Récits de jardiniers
Articles de jardinage écrits par et pour tous les jardiniers
Qu'ils soient jardiniers amateurs par passion, ou proffesionnels horticulteurs, pépiniéristes ou paysagistes...
Ils ont la main verte et vous dévoilent avec leur article jardinage : astuces, conseils, techniques et entretiens des plantes, fleurs, arbustes...

 Le jardinage
en

Tous les travaux de jardinage au potager, verger, jardin d'ornement...
travaux jardinage



 Gratuit !!!
Recevez gratuitement chaque mois notre magazine jardin !






Lire notre N°128 magazine jardinage
de Octobre


Le recevoir gratuitement


 


Diffusez vos propres articles de jardinage - cliquez ici

Sommaire des Récits de jardiniers

L'aleurode du chou
Ou la hantise du jardinier

Les aleurodes, ou mouches blanches, sont fréquents sur de nombreuses plantes, au jardin, sous serre ou dans la maison (ils s'attaquent aux plantes vertes).
Suceurs de sève, ils affaiblissent le végétal qui peut en mourir.
Il existe plusieurs traitements, des insecticides chimiques (et là vous avez l'embarras du choix sur le net) à la lutte biologique.

PRESENTATION :

Les aleurodes, dits aussi mouches blanches, sont de minuscules insectes de la famille des homoptères qui, comme leurs cousins les pucerons, sont des insectes piqueurs-suceurs se nourrissant de la sève des plantes.

Les espèces d’aleurodes sont nombreuses, mais trois d’entre elles sont particulièrement craintes des jardiniers :
·L’aleurode des serres, Trialeurode vaporarium,
·L’aleurode du tabac, Bemisia tabaci, qui peut infester de nombreuses plantes,
·L’aleurode du chou, Aleyrodes proletella.

L’aleurode originaire d'Amérique du Sud aime la chaleur et si le froid ne le tue pas, il ralentit sa croissance.

CYCLE DE VIE :

L’aleurode du chou est un petit insecte que l’on dit parasite car il se reproduit énormément (jusqu’à 600 œufs pour une femelle).
Pour preuve ce nuage blanc que l’on observe lorsqu’on s’approche du chou est un vol d’aleurodes adultes blanchis par le miellat qu’ils produisent mais aussi par les œufs qu’ils pondront plus tard.
Les œufs mesurent environ 0,2 mm, leur incubation oscille entre 6 et 20 jours, resteront des larves de 18 à 70 jours et vivront en tant qu’adultes 20 à 30 jours.

TRAITEMENT :

On parle d'"isoler" la plante en tout premier lieu pour éviter la contagion mais il s'avère que techniquement c'est très difficile. Sinon il faut traiter rapidement car les traitements n'agissant en général que sur les adultes l'infestation devient vite difficile à enrayer.

Insecticides conventionnels

Les aleurodes sont un véritable fléau en raison de leur résistance à de nombreux insecticides chimiques, les larves (et les œufs) étant protégés par une pellicule cireuse imperméable, les vaporisations d’insecticides ne sont efficaces que sur les adultes. C'est pourquoi on préconise un insecticide systémique véhiculé par la sève mais il ne faut pas traiter lors de la floraison pour ne pas nuire aux insectes butineurs (abeilles).

Lutte biologique

Généralement efficace sous serre. Deux prédateurs peuvent être utilisés :

Encarsia formosa micro-guêpe dont les œufs pondus sur les larves d’aleurodes les détruisent (avril à octobre car elle a besoin de chaleur pour se reproduire) ;
Macrolophus caliginosuspetite punaise verte qui se nourrit des adultes et des œufs d’aleurodes.

Pièges :

On dispose près de la plante atteinte de petites plaques de carton jaune enduites de glu ou de miel. Les adultes, attirés par la couleur jaune, viendront se coller sur ces pièges.

Toutefois on ne peut utiliser cette méthode efficacement qu'en début d’infestation, et elle sera sans doute insuffisante si les mouches blanches sont très nombreuses de plus on risque de trouver insectes auxiliaires (les gentils) collés sur ces pièges.

Traitements simples et écologiques

Il est possible de vaporiser les plantes (en insistant sur la face inférieure des feuilles) d’eau savonneuse (savon noir), éventuellement additionnée d’un peu d’huile végétale. Le rôle de l’huile est d’enrober et d'étouffer les œufs et les larves (comme pour les poux). on peut appliquer une petite quantité d’huile pure sur la face inférieure des feuilles colonisées. Les vaporisations de purin d’ortie peuvent aussi donner de bons résultats.

Il est dit sur certains forums que les mouches blanches qui s’installent sur les plantes de serre ou d’intérieur n’aiment pas l’humidité et qu'en sortant ses pots lors de jours humides on peut les déloger. Cela reste à prouver.

Les bons mariages

En plantant des capucines entre les rangs de choux, on tient éloignés les aleurodes tout comme les œillets d’inde au feuillage odorant dont l'odeur fait fuir bon nombre d’insectes.

Article largement inspiré de Clémentine, merci.

Article rédigé par constance-au-jardin - Le 2010-11-04
Voir la fiche de ce membre