La Roseraie du Val-de-Marne

Par Iris Makoto

La Roseraie du Val-de-Marne est un havre de paix et de beauté situé seulement à une dizaine de kilomètres de Paris dans la bien nommée ville de l’Haÿ-les-Roses.



Etendu sur plus d'un hectare et demi, ce lieu inscrit sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, se veut à la fois conservatoire de l'Histoire de la rose mais aussi jardin d'agrément où il fait bon déambuler accompagné des parfums évocateurs des plus belles roses.



Rien ne prédisposait Jules Gravereaux, créateur de la roseraie, à son destin de rhodologue reconnu ; passionné de photographie, ce jeune retraité de 48 ans passait alors son temps enfermé dans les chambres obscures. Sa femme, inquiète pour sa santé et désireuse de le voir sortir, lui demanda alors de créer un jardin pour elle. De là, naquit en 1894, cette passion inaltérable pour les roses. En l'espace de 5 ans, sa collection devient telle qu'il devra faire appel à Edouard André, paysagiste de renom, pour mettre en scène ce qui deviendra la première roseraie au monde.

En 1910, Jules Gravereaux, qui a réalisé son rêve en réunissant toutes les espèces du genre "Rosa" connues à cette époque, confie alors à son fils la réorganisation du jardin. Henri Gravereaux, structurera ainsi l'espace suivant l'axe de symétrie allant du pavillon Normand, antre de Jules lors de ses travaux, au dôme toujours présent actuellement.

La visite commence d'ailleurs ici, face au miroir d'eau et aux vastes pelouses, typiques de l'Art des jardins à la Française. Cet axe central départage les 12 jardins de collections répartis de part et d'autres. Le visiteur est alors surpris par la largeur des vastes allées et la recherche esthétique dans l'utilisation de toutes les formes de rosiers qui sont ici déclinées en somptueux parterres, montées sur des arceaux, portées par des "berceaux" ou conduites et taillées en pyramides, clin d’œil aux ifs en topiaire des jardins à la Française.

Nous suivons au gré des parfums enivrants "l'allée de l'histoire de la Rose", véritable arbre généalogique du rosier depuis son origine. Les treillages en fer forgé resplendissants sous les églantiers recouverts d'une multitudes de fleurs simples, puis des plants de "Rosa gallica" ou de "rosa fetida", cultivés autrefois comme plantes médicinales, sont autant d'exemples du début de l'histoire de la rose dans les jardins.
Cette allée regroupant de nombreuses espèces et variétés, représente à elle seule un condensé des plantes présentes dans cette incroyable encyclopédie vivante des roses et nous accompagne jusqu'à un espace plus intimiste, où les parfums se révèlent encore plus puissants : voici le jardin des roses galliques reconnues comme étant les plus odorantes.
Dès le Moyen-âge, elles étaient employées comme plantes médicinales et servaient à préparer la fameuse essence de rose. La palette se décline ici du blanc pur au pourpre, portée par des buissons pouvant atteindre un mètre cinquante. Ces roses sont à l'origine de nombreuses hybridations, et sans la volonté de Jules Gravereaux de constituer ce conservatoire, la majorité d'entre-elles auraient disparu au profit de variétés plus commerciales.


Les roses galliques sont aussi à l'honneur le long de l'allée des roses de la Malmaison, qui n'est autre que la reconstitution exacte de la roseraie de l'Impératrice Joséphine de Beauharnais. Celle-ci possédait près de 250 variétés de rosiers galliques glanés lors des diverses conquêtes, rosiers de Damas, centifoglia, ou gallica sont les maîtres du lieu.

Non loin de là, lové à la croisé des chemins, se trouve le "jardin des roses d'Extrême Orient". Ces rosiers ont changé à tout jamais l'ancienne vision de la rose grâce à une découverte cruciale : les rosiers remontants, qui jusqu'alors, étaient inconnus en Europe et qui donnèrent naissance à toute une génération d'hybrides aux coloris chatoyants et à la floraison prolongée.

D'allées en allées, de senteurs en merveilles visuelles, se perdant dans ce jardin incroyable, nous voici arrivés à l'ancien théâtre de verdure, haut lieu culturel de la fin du XIXe à la moitié du XXe siècle. Lui faisant face, le "jardin des roses horticoles anciennes" entouré de pergolas opulentes, déploie ses charmes, retraçant l'histoire de l'hybridation entre les roses galliques et celles d'Extrême Orient ; Polyantha, Thé, ou Floribunda, le visiteur ne sait plus où donner de la tête, entouré par tant de variétés et d’exubérance de floraisons.


Encore étourdis par ce spectacle, nous foulons l'allée des roses botaniques jusqu'au Dôme, chef d’œuvre d'architecture couverts de rosiers grimpants. Côte à côté, le "Jardin des Roses étrangères" regroupant une collection de roses à grosses fleurs de formes parfaites, créées après 1950 et parfois primées dans les concours internationaux, et le jardin des "Roses françaises", où les hybrides aux couleurs éclatantes portent le nom de célébrités bien de chez nous.

Qu'il est bon de se perdre dans ce jardin aux mille senteurs ! Fontaine, bancs, statues et autres éléments architecturaux le ponctuent de manière harmonieuse, comme autant de surprises aux détours des allées.Un dernier passage au beau milieu des rosiers rugueux ainsi nommés en raison de leur feuillage gaufré et de leur résistance à la sécheresse et aux maladies, sujets de choix pour les expérience de Jules Graveaux. Viennent ensuite les rosiers "pimprenelles" à la floraison éphémère de couleur jaune, parfois blanche, méconnus du grand public et délaissés par les producteurs.
Nous quittons alors ce lieu de découverte et de beauté, emplis de la suavité des effluves rencontrées, des images plein la tête et le cœur léger.

Infos pratiques


Roseraie du Val-de-Marne
Rue Albert Watel
94240 L’HAŸ-LES-ROSES
Tel. : 01.43.99.82.80 / Fax : 01.43.99.82.74
E. mail : vie-des-parcs@cg94.fr
Coordonnées GPS : Lat - 48° 46’ 35" / Lon - 2° 20’ 6"
Dates et horaires d’ouverture
Du vendredi 4 mai au dimanche 16 septembre 2012, de 10 h à 20 h.

Tarifs
Plein tarif : 3 €
Demi-tarif : 1,50 €
Le demi-tarif est applicable sur présentation d’un justificatif aux :
- enfants de 5 à 15 ans,
- plus de 60 ans,
- étudiants sur présentation d’un justificatif,
- militaires,
- groupes de plus de 15 personnes.


La gratuité est applicable sur présentation d’une pièce justificative aux :
- enfants de moins de 5 ans,
- écoles et centres de loisirs du Val-de-Marne,
- groupes du Val-de-Marne revêtant un caractère social,
- personnes privées d’emploi sur présentation d’un justificatif,
- membres de l’association "les Amis de la Roseraie du Val-de-Marne",
- membres de l’association "Conservatoire des Collections Végétales Spécialisées",
- journalistes sur présentation de leur carte professionnelle,
- agents départementaux sur présentation d’un justificatif,
- personnes handicapées et accompagnateurs,
- pendant l’opération nationale "Rendez-vous au jardin",
- de la mi-juillet à la fermeture de la Roseraie.


Pour partager l'article :

Jardins à visiter autres articles :