Le Parc Oriental de Maulévrier

Par Iris Makoto

Reconnu comme le plus grand parc d'inspiration japonaise d'Europe, le Parc Oriental de Maulévrier, étend ses 29 hectares de végétation exubérante mais scrupuleusement maîtrisée, au sud du Maine-et-Loire, juste en limite des Deux-Sèvres.


Entre 1899 et 1913, l'architecte Alexandre Marcel, qui participa brillamment à l'exposition universelle de 1900, époux de la fille du propriétaire du Château Colbert, aménage à l'arrière de celui-ci un espace oriental en faisant élargir la rivière puis creuser un étang.


Il planta de nombreux végétaux exotiques et ponctua son œuvre d'éléments Khmers reproduits à partir de moules ayant servi lors de l'Exposition Universelle. Après sa mort, son épouse conserva le parc jusqu'en 1945, date à laquelle commença un terrible déclin.

Le jardin japonais est alors en friche et les éléments de décoration en ruine lorsque la commune rachète le parc en 1980. Une association très active, actuellement nommée "Parc Oriental", prit ensuite les rênes du jardin afin de le conduire à son état actuel de pur joyau.

Un torii souligne de sa rouge silhouette l'entrée du parc ; entouré de buissons taillés en boule, le sentier plonge vers le pavillon d'accueil construit de façon traditionnelle en bois d'Iroko. Bordé d'azalées servant d'écrin coloré à un fabuleux arbre de Judée en fleurs, le chemin forme une courbe pour longer ensuite une vaste pelouse ponctuée de cerisiers du Japon surmontés par la magnificence du Château Colbert.
L'espace est ici très ouvert mais se resserre peu à peu sur le pont Khmer, encadré par quatre imposantes statues représentant des divinités protectrices.

Nous accédons progressivement à la Pagode et à son jardin, zone fraîche et calme composée de fougères, de mousses délicates et de bambous verdoyants faisant écho aux éclatantes floraisons des massifs d'azalées ou de rhododendrons aménagés en torrent de prairies fleuries dans la plus pure tradition japonaise.

De beaux érables de Léopold au feuillage panaché de jaune veillent sur un groupe de rochers d'où jaillit une source, point de départ de la métaphore du cycle de la vie évoqué tout au long de ce jardin structuré autour du cours d'eau parfois calme et parfois impétueux ; la circulation de la Moine se fait d'est en ouest, symbolisant la trajectoire du soleil de son lever à son coucher, de la naissance à la mort.

Le chemin se poursuit dans cet univers mêlant aquatique et végétal, nous conduisant au temple Khmer abritant une statue de Bouddha en posture de lotus. Un instant de recueillement et nous voilà repartis vers le plan d'eau pour y admirer le fameux "pont rouge" menant aux "îles du Paradis".


Les arbres taillés en nuages évoquent ici une élévation vers de hautes sphères consacrées aux esprits.

Reprenant cette douce suggestion, le sentier grimpe alors vers "la colline des méditations" qui permet d'admirer le paysage avec, pour bruit de fond, les sons mêlés du doux bruissement du vent dans les grands conifères, du murmure d'une cascade et de l'enchanteur pépiement des oiseaux.

Revigorés par cet instant d'apaisement total, nous voilà prêts à prolonger l'exploration de cet univers enchanteur par la visite de la "butte aux azalées", resplendissante au printemps. Ses gradins couverts d'azalées et de glycines japonaises laissent apparaître un sol couvert de mousse, de plantes tapissantes et de fougères.

Le chemin grimpe alors vers une partie consacrée à diverses activités : salon de thé, bâtiments hébergeant les expositions ou les rencontres dédiées aux arts martiaux mais aussi floraux comme le délicat ikébana ou encore le traditionnel bonsaï.

Les enfants pourront s'y détendre et profiter pleinement de l'espace qui leur est dédié avant de redescendre vers l'étang où ils seront étonnés par la corne d'or, élément importé directement d'une toiture de temple thaïlandais. Emergeant des eaux et située à l'extrémité d'une pointe faite de buissons taillés tout en rondeurs, elle fait face au jardin de la pagode et précède l'embarcadère.Ce bâtiment typique surplombant de son austère majesté la surface de l'eau, est le point de perspective idéal pour apprécier pleinement l'ambiance zen et les éléments de sculptures végétales et minérales composant ce lieu unique. En automne, il fait face à un bel érable dont le feuillage s'enflamme littéralement, virant au rouge carmin : un spectacle à ne pas manquer...

Un dernier regard vers l'étonnante pergola chargée de glycine et il est temps de se diriger progressivement vers la sortie.
Avec regret, nous devons quitter cette ambiance unique, mélange de calme et de sérénité pénétrante pour retrouver l'activité bouillonnante du monde extérieur.

Infos pratiques :


Parc Oriental - Route de Mauléon
49360 MAULEVRIER

Venir au Parc :

Période et horaires d'ouverture
Ouvert du 15 mars au 15 novembre.
Mars, avril, octobre, novembre : ouvert du mardi au dimanche + jours fériés.
Fermé le lundi.

Horaires : 14h-18h en semaine et 14h-19h les dimanches et jours fériés.
Mai, juin, septembre : ouvert tous les jours de 14h-18h, week-end et jours fériés fermeture à 19h.
Juillet et août : ouvert tous les jours de 10h30 à 19h30.

Le parc ouvre ses portes certains soirs en nocturne jusqu'à minuit.

Tarifs
Adultes :
jour : 6,50 €,
nuit : 10,00 €,
combiné jour/nuit : 15,00 €

Jeunes de 12 à 18 ans
ou personne handicapée
:
jour : 5,50 €,
nuit : 8,00 €,
combiné jour/nuit : 12,50 €

Moins de 12 ans : gratuit.



Pour partager l'article :

Jardins à visiter autres articles :