Le parc du Mugel à La Ciotat

Par Iris Makoto

Le Parc du Mugel est lieu exceptionnel et hors du temps, pourtant bien connu des habitants de la ville de La Ciotat qu'il surplombe paisiblement adossé au Bec de l'Aigle, niché dans un site classé.


Ici le relief, constitué de roches brunes enfermant de gros galets agglomérés, évoque de lointaines terres des îles exotiques et nous transporte bien au-delà de la douce Provence.
Le Bec de l'Aigle, suspendu au-dessus de la méditerranée, sert de parfait écrin au Parc du Mugel, qu'il colore de ses reflets encore plus chatoyants sous la douce lumière du coucher de soleil venu fermer la parenthèse enchantée d'une journée de détente passée dans ces lieux.
Dure et imperméable, la roche environnante nommée "poudingue" a permis la construction d'un véritable réseau d'irrigation très original ; des calades, typiquement provençales (ruelles étroites et pentues dont le fond est tapissé de galets) récupèrent les eaux de pluie et les acheminent vers de profonds bassins. Ceci explique en partie l’opulence de la végétation dans le parc, dont la collection botanique profite d'un arrosage sans restriction.

Classé depuis peu "Jardin Remarquable", ce parc accessible gratuitement au public, était à l'origine une propriété privée acquise par Louis Fouquet en 1923, pour en faire sa résidence secondaire. Ce jardin extraordinaire de près de 12 hectares sera ensuite en partie racheté par la ville de La Ciotat en 1952, puis trente ans plus tard, le conseil général des Bouches-du-Rhône complétera l'acquisition du domaine.



Le site est idéalement protégé du mistral tant redouté des plantes exotiques et des provençaux ; il est en outre bordé par la Méditerranée qui crée un microclimat favorable en hiver.
La preuve est faite avec la collection de palmiers qui accueille le visiteur dès l'entrée du parc. Plus de trente espèces y sont représentées.

Au fil du chemin bien tracé, le regard est attiré par de flamboyants cannas qui atteignent ici près de deux mètres de hauteur. Les oiseaux de paradis (Strelitzia) se mêlent aux cactées et autres plantes succulentes dont de gros sujets d'agaves et d’aloès trônant fièrement au centre des massifs pentus. Les érythrines autrement nommée "crêtes de coq" en hommage à leur somptueuse floraison rouge se partagent la vedette avec d'autres essences rares en ces contrées comme les camphriers.

Le chemin descend en pente douce toujours bordé d'une végétation luxuriante pour aboutir sur le carré aride des plantes aromatiques ; s'y côtoient toute la palette odorante des herbes de Provence : thym, romarin, origan, estragon, sarriette mais aussi une collection de menthes diverses pour le plus grand plaisir de nos sens en éveil.
Une terrasse panoramique le jouxte offrant une vue sur l'orangeraie qui abrite de nombreuses espèces d'agrumes, et de l'autre côté, sur les grandes pelouses accueillant les jeux des enfants.


Tout près, le doux murmure de l'eau nous conduit vers une fontaine entourée d'arums blancs et de fougères élancées où il fera bon faire une halte.
La végétation s'épaissit. Aux travers de l'ombrage, apparaît le grand bassin et en arrière plan une inattendue forêt de grands bambous.

Nous accédons progressivement à la deuxième partie du jardin : la zone naturelle !

Se succèdent alors diverses essences d'une végétation spontanée dont les chênes liège, les plantes basses composant le maquis et la garrigue, et tout un éventail représentatif de végétation halophile qui résiste aux embruns si proches. Le chemin monte alors, plus franchement, vers une ancienne Bastide qui abrite "l'atelier bleu". Ici, un Centre Permanent d’Initiatives à l’Environnement développe des activités axées sur la découverte du milieu littoral et marin auprès des écoles de La Ciotat et des communes alentours.

Le chemin se poursuit à travers le maquis et les chênes verts pour accéder à une curiosité végétale : nous voilà dans une véritable châtaigneraie, chose très rare en région côtière ! Ici, la fraîcheur est de mise et sous le feuillage de ces majestueux arbres, une aire de repos a été aménagée afin de prendre quelques forces avant l'ascension vers le belvédère.
Quelques escaliers, un petit chemin de galets, une forêt de chênes verts, le décor est planté ! Après un cheminement sinueux, nous voici finalement au belvédère où nous attend une vue à couper le souffle, plongeant à pic quatre-vingt-deux mètres au-dessus de la mer.



Le panorama offre alors un spectacle grandiose sur le golfe de La Ciotat et l'Ile Verte ; instant magique qu'il faudra prendre le temps d'apprécier à sa juste valeur.

Au retour, les chênes verts laissent progressivement place à une végétation plus aride dans la partie basse du chemin qui traverse alors le maquis et la garrigue pour nous conduire aux restanques oléicoles. Ces constructions provençales typiques en pierres sèches, permettaient de dompter la nature, en créant des zones de cultures plates même en terrain extrêmement pentus et arides. Les champs étaient alors cultivés sur plusieurs niveaux retenus par des murets en pierres sèches servant à limiter l'érosion et à conserver un maximum de terre et d'humidité aux pieds des cultures installées. Ici, ce sont des oliviers, que l'on a choisi d'installer dont la production servira à presser la fameuse huile d'olive aux milles vertus qui est appréciée depuis des temps immémoriaux.

Les rires des enfants nous ramènent à la réalité, nous ne sommes qu'à deux pas du "Boulingrin", vaste pelouse verdoyante arborée de pins parasols majestueux dominant une crique à l'eau cristalline.
Cet espace accueille les familles au grand complet venues pique-niquer, jouer ou se reposer en ce lieu où tous les ingrédients sont réunis pour passer une journée inoubliable.


Infos pratiques


Adresse : avenue du Mugel, 13600 La Ciotat
Horaires d' ouverture :
Du 1er avril au 30 septembre de 8 h à 20 h.
Du 1er octobre au 31 mars de 9 h à 18 h.
Tarifs : gratuit
Téléphone : 04.42.08.88.42
Plan de la Ciotat : Visualiser le plan
Accès : Par la route
La Ciotat est située :
à 37 km de Marseille par l’autoroute A 50 ou le CD 559
à 37 km de Toulon par l’autoroute A 50 ou ou le CD 559
à 46 km d’Aix-en-Provence par l’autoroute A 50
Une fois à La Ciotat, prendre direction chantier naval, puis route des calanques.
Parking : un parking payant est situé à environ 200 m de la première plage du Mugel, puis un chemin piéton longe la calanque du Mugel pour accéder au parc.


Pour partager l'article :

Jardins à visiter autres articles :