Les fleurs s'invitent au potager en juin

Par Martial Iratorza

Au mois de juin, tous les légumes se plantent ou se sèment. Profitons-en pour fleurir le potager en s'inspirant des jardins de nos aïeux.


Les fleurs s'invitent au potager en juin
Ils y cultivaient dans un désordre apparent des fleurs, des plantes condimentaires et bien sûr des légumes.

Naturellement esthétiques, les fleurs transforment le potager en une féérie de couleurs et de parfums.

Importer les fleurs au jardin potager n'a que des avantages : elles favorisent la biodiversité et servent de témoin dalerte en cas d'attaques d'insectes nuisibles. D'autres ont un effet répulsif.

Le potager fleuri c'est le jardin des compromis


Un jardin potager ornemental demande plus de travail qu'un potager normal. Il est difficile, à moins de posséder une grande surface de terrain et de beaucoup de temps à lui consacrer, de cultiver de grandes quantités d'un même légume.

Certaines variétés de légumes peuvent devenir décoratives : comme les cardes, qui du vert d'origine, se décline en jaune ou en rouge. Le choix de ces légumes se fait alors au détriment de leurs qualités gustatives.

Fini les grandes lignes de légumes. Le jardinier préfère alors les petits carrés entourés de tagètes, d'œillet bisannuel, etc.

Le potager de l'épicurien devient moins formel. Les formes organiques qui paraissent incongrues au potager deviennent la règle. Elles s'imbriquent pour former un patchwork coloré.

Fleurs et légumes sont plantés selon l'inspiration du moment. La qualité prend alors le pas sur la productivité.

D'autres jardiniers plus rationnels peuvent s'inspirer des jardins du château de Villandry, mais restez toutefois modeste, car cela vous demande un investissement lourd et beaucoup de temps. N'oublions pas que le jardin, c'est avant tout du plaisir !

Laissez libre cours à votre imagination, mais en pensant toujours que c'est des légumes que vous y faites pousser en majorité avec toutes les contraintes d'assolement.Le paillage à base de débris végétaux est indispensable. Il a deux fonctions : maintenir le sol humide et au fil des années il améliorera la structure de votre sol.

L'ombre des grands arbres ou des bâtiments permettent la culture de plantes plus fragiles. Avant de tracer vos massifs, repérez les ombres portées aux moments les plus chauds de la journée.

Le vent est un facteur à prendre en compte. L'été, ils sont desséchants en accélérant l'évaporation de l'eau en surface. Plantez des haies d'arbustes variés qui filtrent ces ardeurs. Evitez les murs verts ou les claustras qui génèrent des turbulences tout aussi desséchantes.

Economiser l'eau


Avec le réchauffement climatique, dans de nombreuses régions, les restrictions d'eau sont de plus en plus d'actualité. Il faut donc lutter contre le gaspillage de l'eau.

L'idéal c'est bien évidemment le goutte-à-goutte pour les arbres et arbustes, à partir d'une réserve d'eau et des tuyaux poreux enfouis sous le paillage pour les massifs.

Il faut habituer les plantes à résister à la sécheresse. Il ne faut pas sortir le tuyau d'arrosage dès que l'on voit une plante qui fane. Bien souvent, avec la fraîcheur de la nuit, la plante le lendemain matin est ragaillardie.

Le choix des plantes


Quel que soit le climat où il se trouve, votre jardin se fera avec des végétaux résistants au manque temporaire d'eau. Pour chaque situation vous trouverez, soit des "plantes chameau" qui se font une réserve d'eau dans leurs feuilles ou leurs rhizomes (cactées, iris, ficoïdes, orpins) ou des plantes aux racines très fines s'étendant sur une grande surface (certaines bruyères), d'autres avec un feuillage velu et blanc et cotonneux (armoises, phlomis) et enfin les plantes à feuillage coriace comme les lauriers roses.

Bien des jardiniers arrivent difficilement à concevoir un jardin sans gazon, celui-ci est à bannir. Il se transformera vite en été en une surface jaune et pelée. Dans le journal du mois de février 2014, vous trouverez comment faire un jardin sans gazon.

Quelles fleurs ?


Toutes les annuelles et bisannuelles se prêtent pour la mise en scène du potager.

Les zinnias (ils sont intéressants, car ils servent d'alerte en cas d'attaque de l'oïdium et du mildiou. Ce sont les premiers atteints. A la moindre tache, intervenez !), les reines marguerittes, les œillets mignardises, les œillets et roses d'Inde, les superbes clarkias injustement disparus de nos jardins.

N'oubliez pas quelques pieds de tournesol qui serviront de garde-manger aux oiseaux, la mauvaise saison venue.

Un espace peut être dédié aux fleurs à couper classiques, comme les dahlias, les glaïeuls, la gypsophile.

Les plantes vivaces, elles prennent place dans des endroits stratégiques qui restent en place : au pied du robinet d'eau, aux abords de la cabane, en bordure d'allée principale.

Il faut éviter les plantes vivaces qui se développent par rhizome, car il est bien souvent difficile de s'en débarrasser.

Et les légumes… ?


Ce sont, avant tout, les légumes qui prennent la plus grande place. Dans ce jardin, vous serez surpris par les qualités décoratives des légumes.

Un simple carré de poireau bleu de solaise par exemple, est sublimé par une bordure d'œillet d'Inde "Vanille".

Il est possible de jouer avec les couleurs des salades rouges ou vertes, mais bien d'autres légumes se prêtent à la composition de décors : toutes les tomates jaunes ou rouges, l'artichaut pour son feuillage et ses fleurs, le céleri doré, le pois asperge à fleurs rouges, côte de bette rouge, le cardon pour son feuillage et ses fleurs, la betterave, l'oseille, le persil frisé, etc.

Le mariage du beau et du bon pour passer un bel été au jardin.


Pour partager l'article :

Aménagement de jardin autres articles :