Le Jardin Botanique de l'Université de Strasbourg

Par Iris Makoto

Situé en plein cœur de la ville de Strasbourg, cet établissement labellisé "Jardin remarquable" se veut à la fois un lieu de balade destiné au grand public mais a aussi pour vocation l'étude, l'acclimatation et la conservation du patrimoine végétal mondial. Tout un programme !




Un peu d'histoire


Créé en 1619 par les professeurs de la faculté de médecine qui désiraient étudier les vertus des plantes, puis déplacé par l'empereur Guillaume 1er en 1880 sur le site des anciens remparts de la ville, le jardin botanique de la ville de Strasbourg a subi de nombreuses modifications au fil du temps.
Son inauguration officielle eut lieu en 1884 ; l'arboretum et les serres étaient alors déjà en place.
En 1963, les grandes serres furent détruites afin d'en construire de nouvelles bien plus modernes. Seule rescapée, la serre de Bary, qui est maintenant classée monument historique. De nos jours, le jardin dépend de la Faculté des Sciences et de la Vie. Il a donc une vocation pédagogique très marquée et sert de lieu d'études aux chercheurs et étudiants de l'Université. Parallèlement, des expositions et des animations sont organisées tout au long de l'année afin de satisfaire un plus large public.

Des collections remarquables


Nous entrons dans un vaste domaine de 3,5 hectares, où plus de 6000 espèces de plantes pourront être découvertes au fil du cheminement.
Dès l'entrée, l'attention se porte sur un des carrés de plantes utiles. Nous découvrons là, les multiples atouts et propriétés de certaines plantes utilisées dans le domaine culinaire, médicinal ou même dans l'industrie du textile pour confectionner des teintures naturelles. De délicieuses fragrances de mélisse, de lavande ou de menthe emplissent les lieux pour un plaisir des sens inégalé.

Non loin de là, l'école de botanique nous ouvre ses portes. Les végétaux sont ici classés par famille et par types morphologiques. Plus de 1 500 espèces originaires des zones tempérées du globe s'y côtoient formant un véritable arbre généalogique de l'univers végétal présent sur notre planète.

Tout au long de cette visite découverte, l'œil est attiré par les sujets remarquables de l'arboretum. Celui-ci se répartit sur la moitié de la surface du jardin. Au bord de l'eau, des cyprès chauves laissent apparaître leurs pneumatophores, véritables poumons de ces plantes dont les racines immergées ont dû trouver une parade à leurs échanges gazeux. Ces arbres font partie de la collection de 150 conifères présents dans ce jardin. Au passage, nous admirons la silhouette massive d'un séquoia, plusieurs fois centenaire, mais aussi d'un ginkgo ainsi que d'un Pterocarya fraxinifolia dont la circonférence du tronc atteint 5 m.

Les bouleaux nous gratifient de la blancheur argentée de leur écorce, alors que les érables déploient leurs palettes de coloris flamboyants.
Nombreux sont les arbustes présents dans cet arboretum, plantés par famille, on en compte plus de 1 500 ! Occupant une position centralisée, le plan d'eau accueille de nombreuses plantes aquatiques et une faune variée d'oiseaux, d'insectes et de batraciens. Cet espace fourmillant de vie sera le lieux idéal pour une pause bucolique permettant d'observer la diversité de cet écosystème bien rodé. Il fait partie des diverses parcelles écologiques implantées dans le jardin. Chaque univers a pour but de recréer un biotope particulier : massifs de plantes de bruyères appréciant les sols acides et la mi-ombre, rocailles sèches en plein soleil, steppes au sol sablonneux d'où émergent de belles graminées dansant sous le vent. Non loin, une petite serre moins chauffée présente une belle collection de plantes succulentes et de cactées, toujours fascinantes pour les plus petits qui ne cessent de s'émerveiller devant une telle variété de formes et d'aspects.
Un jardin botanique ne serait pas complet sans comporter des serres permettant d'acclimater des plantes non rustiques. La serre de Bary, du nom du botaniste allemand en charge du jardin à l'époque de sa construction en 1880, est la seule à avoir passé l'épreuve du temps. Classée monument historique, elle abrite en son centre un bassin présentant d'immenses lotus et d'autres plantes aquatiques originaires des régions chaudes du globe.

L'orangerie, quant à elle, permet d'hiverner les plantes non rustiques du jardin hors gel durant les frimas hivernaux, alors que la vaste serre tropicale de 12 m de hauteur abrite sur deux niveaux des plantes appréciant une température jamais inférieures à 20°. On y trouve des cycas, des broméliacées très colorées, mais aussi des fougères ou des palmiers. Les plantes épiphytes comme les tillandsias, certaines orchidées ou le fameux platycerium, autrement nommé corne d'élan, partent ici à l'assaut des troncs et des structures.Notons que ce jardin botanique abrite un institut où sont conservées des collections inertes. Herbiers, xylothèque, échantillons de fruits et de graines sont mis à la disposition des chercheurs et des étudiants, tout comme la vaste bibliothèque inaccessible au public renfermant plus de 5 000 ouvrages concernant le monde végétal.
Nous terminons notre belle escapade dans ce réservoir de connaissances, le cœur léger et la tête bien remplie.



Informations pratiques


Jardin Botanique de Strasbourg,
28 rue Goethe - 67000 Strasbourg
Téléphone : 03 68 85 18 65
Site web : http://jardin-botanique.unistra.fr

Heures d'ouverture et tarifs


Attention, le Jardin est fermé au public le matin, il est uniquement réservé aux scolaires et aux groupes sur réservation.

Fermeture annuelle 2013/2014 : du 16 décembre 2013 au 28 février 2014 inclus.

Fermetures exceptionnelles : le 1er mai, les 1er et 11 novembre.
Groupes sur réservation auprès du service d'action pédagogique (activités payantes).

Entrée libre
Du 01/11 au 10/12, ouverture de 14 h à 16 h du lundi au dimanche.
Du 01/03 au 30/04 et du 01/09 au 31/10, ouverture de 14 h à 18 h.
Du 20/05 au 31/08, ouverture de 14 h à 19 h.


Pour partager l'article :

Jardins à visiter autres articles :