Les jardins de Séricourt

Par Iris Makoto

C'est un lieu magique, situé au cœur du Nord-Pas-de-Calais, entre Amiens et Lille. Véritables cocktails horticoles empreints de poésie, les jardins de Séricourt déploient leur magnificence sur près de quatre hectares.


Passion et maîtrise du végétal


Les jardins de Séricourt sont nés de la main experte de Yves Gosse de Gorre, architecte paysagiste inspiré, qui a su créer ici un espace atypique composé de plusieurs scènes où rigueur et poésie se mêlent au fil d'espaces paysagers très travaillés. Son fils, Guillaume, n'a de cesse de prolonger la tradition, prolongeant l'œuvre de son père dans ce jardin labellisé "Jardin Remarquable" depuis 2004 et très souvent primé depuis.


Une visite féerique


Dès les premiers pas, le visiteur est plongé dans l'univers intimiste du sous-bois, où des plantes délicates déploient leurs feuillages texturés à souhait. Hostas aux reflets bleutés, fougères et heuchères se partagent la vedette sous un peuplier de Chine et un splendide prunus serrulata originaire du Tibet. Non loin de là, la mare, repère des tritons et grenouilles, offre un espace de douceur et de nonchalance ponctué de jolis iris jaunes et de nénuphars flottant au gré du vent. Tout près, la mare sèche, assure un joli contraste et offre une zone de repos sous son abri au toit végétalisé ; une manière bien agréable de se préparer au spectacle saisissant du 'jardin des plantes vivaces' où d'ondulantes pelouses se frayent un chemin parmi une foison de plantes et d'arbres du sommet desquels s'échappent des cascades de roses. 'L'allée nostalgique' protégée par le hêtre pleureur vert et le catalpa, abrite des buis taillés en topiaires, prouvant une fois de plus la maîtrise absolue du maître des lieux sur la nature. Une sente de graviers serpente alors sous les noisetiers protégeant de leurs ramures une collection d' Epimediums.

Nous voilà arrivés au belvédère qui offre un point de vue intéressant sur les diverses scènes du jardin ; après une petite pause sur le banc pour apprécier pleinement le spectacle au son du chant des oiseaux, le labyrinthe des graminées nous accueille dans son antre mystérieux ou de nombreuses variétés de miscanthus forment un écrin de choix pour les Carex ou les Calamagrostis.

Changement d'ambiance au sortir du labyrinthe : nous voici dans le 'jardin guerrier', métaphore végétale d'un champs de bataille où coquelicots et lupins rouges figurent le sang versé par les combats à mort des guerriers hiératiques taillés dans les ifs. Les cerisiers pleureurs ne peuvent que déplorer cette prairie écarlate.

Histoire de parfaire cette ambiance atypique, le sol est jonché de trous évoquant ceux laissés par des bombes, et des topiaires figurant des masques inspirés de ceux de l'île de Pâques, d'Afrique ou de l'Art grotesque viennent appuyer l'ambiance tragique des lieux mais toujours avec une douce note de poésie sous-jacente.Un portail de hêtres pourpres, comme posé là pour évoquer l'espoir, nous conduit alors vers l'apothéose du spectacle : la cathédrale de roses ! La large nef arquée où se mêlent roses et clématites s'agrippant aux érables et aux chênes rouges, évoque la paix retrouvée et l'explosion de la joie. La cathédrale s'ouvre sur une vaste prairie plantée d'un cercle de saules entourant trois "Faux de Verzy", ces hêtres tortueux (Fagus sylvatica var. Tortuosa) si rares que l'on en compte qu'un millier de sujets en forêt de Verzy, près de Reims.

En suivant une allée serpentant parmi les hortensias, nous arrivons alors jusqu'à un lieu magique où des vagues de gazon figurent la mer s'écrasant sur des rochers de chèvrefeuilles. Le mouvement est, là encore, parfaitement évoqué et l'art paysager est à son comble.

Revigorés par ce tableau enchanteur, nous voilà de retour dans la partie centrale du jardin, empruntant une allée pavée géométrique afin de découvrir le jardin des topiaires ou 400 formes s'imbriquent élégamment dans le paysage empreint de douceur. Ultime surprise, un salon de jardin taillé dans les végétaux semble attendre le retour des guerriers pour prendre le verre de l'amitié autour de la table accueillante. La végétation alentours est exubérante et accentue encore l'impression d'intimité que dégage cet espace.


Non loin de là, le "chambre jaune" déploie ses charmes en une somptueuse arabesque de buis (Buxus rotondifolia variegata) entourés de taxus, fusains, gleditsia, érables, tulipiers, sureaux, catalpa pour lui servir d'écrin.

Petit passage par le "jardin géométrique" où diverses espèces sauvages fleuries se partagent la vedette avec les ifs taillés qui structurent parfaitement l'ensemble, pour retourner vers la mare où une halte s'impose avant de terminer cette visite riche en émotions et en découvertes.



Informations pratiques



Les Jardins de Séricourt
2, rue du Bois
62270 SERICOURT
00 33 (0)3 21 03 64 42

Horaires d'ouverture
- Du 1er mai au 15 octobre tous les jours :
du mardi au samedi de 9h à 19h15, dimanche et lundi de 15h à 19h15.

- Du 16 octobre au 30 avril,
ouvert du mardi au samedi de 9h à 12h et de 14h à 17h.

Tarifs
- Adultes : 10 €.
- Moins de 12 ans : gratuit.
- Tarif réduit (étudiants, - 18 ans, invalides, adhérents parcs et jardins de Picardie et du Nord-Pas-de-Calais): 7,50 €.
- Tarif groupe (+ de 20 personnes) en visite libre : 8,50 €/personne.


Pour partager l'article :

Jardins à visiter autres articles :