Les jardins du Montmarin

Par Iris Makoto

Idéalement situé en bordure de la Rance, non loin de Saint-Malo et de Dinard, le domaine du Montmarin offre un parcours de caractère au travers diverses scènes inspirées d'une histoire maritime et botanique séculaires.


Naissance du lieu




C'est en 1760 qu'un riche seigneur de la région décide de faire construire sa maoulinière pour asseoir son statut. Il choisit donc cet emplacement, lové dans l'Anse du Montmarin pour y bâtir une "folie" typique du style Louis XV. Moins austère que les autres demeures de la région et située sur la rive opposée, elle offre un écrin idéal à ses six hectares de parc et de jardins à la française.
Dominant l'estuaire de la Rance, la propriété intéresse bien vite un armateur qui le transforme en chantier naval d'où sortiront de nombreux navires dédiés aux explorations qui ramenèrent par la même occasion des sujets botaniques intéressants de leurs voyages.

Ce n'est qu'un siècle plus tard, en 1885 que Louis Bazin de Jessey, rachètera cette propriété que ses enfants et petits-enfants continueront jusqu'à nos jours à faire prospérer.

Un jardin classé


Labellisé "Jardin remarquable" et classé "Monument historique", l'ensemble du domaine est en constante évolution botanique. Jardin à la française, Parc à l'anglaise, rocaille de plantes exotiques, massifs arbustifs opulents, vastes zones engazonnées accueillant des arbres exceptionnels, vinrent enrichir au fil des siècles, ce lieu unique regroupant 1 500 espèces.Dès l'entrée, la cour d'honneur nous accueille de ses fastes : trônant en son centre, un bassin en marbre de Carrare fait face à la majestueuse maoulinière qu'il est possible de rejoindre grâce à de vastes allées bordées de plates-bandes où, annuelles et vivaces offrent un spectacle à la fois coloré et géométriquement maîtrisé par des bordures de buis taillés, dans le pur style des jardins à la française. Deux grands palmiers mettent encore en valeur de leur verticalité parfaite, la façade de la demeure. Les amateurs pourront aussi admirer la silhouette évasée d'un beau sujet de Magnolia grandiflora âgé de plus de 200 ans.

Bien centralisées dans les parterres, les touffes d'agapanthes déploient leurs douces teintes pastels. Originaire d'Afrique du Sud, l'agapanthe est la plante emblématique du Domaine dont plus de quarante variétés ponctuent le parc.




Un festival lui est même dédié de la fin du mois de juillet à la mi-août afin de fêter le mariage entre le bleu profond des plantes faisant écho à celui du ciel et de la mer. Certaines variétés blanches immaculées viennent s'ajouter à la fête, créant un contraste charmant.Si vous visitez le parc plus tôt dans la saison , pas d'inquiétude ! Vous tomberez forcément sous le charme des arbustes dont les innombrables variétés échelonnent leurs floraisons durant de longs mois.

Camélias, rhododendrons et azalées éclairant de leur beauté délicate les zones ombragées, céanothes et cornus couverts de fleurs, ou encore pivoines et rosiers odorants vous accompagneront dans votre cheminement.



Tout près de la demeure, voici le potager encore en activité. Ceint de murs en pierres, les légumes actuels et anciens y croissent paisiblement en compagnie de rangées d'œillets d'Inde dont la présence colorée est tout spécialement dédiée à une protection rapprochée contre les insectes et les parasites. Çà et là, les carrés de légumes font place à des rosiers croulant sous de lourdes fleurs, ou à la star du domaine, la fameuse agapanthe.

D'étonnants tilleuls taillés en haies le bordent de part et d'autre, menant aux quatre terrasses successives qui descendent en pente douce vers la Rance. La vue sur l'estuaire est ici spectaculaire, surtout par beau temps où il sera possible d'apprécier le ballet des oiseaux marins.

En retournant dans le parc, on ne manquera pas d'admirer la façade de la demeure qui fait face au fleuve : beaucoup plus originale, elle est richement ornementée. De part et d'autre, des allées toutes en rondeurs nous invitent à parcourir les parties encore inexplorées du domaine.


L'ambiance se fait plus intimiste, le chemin longe la rive jusqu'à l'ancienne corderie, bâtiment arrondi portant un toit en lauzes et une cheminée en briques très typiques.

Au détour d'un massif d'hortensias portant fièrement ses boules de fleurs bleutées, nous voilà devant l'ancien bassin de construction des navires qui partaient alors explorer des terres inconnues et ramenaient des espèces exotiques encore parfois présentes dans le jardin du Domaine.

Le parc à l'anglaise, cher à Louis Bazin de Jessey, premier propriétaire de la Dynastie, offre à notre regard ses douces courbes verdoyantes ponctuées de grands arbres majestueux. Tout ici n'est qu'harmonie de formes et de couleurs, un parfait écrin de nature maîtrisé par l'homme de manière discrète, à l'image des 6 hectares de jardins, offrant des tableaux successifs toujours du plus bel effet.

Avant de quitter les lieux, un petit détour vers la pépinière s'impose ! Vous y trouverez une sélection de plantes présentes dans les jardins afin de recréer chez vous à volonté les scènes enchanteresses croisées lors de votre visite en ces lieux où le domaine marin épouse, pour le meilleur, la botanique et l'Histoire.


Pour partager l'article :

Jardins à visiter autres articles :