée. Recouvrir le tout avec l'eau de vie . Fermer le pot de grès et laisser reposer dans un endroit sec et frais (au moins 4 mois). Ajouter au fur et à mesure les nouveaux fruits en prenant soin d'ajouter à chaque fois la quantité de sucre et d'alcool nécessaire.
Surveiller régulièrement pour vérifier que des moisissures n'apparaissent pas. Si elles apparaissent, les retirer et ajouter un peu d'alcool. Déguster à Noel !

Idées, trucs et astuces : On peut faire à peu près tous les mélanges de fruits que l'on désire. Cependant il faut veiller à éviter d'ajouter des fruits qui ont des goûts trop prédominants, par exemple des fruits comme les fraises et les melons prendront l'ascendant sur toutes les autres saveurs il faut donc éviter qu'ils soient présents en trop grande proportion.
vous pouvez vous en servir pour agrémenter des desserts : coupes de fruits,glaces
Etonnez vos amis et régalez-vous!
gr).






Agrandir la photo
Mag du Mois de Janvier 2O15
LE CHOU "MEDECIN DU PAUVRE"

Le Chou (Brassica oleracea) dont le nom vernaculaire désigne certaines plantes de la famille des Brassicacées, (famille de plantes dicotylédones et anciennement appelées crucifères ce sont des plantes à fleurs à quatre pétales disposées en croix, qui donna le nom de choux, on compte dans cette famille : navet, colza, moutarde, raifort, roquette, radis, rutabaga, cresson... giroflée, wasabi ou raifort japonais)

Origine et Histoire :
Le Chou est un légume connu depuis le 4ème millénaire (au néolithique encore à l’état sauvage) , il est originaire d'Europe de l'Ouest ou d'Europe méridionale.
Dans l’Antiquité, on le consommait le plus souvent cru avant les banquets orgiaques, car il aidait à supporter les excès de table et de boisson!
Les Grecs le servaient en soupe aux jeunes mariés le matin de leur nuit de noces : est-ce de là que vient la légende des enfants qui naissent dans les choux… ?
Ce sont les Chinois qui mirent au point sa conservation en saumure, et lui permit de conquérir l'Europe de l'Est, où son succès fut immédiat.

Devenue très populaire auprès des paysans du continent européen, cette plante potagère était aussi appréciée des rois. Elle trônait en effet aux banquets de Louis XIV. A cette époque on lui reconnaissait la vertu de protéger du scorbut. (les marins qui se rendaient aux Amériques l’emportèrent sur les bateaux).

Botanique :
il existe plus de 200 variétés de choux aux formes variées ; en forme de fleurs de racines (chou-rave), de tiges (chou chinois) et de feuilles (chou frisé).
Le Chou sauvage ou « Chou des falaises » (Brassica oleracea ancêtre de tous les choux cultivés) n'est plus naturellement présent que sur certaines dunes, bandes de galets et falaises littorales atlantiques d'Europe de l’Ouest (France, Espagne, sud du Royaume-Uni).
La sélection de la famille Brassica oleracea a donné des variétés ou formes très différentes des formes d'origines.
Différentes variétés et formes de choux cultivés : (pour ne citer que les plus connus)
Chou cabus, chou frisé, chou rouge, chou blanc, chou vert, chou fleur, chou romanesco, chou brocolis, chou pommé, chou de bruxelles, chou de Milan, chou à grosses cotes, chou chinois, chou pointu, chou tronchuda ou de Beauvais, chou rave,
(et moins connus) : chou moellier, chou palmier, chou vivace, chou de Savoie, chou branchu, chou fourrager, chou de Kerguelen, chou marin,
et les choux ornementaux,

Culture :
Les variétés précoces mûrissent en environ 50 jours et produisent de petites têtes qui se conservent peu. Ces choux sont en général consommés frais. Les variétés tardives mûrissent en 80 jours environ et produisent une tête plus grosse, jusqu'à plus de sept kilos. Le chou peut être démarré en intérieur ou semé directement. Comme tous les Brassicacae, il se récolte en période fraîche, de préférence en automne mais on le cultive tout au long de l'année, c’est surtout entre octobre et mars qu'il est le plus consommé.
Les prédateurs : les chenilles de plusieurs papillons de la famille des pieridae.

Propriétés :
le chou est l'un des légumes les moins énergétiques (22 kcal/100 g) mais a des vertus tonifiantes, il comprend de la vitamine C, E et provitamine A, c’est un précieux antioxydant, sa richesse en minéraux notamment potassium, souffre, contribue à nous maintenir en forme tout l'hiver. Riche en fibres, agissant sur le transit, il est réputé pour être reminéralisant, tonifiant, désinfectant, il renforce les défenses naturelles et est un antiseptique pulmonaire.
Utilisation du chou par voie externe
Le chou, est utilisé depuis l'Antiquité, particulièrement autour de la méditerranée, pour les vertus curatives de ses feuilles apposées en cataplasmes. Les Romains l'ont utilisé pendant 600 ans.
Depuis le moyen-âge et encore de nos jours, le chou est considéré comme "le médecin des pauvres" (application en cataplasmes de feuilles de chou, (un peu comme l’argile verte) car c’est un traitement peu couteux) douleurs rhumatismales et arthrosiques, furoncles, abcès, plaies, infections voies respiratoires, dermatoses, contusions, brulures colites, crises de foie, c’est un légume formidable !

Utilisations : en Cuisine

Consommé cuit : en soupe, en potée, braisé, en gratin, associé à du lard ou lardons, avec des saucisses (en choucroute) en aumônière (lotte ou haddock) ou en farci (chair à saucisse) ou bien à la niçoise « capouns », ( mélange de riz de petit salé et d’œuf)
Suivant les personnes, il peu être difficilement toléré par l’estomac ou les intestins, (vous pouvez y ajouter quelques graines de cumin, de coriandre ou d’anis vert dans l’eau de cuisson ou dans certaines préparations (célèbre choucroute et son assortiment de charcuterie) pour limiter les inconvénients d’une digestion lourde…

il se déguste également cru : râpé ou finement émincé, pour les salades de crudités. En mélange sucré-salé : (ajout d’une pomme granny râpée ou coupé en petits morceaux avec un oignon émincé, et quelques raisins secs)


RECETTE ORIGINALE NICOISE :

CAPOUNS (FEUILLES DE CHOUX FARCIS)

environ 10 Capouns pour 4 personnes

Ingrédients :
- Un beau chou vert - 300 g de chair à saucisses - 1 gros oignon - Pain rassis trempé dans du lait - Un bouquet de persil - Sel, poivre
Préparation : Hacher l'oignon et le persil finement. Mettre le pain à tremper dans du lait. Dans un saladier, mélanger la chair à saucisses le persil et le pain bien essoré. Dans une poêle faire blondir les oignons quelques minutes. Ajouter la farce et laisser l’ensemble revenir 10 minutes. Saler, poivrer. Pendant ce temps recueillir les feuilles les plus claires du chou, (retirer la partie la plus dure de la côte). les laver et les faire blanchir dans de l'eau bouillante salée. (on peut faire cuire le reste de la chair du chou dix minutes dans l’eau bouillante. Ajouter la chair du chou à la farce et mixer le tout - facultatif)
Sur chaque feuille de chou déposer un peu de farce et refermer celle-ci comme un petit paquet. Déposer les feuilles de choux farcies dans un plat huilé, arroser l'ensemble d'un filet d'huile d'olive. Mettre au four préchauffé à 180 ° (th 6) pendant 45 mn. Arroser de temps en temps avec un peu de bouillon cube afin d'assouplir l'ensemble et former ainsi un jus délicieux on peut servir avec une jolie purée.
Autre variante, on peut ajouter à l’ensemble des œufs, du riz, du fromage râpé.
Bon appétit !





Agrandir la photo
Mag du mois : Novembre 2O14
LES COURGES (Cucurbitacées)

La famille des Cucurbitacées comprend environ 120 genres et plus de 800 espèces, les courges (curcubita), les courgettes, dont le melon ou le concombre font partie.

Les curcubitacées sont des plantes herbacées plus ou moins rampantes aux formes variés suivant la variété. L’intérieur est charnu et comprend de nombreuses graines. Les citrouilles et potirons peuvent atteindre des tailles très grosses (voire gigantesques) !

LA COURGE

Histoire et origine :
Les courges sont originaires du continent Américain. Des archéologues ont retrouvé des traces au Mexique datant de plusieurs millénaires avant notre ère. Elles étaient cultivées avec le maïs et les fèves par les Aztèques, les Incas et les Mayas. Depuis 10.000 ans les Indiens cultivaient la courge pour ses graines, car elle contenait alors très peu de chair.
C’est grâce aux explorateurs (Christophe Colomb en 1492 à Cuba) que l’Europe, après les Indiens, découvrit les cucurbitacées,). Les courges furent introduites en Europe au XVIème siècle.

Le terme courge, ou gourde en français désigne plusieurs espèces de plantes de cette famille. Du genre curcubita cultivées pour leurs fruits comestibles mais aussi pour leurs graines oléagineuses. (potiron, citrouille, giraumon, coloquinte, calebasse...). Le terme désigne également leurs fruits, qui ont la propriété de se conserver facilement à maturité et qui sont utilisés en cuisine ou donnés aux animaux.

Botanique :
Les courges émettent des organes de soutien nommés "vrilles" qui leur permettent de s'accrocher aux éléments environnants pour poursuivre leur croissance.

Le genre Cucurbita, regroupe plusieurs espèces dont quatre cultivées couramment en Europe notamment le potiron, la courge musquée et la courge de Siam ;

On distingue les espèces Cucurbita pepo et moschata qui comprend de nombreuses variétés cultivées, soit comme courges d'été, (les courgettes), soit comme courges d'hiver (courges et citrouilles qui se distinguent par d'innombrables formes,couleurs et tailles.

Espèces : C. maxima (potiron , potimarron, giraumon ) C. ficifolia (courge de Siam,) C pepo (citrouille, courgette, pâtisson, courge spagetti) C moschata (courge musquée, butternut) La chayote ou christophine, cultivée dans les régions tropicales, notamment aux Antilles, appartient à une autre espèce de Cucurbitacée d'un genre différent : Sechium edule et présente la particularité de produire des tubercules.

Variétés décoratives : Les petites coloquintes ont des formes très variées et souvent bicolores jaune et vert, les deux couleurs étant séparées par une ligne horizontale nette, sont des formes de cette espèce.

Culture :
La courge se sème au tout début du printemps après les derniers gels d'hiver. Le sol de culture des courges doit être riche. Dans les zones à gels tardifs, on sème en godets et on repique les plants en place après les saints de glace avec un espacement de 1 m en tous sens pour les variétés non coureuses. Les variétés coureuses sont repiquées tous les 1,20 m avec 2 m entre les rangs. Semer chaque semaine jusqu'au 15 juillet pour avoir une production étalée de la mi-juin à la fin octobre.
Pailler le sol autour des cucurbitacées pour conserver l'humidité dans le sol en limitant l'évaporation et offrir un "matelas" sec aux fruits poussant à même le sol.
Pour mieux fructifier, les lianes des courges doivent être taillées environ 25 cm après le dernier fruit conservé. Moins on garde de fruit, plus ils seront gros.
Les courges se récoltent à maturité, en automne. Il convient de les conserver dans un local frais et de les surveiller périodiquement car elles sont sensibles aux chocs et doivent être manipulées avec précaution.

Maladies et ravageurs :
Il est conseillé de ne pas trop arroser le sol et surtout les feuilles pour éviter l’apparition d'oïdium utiliser de préférence le goutte à goutte (plus adapté). Il est à noter que les feuilles de la courge musquée sont naturellement marbrées de blanc (qu'on pourrait prendre à tort pour de l'oïdium).
La punaise des citrouilles (ou Corée marginée) qui attaque les courges.(planter près des courges un répulsif tels que l'herbe à chat ou cataire, l’œillet d'Inde ou encore la menthe

Utilisations culinaires :
Les courges sont consommées le plus souvent cuites ; en soupe, purée, gratin, quiche, et aussi en dessert avec de la semoule et du sucre, flan, tarte, cake, confiture, chutney. On peut enfin ajouter la chair cuite à une pâte à pain, à gâteaux ou à crêpes.

Leurs graines rôties et salées peuvent être servies à l’apéritif ou ajoutées dans une salade, ou décorer au moment de servir un potage à la courge.

Les courges d’hiver ont une saveur un peu fade ( le potimarron a un goût qui rappelle la châtaigne) on les accompagne habituellement avec d’autres légumes (oignons, pommes de terre) et sont relevées le plus souvent d’épices.
Parmi les aromates qui se marient bien avec les courges on trouve : l’ail, le basilic, le persil, la noix de muscade, le gingembre, le clou de girofle.

Autres utilisations :
Les fruits de certaines variétés de courges, qui peuvent peser plus de 100 kilos, sont donnés en nourriture au bétail. Au Mexique, on mélange les fruits avec du maïs et on en fait une boisson légèrement alcoolisée.

Préparation des graines de citrouilles : faire tremper les graines une heure dans de l'eau pour ramollir les fibres. Les rincer puis les étaler sur une plaque et cuire 40 minutes au four à 150 ºC, en secouant la plaque de temps en temps pour éviter que les graines ne brûlent. Saler à la sortie du four et servir tièdes.

Vertus médicinales et nutritionnelles :
La courge est un légume pauvre en calories mais de grande richesse nutritionnelle. La citrouille est une excellente source de vitamines ; vitamines A, B2, B5, C et E. source de fer, magnésium, phosphore, potassium, zinc, cuivre, manganèse, riche en acides gras.
Les courges sont d’excellents remèdes pour l’intestin, contre la constipation notamment.

Autres produits dérivés et préparations utilisés à base de courge :
Huile de pépin de courge utilisée pour soulager des troubles bénins de la prostate et les graines, dont les acides gras contiennent des composés (phytostérols) reconnus pour leurs bienfaits sur la santé cardiovasculaire

Tradition liée ce cucurbitacée :
La citrouille est l'emblème de la fête traditionnelle nord-américaine d’Halloween qui a lieu dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre et au cours de laquelle les citrouilles sont évidées, découpées en forme de visage et illuminées d’une bougie placée à l’intérieur (citrouille-lanterne) On les place à l'extérieur de la maison le soir de l'Halloween pour indiquer aux enfants qu'ils peuvent venir chercher des friandises. Cette fête d’Halloween donne lieu dans le monde entier à des déguisements….elle se pratique à l’occasion de la fête des morts.


RECETTE : Une soupe raffinée :
Velouté de potiron

6 personnes (317 calories par portion)

Préparation et cuisson : 45 mn

Ingrédients : 2 oignons, 4 cuillères à soupe d’huile d’olive, 1kg de potiron, 70 cl de bouillon de légumes de volaille ou une cuillère à café de fond de veau, 15 cl de crème fraiche épaisse, 4 tranches de pain complet aux céréales, 1 poignée de graines de potiron, sel et poivre du moulin

Préparation :
Peler le potiron enlever les graines, couper en morceaux moyens, hacher les oignons mettre 2 c d’huile d’olive dans une grande casserole, faire suer les oignons 5 mn sans les laisser brunir, ajouter les morceaux de potiron, cuire 8 à 10 mn en remuant régulièrement.
Verser le bouillon dans la casserole, assaisonner et porter à ébullition, laisser mijoter 10 mn, incorporer la crème fraiche, porter de nouveau à ébullition, et mixer jusqu’à obtention d’une soupe lisse.
Couper le pain en dés, faire frire les morceaux de pain dans une poêle, avec un peu d’huile d’olive, ajouter les graines de potiron et prolonger la cuisson quelques minutes, répartir la soupe dans des assiettes creuses, parsemer de croutons et de graines grillées, arroser d’un filet d’huile d’olive et déguster.

Bonne dégustation!






Agrandir la photo
MAG DU MOIS DE JUIN 2014
MA TOMATE, UNE BELLE INVENTION DE LA NATURE !

La tomate (Solanum lycopersicum L.) est une plante herbacée de la famille des Solanacées, (plantes dicotylédones) comme la pomme de terre, le tabac, l’aubergine, la belladone….) .
Histoire et origine
Son nom provient de l'espagnol tomalt emprunté au nahuati (langue aztèque) désignant le fruit de la tomatille ( jitomate en mexicain) . La tomate est originaire d’Amérique du sud (Colombie, Équateur, Pérou, Nord du Chili ) où cette espèce poussait à l’état spontané.
C’est lors de la conquête de Tenochtitlán (Mexico) par Cortés en 1519. que l’on découvrit la tomate (qui poussait alors à l’état sauvage et qui n’était alors pas plus grosse que notre tomate- cerise.
Distribution :
Introduite en Europe par les Espagnols au début du XVIe siècle, cultivées dès 1530 au sud de l'Espagne, en Italie ( c’est Catherine de Médicis qui la ramena à la cour de France). elle était jaune et surnommée « pomodoro ». En 1600 Olivier de Serres, Agronome français la classa parmi les plantes d'ornement par sa ressemblance avec la mandragore (ayant sinistre réputation depuis l'antiquité), et avec la belladone, connue pour sa toxicité , pourtant utilisée en médecine…) . C’est en 1731 qu'elle fut reconnue officiellement légume-fruit et "comestible" Elle fut une plante ornementale jusqu'a la révolution Française !
De nombreuses fêtes de la tomate sont organisées dans le monde. Celle qui est organisée chaque année en août à Bunyol, commune espagnole de la province de Valence, la Tomatina, se distingue par son caractère de bataille festive dans laquelle les seules munitions utilisées sont des tomates bien mûres !
Botanique : Fruit ? ou bien légume ?
En botanique c’est un fruit puisqu'elle dérive, y compris ses graines, de la transformation de l'ovaire d'une plante à fleurs , d'un point de vue culinaire, elle est généralement servie, comme légume : son fruit est charnu, c’est l'un des légumes le plus important dans l'alimentation humaine
Variétés : il existe encore 9 variétés de tomates sauvages, dont la tomate-cerise et la tomate-groseille et plusieurs milliers de variétés cultivées (cultivars) Citons en quelques unes : A fruit plat de type tomate de Marmande : (peut dépasser 1 kg) - La plus grosse tomate jamais récoltée pesait 3,51 kg (variété 'Delicious' cueillie à Oklahoma aux États-Unis en 1986) A fruit arrondi, dont le poids varie de 100 à 300 grammes, pour lesquelles il existe des hybrides dont les fruits se conservent longtemps. A fruit allongé d’extrémité arrondie, de type Roma, ou pointue, de type Chico. A petits fruits : tomate- cerise et tomate groseille adaptée au cocktail.

Culture
La tomate est sensible au froid, vivace sous climat chaud, généralement cultivée comme annuelle. La tomate est une plante de climat tempéré chaud. Elle craint le gel et ne supporte pas les températures inférieures à + 2 °C. Il est nécessaire de la tuteurer. La taille pratiquée traditionnellement consiste à ôter les gourmands et à étêter la tige principale après le 4e ou 5e bouquet.
Les ennemis de la tomate
Les cultures de tomates peuvent être affectées par diverses attaques de ravageurs et de maladies dont l'importance varie selon le type de culture et les conditions climatiques.
Les principaux ravageurs de la tomate sont des insectes, en particulier thrips, aleurodes, pucerons, noctuelles et mouches mineuses, ainsi que des acariens et des nématodes. Ils sont dans l'ensemble moins nuisibles que les maladies . La « nécrose apicale », parfois appelée « maladie du cul noir », nécrose à la base du fruit, (peut être dûe par un arrosage irrégulier ou excessif (pluies) les protéger en les couvrant d’une protection ou les mettre sous serre. Le « coup de soleil » causé par un ensoleillement excessif se traduit par une lésion décolorée, Le choix de rotations appropriées est aussi un moyen de limiter les attaques.
Composition :
La tomate est un aliment diététique, très riche en eau (93 à 95 %) et très pauvre en calories (17 kcal pour 100 grammes), riche en éléments minéraux et en vitamines (A, C et E B3 B6 K) Les sels minéraux, (potassium, magnésium , manganèse, phosphore, cuivre) glucides (fructose et glucose), antioxydant et anti-âge pour la peau (lutte puissamment contre les radicaux libres)
Propriétés :
La tomate est énergétique, apéritive, rafraîchissante, astringente, anti-infectieux, diurétique, dépurative et laxative. action désintoxiquante, alcanisante, anti arthritique
Utilisations :
Usages culinaires
La tomate se consomme crue : en salades, en jus, cuite : (sachant que la cuisson détruit une partie de ses vitamines) . transformée industriellement : (conserves concentré, condiment, sauces)
Autres utilisations :
Jardin : Le purin de tomate, obtenu par macération de feuilles et tiges dans l'eau, serait efficace au jardin pour prévenir ou éloigner certains insectes parasites, notamment les pucerons
Piqure d’insecte : une feuille de tomate froissée frottée sur la peau contribuerait à calmer la douleur en cas de piqûre
Beauté : masques pour la peau (recettes)
C’est la saison, on en trouve partout, profitons en !!

RECETTE - Beignets de tomates vertes

20 mn de préparation, 5 min de cuisson - Elevé en calories - Bon marché

Ingrédients pour 4 personnes
• 5 tomates vertes
• 125 g de farine
• 1 œuf
• 20 cl de lait
• 1 cuillère à soupe d’huile de tournesol
• de l’huile de friture
• sel, poivre
Etapes de préparation
Versez la farine dans une terrine, faire un puits et cassez 1 œuf au milieu, versez l’huile et délayez petit à petit avec le lait jusqu’à l’obtention d’une pâte bien lisse. Laisser reposer 1 h.
Rincez les tomates, coupez-les en fines rondelles, laisser égoutter sur du papier absorbant environ une demie heure. Faites chauffer le bain de friture. Trempez les rondelles de tomate une par une dans la pâte à beignets puis mettre dans l’huile. cuire 5 min, égouttez-les sur du papier absorbant, salez, poivrez et servez chaud. On peut les manger avec de la sauce ketchup ou de la sauce aigre douce chinoise. Excellent !!

RECETTE BEAUTE!
masques : purifiant, coup d’éclat

Masque purifiant :
Utiliser la tomate pour faire un masque nettoyant, effet rafraichissant et tonique pour la peau.
Dans un mixer, réduire une tomate bien ferme en purée, ajouter un demi avocat afin de réduire l’acidité, ajouter un demi yaourt (tester la mixture sur de dos de la main par exemple une heure avant pour voir s’il y a pas de de réaction, car certaines peaux peuvent être sensibles et ressentir une sensation de picotement ou de brûlure) laisser poser 15 minutes et rincer à l’eau tiède.

Masque « coup d’éclat » :
Faire une pate épaisse avec une cuillère de miel et de jus de tomate, poser sur le visage 15 minutes et rincer à l’eau tiède
Belle vous serez !!!






Agrandir la photo
Mag du mois de Sept/Octobre/Novembre 2013
LA NOIX,UN FRUIT SEC FORMIDABLE!

La noix est un fruit à coque produite par le noyer, (famille des juglandacées) . Le fruit de la noix(drupe)est un fruit à noyau, dont la partie charnue est immangeable! Il faut environ dix ans ou plus avant qu'il ne produire des noix)
Le botaniste anglais William Cole constate en 1600 une certaine ressemblance entre la forme de la noix et celle du cerveau humain! (le fruit étant composé de deux cerneaux)

Botanique:
En France,il existe deux variétés d'origine contrôlée :
.la noix de Grenoble,franquette créée en 1784, mayette et parisienne, (Isère, Drome, Savoie)
.la noix du Périgord: Corne, franquette, grandjean et marbot, ( Dordogne, Lot, Corrèze et Charente.
Autres variétés réputées (Ronde de Montignac, Gourlande, Glady, Gibbeuse, Jauge, Cocarde des Cévennes.
La principale région productrice des États-Unis est la Californie, avec les variétés Hartley, Chandler, Serr, Vina, Franquette et Howard. Elles ont une peau lisse et une forme plus allongées ressemblant à des dattes.

Origine et Histoire:
On retrouve l’origine du noyer sur le continent eurasien et en Afrique, il est introduit en Europe il y a plus de 3000 ans.
En France, on retrouve la noix sur le site archéologique de Paladru en Isère ainsi que dans les habitations de l'homme de Cro-Magnon en Dordogne.
Dès le Xème siècle, les paysans s'acquittaient de leurs dettes en setiers de noix. Dans le Périgord au XIIIème siècle, les baux étaient versés en huile de noix, Cette huile était considérée alors comme un bien aussi précieux que l'or ! Dans l’ancien temps, elle permettait d'éclairer les habitations et les belles dames se savonnaient le corps au savon mou.

Propriétés:
La noix est énergétique, 80 % de matières grasses de bonne qualité, (protides, glucides, lipides) Riche en oméga3 et 6 en acides gras polyinsaturés (prévention du vieillissement des artères, protection du système cardio-vasculaire et diminution du cholestérol)
Tonifiante, elle renferme des vitamines A,E,B3,B5 et B6, des sels minéraux (potassium, phosphore, magnésium et cuivre). et des fibres alimentaires
Légèrement laxative, elle aide à réguler le transit intestinal ( mais ingérée en quantité excessive, elle est difficile à digérer.) Excellent contre l'anémie et régulateur de la fonction hépatique.

Utilisations:
A déguster nature, salées ou sucrées.

En Cuisine :
L’huile de noix extraite est surtout utilisée crue car elle ne supporte pas d’être employée comme huile de cuisson et friture . L'huile de noix a acquis aujourd'hui ses lettres de noblesse, considérée à présent comme diététique et gastronomique.

Les cerneaux sont utilisés en décoration dans les salades, en pâtisserie et en confiserie (tartes, gâteaux, nougats, confitures) pain aux noix, fromage aux noix, miel aux noix, charcuterie, liqueur, apéritif (vin de noix, liqueur de brou de noix, eau de noix) décoction et curieusement des condiments avec la noix verte ("noix cornichons").

Autres utilisations:
La partie charnue autour de la coquille émet un jus qui tache, utilisé en teinturerie : le brou de noix. Le bois de noyer est un bois de qualité pour la menuiserie et l'ébénisterie (ronce de noyer). Les coquilles peuvent servir de combustible.

Voici 2 Recettes : l’Eau de noix et le vin de noix

Eau de noix : (recette ancienne du Périgord)
Râper en juin des noix encore grosses comme des noisettes, et les laisser macérer trois mois dans de l'eau de vie additionnée de la moitié de son volume de sirop et d'un morceau de cannelle. Filtrer...

Vin de noix :
Préparation : 20 à 30 mn + 30 mn pour la mise en bouteilles Macération : 3 ou 4 mois au minimum

Pour 8 bouteilles de 1 litre
24 noix vertes (à cueillir sur l’arbre)
1 kg de sucre cristallisé
1/2 bâton de cannelle
4 clous de girofle
2 bâtons de vanille (facultatif)
2 éclats de macis
7 l de vin rouge corsé
1 l d’eau-de-vie de fruits à 40°
Lavez les noix. les concassez grossièrement
Disposez-les dans une petite bonbonne en verre.
Ajoutez le sucre, les épices (cannelle, macis, clous de girofle) et la vanille(facultatif)
Versez le vin et l’eau-de-vie par-dessus.
Bouchez et laissez macérer 100 jours au minimum, en agitant la bonbonne tous les jours. Les jours de grand soleil, vous pouvez sortir la bonbonne à l’extérieur pour l’exposer pendant 2 ou 3 h (ce qui active l’oxydation), mais n’oubliez pas de la rentrer à la fin de l’opération.

Au bout des quelques mois de macération, filtrez le vin de noix et mettez-le en bouteilles.






Agrandir la photo
Mag du mois Mai/Juin 2O13


LA MYRTILLE UN FRUIT MAGIQUE!

La myrtille (Vaccinium myrtillus
est une petite baie qui fait partie de la famille des Euricacées, (groupe des airelles) elle comprend pas moins de 400 espèces.

Le myrtillier ou arbrétier (plante de sous bois) est un sous-arbrisseau vivace, rampant et sauvage de 20 à 60 cm de hauteur. A fleurs, rose ou blanc verdâtre. Le fruit est une baie comestible bleu noirâtre à chair violette de saveur acidulée sucrée

La myrtille commune porte de nombreux noms vernaculaires: Myrtillier Européen, airelle noire, gueule noire, mauret, mouret, brimbelle, Ambroche, Cousinier, Pouriot, Raisin de Bruyère, raisin des bois, Vigne des Montagnes, teint-vin, bleuet ou bluet, vigne de l’Ida, Abrêt noir, Ambresaille, bilberry (nom anglais)

Histoire et origines de la myrtille ou bleuet

La myrtille provient des régions septentrionales de l'Europe et de l'Amérique du nord. consommée depuis la préhistoire, vantée depuis plus de 1000 ans pour ses propriétés thérapeutiques dès l’Antiquité, par Dioscoride, un médecin grec.

Autrefois, les baies de Myrtille étaient utilisées comme colorant pour teindre les étoffes en rouge. A l’époque Romaine, elles remplaçaient le rouge du pourpre réservé à la haute société.
Véritable arme pour les pilotes de la Seconde Guerre Mondiale, la myrtille adoucissait leurs yeux et permettait de mieux voir la nuit.
Le bleuet, est une espèce indigène d'Amérique, séché il était broyé en poudre, réduit en pâte, mélangé au maïs au miel et à l'eau pour en faire un poudding appelé ”Sautauthig, on fabriquait un thé fortement aromatique à partir des racines, .il calmait la faim en cas de famine.

Culture : Plantation début d’automne,récolte de juin à septembre de l’année suivante exposition mii-ombre type de sol riche drainé et essentiellement acide, humidité du sol constante et attentive pendant la croissance,
Après la plantation, disposez un paillis de cinq centimètres d’épaisseur afin de conserver l’humidité du sol. Enlevez régulièrement les fleurs pour une bonne croissance des plants. À partir de la seconde année, taillez les arbustes en éliminant les parties abîmées. Ensuite, tous les deux ans, pratiquez une taille sévère au ras du sol pour donner de la vitalité aux pousses. … Méfiez vous des escargots et toiles d’araignées qui entraîneront éventuellement des dégâts bénins. N’abusez pas de l’arrosage entraînant un surplus d’humidité car vos plants peuvent pourrir ou être attaqués par la rouille.

Composition: La baie de myrtille contient des sels minéraux et oligo-éléments : Calcium, cuivre, fer, fluor, magnésium, nickel, phosphore, potassium, sodium, zinc. Vitamines : B1 - B2 - B3 ou PP - B5 - B6 - B9 - C - E - Provitamine A. Autres substances : flavonoïdes, des anthocyanosides des alcaloïdes et des tanins

C'est une baie légère en sucres en en calories, riche en antioxydant qui a des vertus de coupe-faim, elle est très diurétique ; Elle possède des propriétés antiseptiques, antidiarrhéiques, antihémorragiques, anti inflamatoires, antioxydantes pour nos cellules, prévention des maladies, cardiovasculaires, amélioration de la circulation dans la rétine. action hypoglicemiante (diabète)

Utilisation : en phytothérapie : tisane, teinture mère, macérât,

utilisation culinaire: Les baies peuvent être consommées fraîches, utilisées en pâtisserie, tartes aux myrtilles, muffins (classique de la pâtisserie américaine) confitures, sirops, sorbets, liqueurs, vin apéritif, en accompagnement d'une viande (poulet, dinde, biche et autres gibiers), ou de crustacés (notamment les crevettes) Les fruits de la myrtille servaient particulièrement en Scandinavie à teinter le vin !

Voici 2 Recettes

première Recette
Liqueur de myrtilles
: Ingrédients - 500 grammes de myrtilles - 1 litre d'eau de vie,
- 1 morceau de bâtonnet de cannelle - 375 grammes de sucre, - 25 centilitres d'eau.
Laver les myrtilles et les égoutter. Les faire macérer avec la cannelle dans l'eau de vie pendant un mois. Passé ce temps, faire un sirop de sucre. Filtrer l'alcool et mélanger celui-ci avec le sirop. Verser dans des bouteilles et boucher

Deuxième recette
Muffins glacées aux myrtilles
: Ingrédients pour 12 glaces : -150 gr de myrtilles sauvages (surgelés) - 25gr de chocolat au lait - 220 gr de fromage blanc (2O % de matière grasse) - 2 sachets de sucre vanillé - 12 bâtonnets en bois ou en plastique

Préparation:
Décongelez les myrtilles et passez-les au mixeur. Hachez finement le chocolat. Mélangez le fromage blanc et le sucre vanillé. Ajoutez-y le chocolat et la purée de myrtille et remuez délicatement.
Rincez un moule à muffins à petits creux (environ 25 ml par creux) avec de l’eau froide. Versez la crème dans les creux. Piquez un bâtonnet dans chaque glace. Congelez 1 à 2 heures. Démoulez les glaces délicatement juste avant de les déguster.

Vous pouvez également confectionner ces glaces dans des petits verres, des tasses à expresso ou des moules à glaces bâtonnet (en plastique).


bonne dégustation!!






Agrandir la photo
mag du mois : Mai/juin 2012
LE PISSENLIT - LA PLANTE - RECETTES : La Cramaillotte,le Vin de Pissenlit

Le Pissenlit n’est pas qu’une mauvaise herbe !

Le Pissenlit, « Taraxacum, est une plante à fleurs de la famille des Astéracées ou composés. du groupe des dicotylédones anémochores.

Appelé dandelion en anglais, nom qui vient du français (dent-de-lion), du grec (leontodon) ou du latin (dens leonis), fait référence à la forme très dentelée de ses feuilles. Le nom français du pissenlit donna également naissance à un autre nom populaire «pisse au lit», allusion faite aux propriétés diurétiques des feuilles. Dans divers dialectes italiens la plante est connue sous le nom pisacan ("pisse de chien"), parce qu'elle se trouve sur le côté de la chaussée. Autres noms connus : laitue de chien, salade de taupe,florin d'or, Cochet (coq),fausse chicorée, couronne de moine, tête de moineau, pichaulit,chopine, baraban, cramia….et surement d’autres…
Beaucoup d'espèces Taraxacum produisent des semences asexuées où les graines appelées akènes sont produites sans pollinisation. Certaines espèces laissent tomber un petit «parachute-cheveu blanc » appelé aigrette qui s’envole avec le vent (et qui font la joie des enfants !…)

Le pissenlit est originaire d'Eurasie, il a été introduit en Amérique du Nord par les premiers immigrants européens.
On dénombre un total d'environ 60 espèces. Parmi les nombreuses espèces existantes je n’en citerais que trois parce que très curieuses… : le pissenlit blanc (japonais) le pissenlit russe qui produit le caoutchouc, le pissenlit à l’akène rougeâtre

Un peu d'Histoire ! Le pissenlit est la plus connue des plantes champêtres. Il est cultivé depuis plus d'un demi-siècle ! longtemps utilisé à l'état sauvage. Les pissenlits sont supposés avoir évolué une trentaine de millions d'années en Eurasie. L’homme l’utilisa d’abord pour la nourriture mais s’est vite intéressé à la plante elle-même ! C’est vers l'an 1 000 de notre ère, que des médecins arabes mentionnèrent ses vertus médicinales, plusieurs tribus amérindiennes l’employaient déjà pour soigner certains maux. L’usage du pissenlit est aussi mentionné dans un herbier britannique datant du XIIIe siècle.

Le pissenlit fait partie des plantes vivaces, de plein soleil ou mi-ombre, il s’enracine profondément dans le sol (jusqu’à 50 cm), ce qui lui permet de résister au gel intense des régions froides. La partie aérienne meurt à la fin de l'automne, mais repousse dès la fonte des neiges. Sa racine pivotante apporterait des éléments nutritifs pour les plantes à enracinement profond et ajouterait minéraux et azote dans le sol. Il est également connu pour attirer les pollinisateurs insectes. c’est donc une bonne plante pour le jardin ! mais attention qu’elle ne se propage pas trop loin !

On croise souvent le pissenlit lors d’une promenade champêtre. Il est facilement identifiable grâce à sa feuille très dentelée et ses fleurs jaune vif. La tige est duveteuse, elle laisse échapper un liquide blanc... le latex... (raison pour laquelle elle fût employée pour la fabrication du caoutchouc).
Le Pissenlit peut pousser jusqu'à 3000 mètres d'altitude. Sa multiplication se réalise par semis des graines. La récolte des feuilles et des fleurs se pratique au tout début de la floraison. La racine est arrachée au début du printemps ou à l'automne, lavée, coupée, puis séchée dans des locaux chauds et aérés

Les feuilles du pissenlit sont très riches en vitamine C et β-carotène) elles contiennent d'abondantes vitamines et de minéraux, en particulier les vitamines A , C et K , et sont de bonnes sources de calcium , de potassium , de fer et de manganèse.
Les fleurs et les racines des pissenlits dits « communs ou officinaux » sont également consommées.

Le pissenlit est considéré à tort par beaucoup de gens comme étant une mauvaise herbe ! mais serait-elle bénéfique ? eh bien oui ! avec un large éventail d'utilisations…

Ses utilisations dans la cuisine :
Au printemps et tôt en été, les jeunes feuilles du pissenlit sont servies crues en salade ( bien les laver !) ou cuites et blanchies pour ôter l’amertume comme des épinards, ou bien en soupe,
Les feuilles de pissenlit et les bourgeons sont utilisés dans certaines cuisines du monde notamment : séfarade ,chinoise, coréenne . En Crète, les feuilles d'une variété appelée Mari ou Mariaki sont consommés crues bouillies ou en salade.
Les pétales de fleurs sont utilisés pour faire du vin de pissenlit, dans l’ancien temps, c’était un fortifiant donné aux malades et aux convalescents, et les fleurs entraient dans la coloration du beurre… On peut aussi faire une excellente gelée de pissenlit ou cramaillotte.
Les racines grillées peuvent être utilisées comme substitut de café en faisant sécher et rôtir la racine ou grignotées en petits dés (passage rapide à la poêle) à servir à l’apéritif ! dans la tradition britannique on fabrique des boissons gazeuses au pissenlit et à la bardane , et c’est l'un des ingrédients de la bière de racine .

Le pissenlit officinal peut être utilisé comme complément à la médecine conventionnelle, par ses vertus diurétiques et dépuratives.
Le pissenlit est principalement utilisé pour traiter les troubles du foie et de la vésicule biliaire, il augmente la sécrétion de la bile et en facilite l'évacuation, jouant ainsi un rôle de léger laxatif et décongestionne le foie, éclaircie la peau. Il sert également en cure de saison (dépurative et détoxifiante) sous forme de légume ou de tisane. En Chine, on emploie la variété Taraxacum mongolicum depuis très longtemps pour traiter hépatite, inflammation, mauvais écoulement du lait maternel, ainsi que pour améliorer la résistance immunitaire aux infections des voies respiratoires. L’usage du pissenlit est reconnu dans de nombreuses pharmacopées officielles (Inde, Autriche, République tchèque, Grande-Bretagne, Allemagne)

Alors cette petite plante aura t’elle meilleure réputation à vos yeux maintenant ?


RECETTES :

Gelée de fleurs de pissenlit ou cramaillotte
Bien savoir identifier la plante avant de cueillir ! Préférer la cueillette en pleine campagne, loin de la pollution et du bord des routes. Cueillette en pleine période de floraison (entre 12 et 14 heures) car les fleurs sont bien ouvertes,
Ingrédients : 400 fleurs de pissenlits (comptez-les!) - 1 litre 1/2 d'eau - 2 oranges et 2 citrons non traités - 750 g de sucre - Lavez les fleurs de pissenlit à grande eau… (a cause des petits insectes)! conserver uniquement la fleur jaune et la faire sécher quelques heures au soleil (facultatif ) - Déposer dans une bassine à confiture, les fleurs, l'eau, les agrumes lavés et découpés en rondelles.
Faire cuire une heure à feu modéré (au petit ébullition) en prenant soin de bien immerger les fleurs. Pressez et filtrez la mixture obtenue, pour recueillir un maximum de jus. Ajoutez le sucre. Faites cuire pendant 45 minutes. Vérifiez que votre gelée est bien prise (si la consistance de la préparation se fige) mettre en pots et laisser refroidir

Vin de pissenlit :
Ingrédients: 2.5 litres de fleurs (dont on aura ôté le pédoncule vert amer),bien laver les fleurs,(pour les débarrassées éventuellement des d'insectes) - 5 litres d'eau- 1kg750g de sucre semoule -180g de raisins secs (préférence de Corinthe) -1/2 citron -25g de levure fraîche de boulanger - Faites bouillir ensemble l'eau et les fleurs pendant 20 minutes. - Passer les fleurs de pissenlit, ajouter le sucre, laisser refroidir - Incorporer les raisins et le citron. - Délayer la levure dans un peu d'eau prélevée à l'ensemble refroidi, et l'incorporer au reste du liquide. – Disposer la préparation dans un récipient muni d’un couvercle bien fermé. Laisser fermenter deux mois et demi à trois mois dans un endroit frais. Surveillez régulièrement le couvercle qui ne manquera pas de se bomber sous la pression! – passé ce délai, filtrer, laisser reposer et mettre en bouteille (conservation 1 à deux ans !)

J’espère que maintenant, vous ne verrez plus le pissenlit comme avant ! régalez-vous !








Agrandir la photo
MOIS DE JUIN/JUILLET 2011
PRINTEMPS - NAISSANCE EN VUE?

Mai 2011 - Savez-vous ce que je viens de découvrir? et bien un nid s’est constitué dans un parpin entreposé à l’entrée de mon jardin !!
Au début je n’y croyait pas trop mais vu l’insistance de cet oiseau qui vient y déposer très régulièrement des petits vers, j’en déduis qu’il y a eu naissance?? Je surveille la chatte, car elle aussi a repéré le manège des oiseaux (je veux dire du papa et de la maman !)
Photo - un petit impatient!!


A table les enfants!

Il y a les sages!

Prêt pour le deuxième service!

celui-ci est très sage!

Vivement les vacances!!




Agrandir la photo
MOIS DE MAI 2011
QUELQUES PENSEES ET INSPIRATIONS DE PRINTEMPS!

Pensées :

la seule chose qui est perpétuelle c'est le changement....(proverbe boudhiste)

Ce qui est accompli n'est plus a faire, ce qui reste à accomplir est une énigme!!! (Chan)


Photo - Printemps 2011 - esquisse de la femme papillon (pour m'amuser! )




Agrandir la photo
LE MAG.. D'AVRIL 2011
TOUT SAVOIR SUR LA MENTHE - RECETTE DU GIGOT D'AGNEAU A LA MENTHE ET AU CITRON

TOUT SAVOIR SUR LA MENTHE

Passionnée de plantes aromatiques et médicinales, je vous parlerais ce mois ci de la menthe

La Menthe Mentha vient de Minthe, (famille des Labiées)

Connaissez-vous l’histoire de la menthe ?

Histoire et mythologie ;
Hadès,Dieu des ténèbres fit la cour à la nymphe Minthé, sa femme Persephone, jalouse la transforma en plant de menthe. Ne pouvant la ramener à la vie, Hadès lui donna son parfum.

La menthe est cultivée depuis l'Antiquité pour ses propriétés médicinales.
On l'a retrouvée dans un tombeau égyptien datant de l'an -1000.
Les hébreux faisaient un breuvage sacré avec cette plante.
Les pharisiens payaient une dîme sur la menthe.
Les Romains aromatisaient leur vin et l'incorporaient à la plupart de leurs sauces; leurs femmes mâchaient une pâte faite de menthe et de miel pour avoir l'haleine fraîche !
les Grecs pensaient qu'elle était aphrodisiaque ! et interdisaient à leurs soldats d'en consommer tant "elle incitait à l'amour » et diminuait le courage …
Les chinois du sud (Yunnan) en font une soupe médicinale avec uniquement des feuilles de menthe cuites dans un bouillon légèrement salé .La vertu de cette soupe : purificatrice du sang et désintoxiquante

Signification magique et symbolique dans l’Antiquité de la menthe : elle soignait les maux de l’âme - Renforçait le courage on l’utilisait dans les temples pour parfumer et rendre les actions propices..

Son origine :
La menthe est originaire d'Europe, et est diffusées sur tout le globe. Il existe environ 69 espèces de menthe (beaucoup sont hybridées) On a décompté environ 600 variétés de menthes :

Je ne vous nommerais pas toutes les espèces de menthe mais seulement les plus connues:
Mentha aquatica ou menthe aquatique ou baume d’eau
Mentha canadensis ou menthe des champs
Mentha citrata ou menthe bergamote
Mentha cervina ou menthe des cerfs
Mentha japonica
Mentha longifolia ou menthe sylvestre
Mentha requienii ou menthe de Corse
Mentha pulegium ou menthe pouliot

Quelles sont ses utilisations ?
La menthe est très utilisée comme plante aromatique en cuisine comme plante médicinale en phytothérapie et en aromathérapie

Cuisine : La menthe douce ou menthe verte (menthe spicule) est employée surtout dans la cuisine méditerranéenne (Afrique du nord et au moyen Orient) appelée souvent menthe marocaine (thé à la menthe, taboulé, pâtisseries avec du miel, potages et dans les cuisines asiatiques (surtout vietnamienne) (nems et les salades).
Mais les Anglais l’associent souvent à leur cuisine (rôtis sauce à la menthe) chocolat a la menthe- gelées – chutneys. En Inde on l’utilise dans les sauces épicées. Aux Caraïbes on l’associe avec du rhum, du chocolat, et des framboises !

Aromathérapie/phytothérapie : La menthe poivrée est surtout cultivée pour les besoins pharmaceutiques. Elle renferme de 44 à 83 % de menthol, à l'origine de la sensation de fraîcheur ou de froid . Elle contient aussi des terpènes, est riche en carvone. L'odeur est caractéristique par sa la saveur camphrée. On l’utilise beaucoup en l'huile essentielle dans l’aromathérapie (surtout la menthe poivrée), et en phytothérapie et dans la médecine japonaise (surtout la menthe des champs).
Digestif naturel pour les lourdeurs et ballonnement (on peut l’associer à la verveine et à la mélisse) Attention en infusion éviter d'en consommer le soir si vous voulez bien dormir ! Mal des transports: alcool de menthe sur un sucre

Autres utilisations :

Beauté : Soin de beauté peau nette: disposer des feuilles dans un bol, verser de l'eau bouillante et pencher la tête au dessus des vapeurs pendant 5 minutes. Nettoie et hydrate votre peau,

Maison : Quelques feuilles de Menthe fraîches jetées dans l'eau d 'un vase font durer le bouquet plus longtemps.

Insectes : Nuit sans moustiques: quelques gouttes d’huile essentielle de menthe et de géranium rosat sur un mouchoir posé près de l'oreiller

Culture :
La menthe supporte des tailles ou prélèvements assez fréquents et un sol bien humide de préférence à la mi-ombre, mais elle peut s'acclimater sans difficultés partout ailleurs .même en exposition au soleil sur un sol neutre, frais en humus.
La menthe est parfois envahissante dans un jardin. Pour l'empêcher de le conquérir…. par ses stolons, il suffit de délimiter sa zone de prolifération en enfonçant dans la terre un élément qu’elle ne peut franchir type barrière à minimum 35 cm de profondeur. Exemples : ardoises, briques, plaques de métal, bâches plastiques pour l’empêcher d’avancer..
Elle a toute sa place dans le potager ou encore on peut en faire un massif …ou la planter dans des jardinières près de sa cuisine.

En principe la période de plantation et de rempotage se fait au printemps
Il est possible de multiplier la menthe par division de la touffe. Cette plante vivace est très envahissante, car elle possède des rhizomes qui se développent en terre. Afin qu’elle ne s’étale pas trop on peu la planter dans un pot en plastique et éviter ainsi son expansion…





LA RECETTE DU MOIS D'AVRIL 2011

GIGOT D'AGNEAU A LA MENTHE ET AU CITRON

Ingrédients
Gigot d'agneau - fond de veau - vin blanc, huile d'olive, épices, aromates et herbes - 1 Oignon - quelques caieux d'ail – Menthe sèche - zeste de citron
sel Poivre noir ou Maniguette ou Cubèbe

Préparation :
Couper de petits cubes de gigot d'agneau, faites les sauter dans une cocotte avec un oignon, dans un fond d'huile d'olive.
Déglacez d’une tombée de vin blanc ajoutez de la menthe sèche et du zeste de citron haché, salez légèrement, mouillez à hauteur de fond de veau, ajoutez quelques caieux en chemise ( avec la peau) et laissez confire deux heures à four doux, poivrez dans la dernière demi-heure pour préserver et libérer les arômes de "poivres".

Bon appétit !

Liens : Renseignements sur l’Association : Espace Naturel La Source - mail : sour92@orange.fr















Agrandir la photo
LE MAG DE MARS 2011
MENU A PREPARER POUR FAIRE UN JOLI JARDIN

Mélanger avec précaution :
2 grands paquets de travail,
Un grand bol de bonne volonté,
4 tasses rases de courage
Remuer avec beaucoup de délicatesse, aérer avec soin la préparation pour lui donner du tonus
Disposer tous les ingrédients que vous avez réunis, les étaler sur le plan de travail selon vos goûts, travailler le tout en respectant l’équilibre, alterner chaque élément avec créativité
Laisser reposer avec patience, (le temps de la levée étant fonction de la température ambiante)
Prévoir plusieurs poignées de Bon sens. Apporter un soin tout particulier à la surveillance
faites au besoin usage de quelques louches d’attentions
Lorsque la préparation est prête et commence à monter, assaisonner de 4 bols de prudence en fonction du baromètre
Finir en ajoutant une bonne pincée d’Espoir et une petite cuillérée de chance
Laisser migoter le temps nécessaire en dosant harmonieusement la patience et l’Amour
Pour terminer, décorer avec : de petits touches de fantaisie, quelques grains de folies, 3 petites larmes de joie, un soupçon d’émotion , un zeste de fierté et une grande pincée d’Humilité
Et vous obtiendrez un joli jardin !