Les jardins de la villa Ephrussi de Rothschild

Par Iris Makoto

Idéalement situés entre Nice et Monaco en plein cœur de la Côte d'Azur et de ses fastes, les jardins de la villa Ephrussi de Rothschild sont un hymne à l’opulence végétale et architecturale


Pour pénétrer dans les jardins, il est tout d'abord nécessaire de passer par la villa trônant fièrement sur la partie la plus étroite de la presqu'île de Saint-Jean-Cap-Ferrat.


Elle domine la mer formant un écrin azur de part et d'autre. A l'intérieur, mobilier d'époque, œuvres d'Art, costumes et collections de porcelaines constituent les témoins de l'appétit insatiable de Béatrice de Rothschild pour les belles choses. Une immense terrasse conduit alors aux jardins dont la réalisation a nécessité cinq années de travaux de 1907 à 1912 ; les paysagistes durent composer avec la passion de Béatrice pour les voyages et créer plusieurs espaces d'inspirations diverses encadrant le jardin à la française qui donne le ton par sa forme spécifique de proue de navire.

De la demeure dont il est le prolongement, la perspective s'impose, dominée par une cascade en pente douce et un "Temple de l'Amour" en fond de décor. Parterres majestueux, grands bassins colonisés par les lotus, pelouses à la géométrie parfaite ornées de fleurs annuelles et de vases Renaissance explosent en une joyeuse symphonie grâce au jeux d'eau musicaux.


La présence de Cordyline australis et de Washingtonias aux bractées fleuries impressionnantes ajoutent une touche d'originalité à cet ensemble.

Sur la droite de la terrasse, un chemin nous conduit au jardin de Sèvres, classique lui aussi, encadré par de hauts buis taillés, il abrite un salon de thé très cosy. Le chemin s'enfonce alors dans une végétation plus exotique, plus luxuriante, d’alcôves en volutes, nous accédons au patio : alocasia à feuilles géantes, daturas couverts de cloches immenses, hibiscus aux fleurs rougeoyantes et papyrus bordent un bassin d'eau turquoise. La féerie est totale ! Un banc idéalement situé nous invite à la contemplation de ce spectacle enchanteur, mais la curiosité nous poussera bien vite à partir explorer la suite de ce jardin incroyable. Le décor change, les plantes méditerranéennes sont à l'honneur dans le jardin florentin dominé par de grands arbres : pins maritimes, poivriers et les incontournables cyprès de Florence surplombent la mer avec grâce.



L'ombre se fait alors plus dense, l'atmosphère plus mystérieuse... un étrange jardin lapidaire nous tend les bras orné de gargouilles, d'arches gothiques, d’œuvres d'Art du Moyen-Age ou de la Renaissance réunies sous un camphrier majestueux.Un portique en bambou couvert de glycines permet une douce transition avec le jardin japonais. Le contraste est frappant : nous passons d'un lieu inquiétant à une zone apaisante où figurent tous les éléments de la décoration zen. Un pavillon en bois domine l'ensemble, ici rien n'a été laissé au hasard : fontaine minérale, bassin rafraîchissant où de beaux sujets de carpes koïs nagent paisiblement, lanternes, pont et vasques illustrent plus de mille ans de tradition japonaise.

Le chemin se prolonge au bord de la mer surplombant le golfe et ses villas étonnantes, nous sommes dans le jardin provençal, douce introduction au jardin exotique qui le surplombe, mais avant de s'y perdre, un petit passage dans la roseraie mérite le détour. La rose, fleur fétiche de Béatrice est ici à l'honneur se déclinant en diverses couleurs pastels le long d'une pente douce qui une fois gravie, nous accompagne vers le jardin exotique surplombant la totalité de l'espace.
Des cactées colonnaires semblent vouloir toucher l'indigo du ciel, alors que les echinocactus grusonii, célèbres "coussins de belle-mère" offrent leurs épines d'or aux doux rayons du soleil. Les espèces rares côtoient ici, agaves et aloes naturalisés sur les rivages de la méditerranée. Le chemin serpentant, nous ramène au sommet du jardin dominé par un petit temple hexagonal, abritant une divinité, allégorie de la source.




Le chemin descend alors sur l'autre versant du jardin offrant une vue plongeante sur le jardin à la française, une cascade légère alimente un petit canal en escaliers bordés de bégonias aux vifs coloris contrastant avec le bleu profond et la silhouette élancée des sauges. La vue sur la villa est superbe, la magie opère pleinement. D'ici, les inflorescences des washingtonias et des dasylirions apportent originalité et graphisme, le résultat est simplement parfait.
Nous abandonnons avec regret ce petit paradis végétal où luxe côtoie avec brio originalité et éclectisme végétal, un régal pour les sens !
Avant de quitter ce lieu magique, il est délicieux de faire une pause sur un des bancs face au jardin à la française et de profiter encore une fois des jeux d'eau musicaux afin de conserver de longues heures durant, un peu de la féerie de cette visite onirique.

Informations pratiques



Villa et jardins Ephrussi de Rothschild
06230 Saint-Jean-Cap-Ferrat
Tél : 04 93 01 33 09
Email : message@villa-ephrussi.com

Accès
En voiture : accès par la basse corniche (N98). Un parking gratuit est à disposition des visiteurs devant la villa.
Coordonnées GPS : latitude 43°6945937 - longitude 7°3292327.
En bus : lignes 81 et 100.
En train : gare de Beaulieu-sur-Mer.
En avion : aéroport de Nice.

Horaires
Du 15 février au 1er novembre : 10 h - 18 h (19 h en juillet et août).
Du 2 novembre au 16 février inclus :
- en semaine de 14 h à 18 h
- week-ends et vacances scolaires de 10 h à 18 h

Tarifs
Plein tarif : 12 €
Tarif réduit : 9 €
Offre famille : entrée gratuite pour le 2e enfant âgé de 7 à 17 ans (avec 2 adultes et 1 enfant payant).
Les enfants de 7 à 17 ans, les étudiants, les enseignants et les demandeurs d’emploi bénéficient du tarif réduit (sur présentation d’un justificatif). Gratuité pour les enfants de moins de 7 ans, les journalistes et les professionnels du tourisme (sur présentation d’un justificatif).


Pour partager l'article :

Jardins à visiter autres articles :