Le Jardin de l'Alchimiste

Par Iris Makoto

Voilà un thème bien original pour un jardin qui ne l'est pas moins. L'alchimie, ou comment évoquer la transformation du plomb en or, grâce aux couleurs, aux matières, aux formes et aux symboles bibliques, astraux, chimiques et profanes.




C'est ce que firent Marie et Alain Larouzière, propriétaires de ce jardin et du Mas de la Brune depuis 1995. Situé en Provence dans un cadre enchanteur, au creux du vieil Eygalières, le Jardin de l’Alchimiste n'était au début que terres en friches. De leur rencontre avec deux célèbres paysagistes, Arnaud Maurières et Eric Ossart, naquit ce jardin symbolique, lien entre la matière et l'esprit, passage de l'obscurantisme à la connaissance.

"Berechit", titre hébraïque du premier livre de la Bible, traduit en occident par "Genèse" et par extension "commencement", débute notre découverte sous la forme d'un cheminement d'Eleagnus délicieusement odorant en automne, retraçant chaque lettre du mot et nous conduisant progressivement vers la forêt magique.
Là, de nombreuses essences sont réunies ; certaines symbolisant la force et la protection comme le chêne, d'autre l'amour et l'attachement comme le lierre, ou encore la magie tel le noisetier dont on fait encore les célèbres bâtons de sourciers qui permettent de trouver de l'eau dans les profondeurs du sol. Cèdres, arbousiers, mûriers, genets participent aussi à la magie du lieu et encadrent de leurs hauteur le jardin botanique. Trois années auront été nécessaires pour réunir ce véritable conservatoire de plantes médicinales ou légendaires disposées en carrés ! S'y côtoient des simples, comme la sauge, la consoude, l'armoise, déjà utilisées au Moyen-âge pour leur vertus curatives et des plantes aromatiques cultivées en carrés, comme le romarin ou le basilic. Végétaux nous rappelant que certains alchimistes cherchaient secrètement le fameux élixir d'immortalité ainsi que la Panacée, remède à taux les maux.
La légendaire Mandragore, mais aussi le datura, l'ortie et l’hellébore se partagent équitablement les lieux. Au centre de ce jardin, grimpent sur un grand arceau 22 pieds de vignes, symbole de fertilité. Comme une frontière vers l’extérieur, les oliviers bordés de Lavandes rappellent que nous sommes en Provence, de même que les amandiers et les hélianthus toujours tournés vers le brûlant soleil.



Soudain, d'étranges silhouettes blanches attirent notre regard... Doublant une haie de cyprès, des draps blancs flottant au vent marquent......le passage du jardin magique au jardin alchimique composé de trois tableaux aux couleurs fortes, tranchées, sans aucunes nuances : "l’œuvre au noir" représentant l'ignorance, l'obscurité, et la difficulté à trouver le chemin vers la connaissance, "l’œuvre au blanc", passage lumineux et éveil de l'esprit, et "l’œuvre au rouge" évoquant la réussite de la quête et son aboutissement total dans la plénitude.

Un labyrinthe de charmilles touffues et obscures mène au premier tableau : cinq portes matérialisées par des dalles en schiste noir gravée au plomb du signe de Saturne, nous conduisent progressivement vers un jardin où les végétaux foncés comme l'ophiopogon ou l'aeonium alignés en larges potées font écho au sol de graviers noirs. L'atmosphère se veut pesante, mystérieuse voire légèrement angoissante jusqu'à ce que les allées s'écartent peu à peu pour se diriger vers la fontaine de la connaissance de forme carrée, entourée de dalles de schiste noir gravée au plomb et de onze chênes, nombre symbole du "commencement".

Un pont nous invite alors à sa traversée pour accéder au monde de la lumière de "l’œuvre au blanc" matérialisé par la sobriété des végétaux et des matériaux employés. Une intensité dramatique se dégage de cet endroit dédié à Mercure. Au sol, un cheminement fait de marbre blanc concassé, marqué d'une dalle ronde et toute aussi immaculée à chaque croisement, nous accompagne au milieu des massifs de lys, symboles de pureté, mais aussi des roses et de gaura jusqu'à un bassin circulaire enchâssé dans de blanches pierres, évocation à l'astre lunaire.

Une haie de lauriers aboutit alors sur une porte en fer ronde, passage vers "l’œuvre au rouge" évoquant l'aboutissement de longues années de recherches et la réussite de la quête.

Un alignement de potées de géranium écarlates portées sur de hautes tiges en fer forgé, conduit le visiteur intrigué vers le centre du tableau figuré par un bassin en étoile réunissant les symboles des quatre éléments, le feu, l'eau, l'air et la terre, d'où rayonnent, tels les rais lumineux du soleil, 33 rangs de rosiers rouges. La plénitude est ainsi complète, la connaissance à son apogée, la pierre philosophale enfin découverte.


Voici donc la fin de ce périple à la fois magique et évocateur, lourd de symboles et faisant naître de nombreuses émotions intenses. Un jardin complet, original et résolument contemporain qu'il sera judicieux de quitter sur une note apaisante en passant par le café de la boutique, où il fera bon siroter un cocktail vivifiant à base de sirop de plantes cultivées en ces lieux étranges.




Informations pratiques


Adresse
Le Jardin de l'Alchimiste
13810 EYGALIERES
Tel : +33 (0)4 90 90 67 67 - Fax : +33 (0)4 90 95 99 21
Email : contact@jardin-alchimiste.com

Horaires d'ouverture
Du 1er mai au 12 juin 2013 : tous les jours de 10 H à 18 H.
Du 13 juin au 1er octobre 2013 : ouverture les samedi, dimanche et jours fériés de 10 H à 18 H,
Fermeture en semaine (visite possible uniquement sur rendez-vous).

Tarifs
Tarif Normal : 8 € .
Tarif Réduit : 6 € (famille nombreuse, étudiant, chômeur, + de 60 ans)
Tarif enfant : 2 €


Pour partager l'article :

Jardins à visiter autres articles :