Les traitements bio

Par Iris Makoto

Contrairement aux versions de synthèse issues de produits chimiques parfois dangereux pour l'environnement, les traitements bio aident à prévenir et à traiter maladies et parasites sans affecter l'équilibre du jardin.


Les traitements bio

Intérêt des bio-pesticides


Moins violents que les pesticides classiques, les bio-pesticides ne fragilisent pas les plantes sur lesquelles ils sont utilisés. Ils permettent d'agir aussi bien en prévention qu'en soin en cas d'attaque avérée sans pour autant détruire les animaux et ni les plantes environnantes. Voyons quels sont les traitements bio les plus utilisés pour préserver nos jardins des attaques cryptogamiques, fongiques et parasitaires :

Les purins de plantes :
élaborés à base de plantes fermentées dans de l'eau, les purins s'appliquent en pulvérisations sur et sous le feuillage. Certains purins comme celui d'ortie, de fougère ou de tomates servent en prévention contre les insectes comme les pucerons, les aleurodes, les thrips ou les mouches blanches, d'autres comme celui de prêle seront efficaces contre les maladies cryptogamiques telles que la rouille, l'oïdium, le mildiou, la moniliose ou même la cloque. Les purins d'ortie ou de consoude peuvent aussi servir d'engrais bio respectivement pour leurs apports en azote et en potasse.

Le savon noir :
peu agressif, il est très utile un fois dilué dans l'eau pour lutter contre les acariens, les aleurodes, les thrips et les pucerons. Il s'utilise lui aussi en pulvérisations sur les parties aériennes des plantes. Mélangé à un peu d'alcool à brûler et à de l'eau, il servira à ôter facilement les cochenilles à l'aide d'un coton tige imbibé.

La bouillie bordelaise :
mélange de sulfate de cuivre et de chaux, cette poudre bleutée diluable dans l'eau, est idéale en traitement préventif contre les maladies cryptogamiques sur les arbres du verger, les arbustes ornementaux, les rosiers et les plantes potagères.Le soufre :
il se présente lui aussi sous forme de poudre mouillable et peut être associé à la bouillie bordelaise pour en augmenter son efficacité. Il est utilisé en traitement préventif de la plupart des maladies cryptogamiques.

Le pyrèthre :
cet insecticide naturel est issu d'un chrysanthème (Chrysanthemum cinerariifolium). Il est conditionné sous forme d'huile ou de poudre à diluer pour une pulvérisation préventive ou curative sur le feuillage des plantes attaquées par les insectes et les chenilles.

Les huiles végétales :
elles permettent de lutter contre certains insectes comme les cochenilles ou les pucerons. Parmi elles, l'huile de colza ou de ricin.

L'argile :
elle est utilisée en pulvérisations pour constituer une barrière minérale sur certains arbres fruitiers notamment les oliviers ou les agrumes afin d'éviter les attaques de mouches, de cicadelles, d'acariens ou de chenilles.

Bacillus thuringiensis :
très sélective, cette bactérie s'attaque directement aux chenilles (carpocapses, noctuelles, piérides, tordeuses...) qui se nourrissent de brassicacées (choux... ) mais aussi de pommes de terre, d'épinards ou de tomates.

La terre de diatomée :
il s'agit d'algues microscopiques broyées, dont le squelette silicieux transformé en poudre, provoquera des blessures mortelles sur les insectes comme les fourmis, les punaises ou les cafards. A noter : elle constitue aussi un bon traitement contre les puces pour nos animaux domestiques.


Pour partager l'article :

Fiches de Jardinage Bio autres articles :