L'Herboretum de Saint-Ay

Par Iris Makoto

Non loin d’Orléans, en région Centre, terre riche en traditions, se trouve l'Herboretum de Saint-Ay. Un jardin éclectique dédié à la biodiversité et à la beauté de la nature. Sur près de neuf hectares de terres contrastées par les vallonnements et le doux cheminement de la rivière des Mauves, s'étend un univers surprenant, articulé autour du chiffre 5, hommage aux cinq sens et à la quintefeuille, plante officinale, connue depuis l'Antiquité, emblématique de l'Herboretum.


L’association de l'Herboretum gère ces lieux et veille au respect total de la nature dans les 5 jardins thématiques, les 5 jardins écologiques, les 5 sites d'observatoires faunistiques qu'il comporte. Pour assurer un retour de la biodiversité des écosystèmes, l'emploi de produits phytosanitaires néfastes pour l'environnement est absolument proscrit. Une faune diversifiée trouve d'ailleurs refuge en ces lieux ponctués par 5 allées harmoniques, traversés par 5 ponts lyriques dont les noms évocateurs sont autant de clins d’œil à la complexité sereine de la nature environnante et à sa valorisation.


La visite débute dans les jardins thématiques, hymnes à une nature maîtrisée par l'homme sous forme de carrés de plantes, témoins des applications étendues qu'elles peuvent avoir dans les domaines aussi variés que la santé, la cosmétologie, la parfumerie ou l'industrie textile. Nous entrons dans le vif du sujet par le jardin des senteurs où de subtiles fragrances distillent leurs parfums envoûtants selon le rythme des heures du jour et en respect des saisons. Chèvrefeuilles, roses, iris et bien d'autres nous enveloppent de leur bienveillants effluves.
Lové au creux de hauts murs et ornés de grilles anciennes, le "Jardin de la symphonie", organisé autour d'une statue centrale, est un jardin à la française, se voulant un espace de découvertes, divisé en 5 carrés de buis taillés rassemblant près de 500 plantes utilisées par l’homme. Ainsi, le carré "de la santé" présente les plantes médicinales couramment employées en phytothérapie : réglisse, sauge, serpolet pour leur vertus digestives ; thym, hysope ou bouillon blanc pour leurs propriétés respiratoires, ou encore pavot et violette pour leurs applications sédatives.

Le carré "de la beauté" est un livre ouvert, dédié aux plantes dont les principes actifs sont utilisés pour les soins du visage et du corps comme le bleuet ou le calendula. Le carré "du mieux-être" est consacré aux végétaux qui procurent détente et relaxation mais aussi énergie et tonus. Plus étrange, le carré "des sortilèges" abrite des plantes mythiques comme la belladone, la ciguë ou la mandragore chargées d'une histoire parfois sombre. Plus léger, le carré "des fibres et des couleurs" est dédié aux plantes à tisser comme le lin ou le chanvre mais aussi aux plantes tinctoriales dont sont tirées des matières colorantes naturelles depuis des siècles.

Autre jardin, autre ambiance

Nous voilà dans le "Jardin des saveurs", fier de son potager traditionnel mais aussi des ses légumes rares et oubliés, regroupés une fois encore en 5 carrés. Apprentissage et découvertes surprenantes sont au rendez-vous !

Comme une suite logique, le "Jardin des tentations" déploie alors son verger composé de nombreuses variétés d'arbres fruitiers agrémentées par des plantes alliées, semées dans le but exclusif d'attirer les insectes pollinisateurs et les auxiliaires de lutte biologique. Ici encore, la symbiose entre animal et végétal est illustrée de bien belle manière. Remontant doucement vers la rivière, nous voilà dans le "Jardin de la cosmétopée régionale" regroupant les plantes cosmétiques cultivées en Beauce, dont le bleuet, l'onagre ou la reine des prés aux vertus adoucissantes.


Le pont des rainettes, lieu d'observation privilégié des batraciens traverse les Mauves et nous conduit vers un univers voulu plus sauvage où les plantes sont présentées dans leur milieu d'origine divisé une fois encore en 5 jardins écologiques et 5 observatoires faunistiques. Humide et lumineuse, la "Prairie aux menthes" accueille des plantes adaptées à ces conditions spécifiques. Ici, les pneumatophores des cyprès chauves côtoient des plantes basses d'un beau vert éclatant comme la menthe odorante, la grande ortie ou la bardane, douce transition avec le milieu forestier de la "Frênaie aux orchidées" abritant quelques petites merveilles végétales comme les hellébores, les iris fétides et plusieurs espèces d'orchidées dont la rare Ophrys mouche.

Le jardin du "Bord de l'eau aux Cardamines" nous transporte ensuite le long des berges de la rivière où carex, pervenches et salicaires poussent en compagnie de grands aulnes. Ce jardin jouxte la "Rive aux amphibiens", véritable conservatoire pour les grenouilles en tout genre. L'allée des chants nous conduit alors vers la grotte aux chauves-souris, écosystème bien huilé où vivent les insectes susceptibles d'être appréciés par ces nocturnes animaux très utiles mais qui se raréfient de façon inquiétante.

Le passage d'un pont sert de transition vers la "Prairie des papillons" spécialement conçue dans le but d'attirer ces délicats insectes ailés. Un champ d'orties sert à la fois d'éclosoir et de garde-manger aux chenilles qui plus tard deviendront de magnifiques papillons. Ce n'est pas un hasard, si le "Champ aux bleuets et aux coquelicots" se trouve juste à côté de ces insectes pollinisateurs précieux, complété par les "Ruches des abeilles" où une dizaines de ruches jouxtent une jachère apicole nécessaire à compléter l'alimentation de ces chers auxiliaires.

La visite se termine par un tapis de graminées entre lesquelles les floraisons éclatantes de plantes toutes simples s’échelonnent au fil des saisons : primevères, pâquerettes, renoncules, et bien sûr, la fameuse pimprenelle qui a donné son nom à ce cinquième et dernier jardin écologique. Pour finir sur une note enchanteresse, la visite de "L'île aux oiseaux" s'impose. Encerclée par deux bras de rivière, elle a été aménagée pour faciliter la vie de la vingtaine de volatiles répertoriée sur le site, comprenant plusieurs espèces de pics et des oiseaux aquatiques comme le héron ou le martin-pêcheur.

Véritable conservatoire de la biodiversité, impossible de ressortir insensible de l'Herboretum, qui constitue un lieu d'apprentissage et d'observation hors du commun, témoin actif d'un essentiel retour à la nature pour l'homme.




Informations pratiques


Herboretum
Domaine de Voisins, Route de Huisseau
45130 Saint-Ay
Téléphone : 02 38 88 99 05 / 06 98 19 45 45
E-mail : contact@herboretum.org

Horaires d'ouverture
Ouverture le mercredi sur rendez-vous de 10h à 17h.
Tarifs
Plein tarif : 9 euros
Tarif réduit : 6 euros
Gratuit pour les moins de 4 ans
Groupes sur devis


Pour partager l'article :

Jardins à visiter autres articles :