Les jardins de la Chartreuse du Val de Bénédiction

Par Iris Makoto

Située en plein cœur de la ville de Villeneuve lez Avignon dans le Gard, la Chartreuse du Val de Bénédiction abrite entre ses murs plusieurs jardins où règnent encore une atmosphère de recueillement. Mélange de minéral et de végétal, ces jardins racontent une histoire...




Les bâtiments furent édifiés progressivement autour du Palais construit au XIVe siècle par le Cardinal Aubert, qui devint plus tard le pape Innocent VI. Les générations se succèdent alors et la Chartreuse gagne en magnificence jusqu'en 1973, où le couvent est mis en vente. L’État rachète ensuite progressivement terrains et bâtiments. Une restauration des lieux est ainsi entreprise et continue encore de nos jours. La vocation des bâtiments prend alors une tournure de mécénat mettant à la disposition d'artistes du monde de l'écriture et des spectacles, venus en résidence à la Chartreuse, les moyens de mener à bien leur projet.

La réhabilitation des jardins quant à elle, débuta en 1999, respectant le style des lieux et les fonctions primaires de l'espace. Ainsi dès l'entrée, l'Allée des mûriers, qui servait autrefois à l'élevage des vers à soie, accueille le visiteur. Plusieurs portes sculptées se succèdent, comme autant de sas entre le monde extérieur et celui du cloître.

Imposante, l'église Saint Jean-Baptiste, trouve son écrin dans le jardin du Procureur, planté d'essences méditerranéennes et exotiques, il a été inspiré par un registre de comptes du 18e siècle, tenu par un moine qui achetait, entretenait et créait des bouquets pour remercier les divers bienfaiteurs. Ici, les orangers cultivés en grandes potées exhalent leur inimitable parfum. Ils côtoient les figuiers évoquant l'abondance du paradis et les grenadiers aux éclatantes fleurs orangées symbolisant l'unité de l’église.

Ce jardin est prolongé vers l’Est par un espace étroit et baigné de soleil, enclavé entre des murs couverts de vigne vierge où subsistent encore des vestiges de l'ancienne chapelle. Oliviers et parterres de coronilles jaunes se fondent ici dans le paysage minéral. Le lieu offre en outre une belle perspective sur les remparts du Fort Saint André.

Il jouxte le petit cloître, où une cellule témoin ouverte au public donne sur le jardin des simples abritant des plantes médicinales. Autrefois, chaque moine disposait d'un petit jardin privé attenant à son ermitage, il pouvait y planter ce qu'il voulait : des simples, mais aussi des légumes ou des fleurs, selon ses préférences.

A l'intérieur du cloître, le visiteur pénètre alors dans le jardin qui servait de lieu de rencontres et de récréation aux moines une fois par semaine. Carré et divisé en quatre parties par des haies de buis à l'image des quatre fleuves du jardin d’Eden, il abrite des plantes fleuries comme les élégants iris, évocation du paradis perdu.

Dans son prolongement, le déambulatoire du cloître du cimetière inspire le recueillement car ces lieux abritent les anciennes sépultures des moines, directement ensevelis sous cette immense étendue de gazon planté de bulbes de narcisses et de tulipes de couleurs blanches et jaunes. Un cyprès majestueux, symbole d'immortalité, veille sur l'ensemble de sa force sereine.Non loin de là, la bugade, c'est-à-dire l'ancienne buanderie, étrangement entourée de cellules autrefois destinées aux frères ayant eu un comportement douteux. La roseraie attenante est une allégorie de la Vierge. Le rosier "Victor Hugo" aux grosses fleurs rouges brillantes, nous transporte dans un tourbillon d'effluves capiteux, sa couleur fait écho à celle des rosiers miniatures rouges délicatement mouchetés de blanc, le long des murs, des rosiers grimpants de types anciens, de couleur orangée. Voilà un doux prélude au jardin suivant, nommé à juste titre "jardin des senteurs".
Abrités du terrible mistral par les hauts murs de la Chartreuse, les jasmins, chèvrefeuilles et autres plantes exotiques s'y développent avec luxuriance. D'autres végétaux originaires de la région, y sont cultivés pour leurs feuillages odorants ou pour leurs fleurs irrésistiblement parfumées.
Une halte s'impose pour s'imprégner de l'atmosphère et des senteurs délicieuses du lieu avant de continuer la visite vers la partie la plus ancienne de la Chartreuse.

Peuplé là encore de jasmins, ce jardin héberge le salon de thé qui offre une vue imprenable sur les toits de la ville. Les tables entourées de daturas et de fuchsias invitent à une pause bien méritée pour profiter de l'ambiance particulière distillée par les vieilles pierres environnantes.

La visite se poursuit alors en montant légèrement sur une colline abritant le cloître de Saint Jean, qui fut construit sur l’emplacement du Palais du cardinal Aubert en 1372, lors de l'agrandissement de la Chartreuse. Les cellules disposées autour de celui-ci accueillent actuellement les résidents. Au centre d'une vaste pelouse, le château d’eau construit vers 1750, attire tous les regards ; la fontaine était la base du réseau hydraulique complexe qui distribuait l'eau dans tout le monastère et permettait à la fois de fournir de l'eau potable aux moines et d'arroser les jardins vivriers.



La végétation aux abords des murs entourant ce cloître est résolument méditerranéenne : acanthes et lauriers-roses se partagent la vedette. Le regard embrasse le paysage à la fois historique et somptueux avant de se diriger vers le jardin d'été qui jouxte le restaurant du couvent. Un sureau apporte son doux ombrage, clin d’œil à la mythologie grecque dans laquelle ses fruits constituent une nourriture de choix pour les dieux. Les moines les utilisaient pour confectionner de succulentes confitures ou d'enivrantes liqueurs. Plus étonnants, les grands chaumes des bambous se meuvent avec élégance dans le vent alors que les althéas viennent apporter une note de couleur en ces lieux de convivialité et de rencontres.
Nous quittons la Chartreuse encore impressionnés par ces vestiges d'un passé glorieux remis au goût du jour de bien belle manière, le cœur empli de sérénité et de paix.




Informations pratiques



La Chartreuse, 58 rue de la République,
30404 Villeneuve lez Avignon Cedex

Contacts
Téléphone : 04 90 15 24 24
Email : accueil@chartreuse.org

Horaires d'ouverture
- d'octobre à mars : du lundi au vendredi de 9h30 à 17h00 ; le samedi et le dimanche de 10h00 à 17h00 ;
- d'avril à juin : tous les jours de 9h30 à 18h30 ;
- de juillet à septembre : tous les jours de 9h à 18h30 ;
- en août : tous les jours de 9h00 à 19h30.

Tarifs
Plein tarif : 7,70 €
Visite commentée : + 1 €
Tarif réduit (tarif Pass, Pro, groupes + 20 pers.) : 6,10€
Tarif réduit pour les - de 25 ans et les enseignants : 5,10 €
Gratuit pour les - de 18 ans.


Pour partager l'article :

Jardins à visiter autres articles :