Le paillage : mode d'emploi

Par Isabelle Cabrit

C'est en observant la nature que l'on comprend tout l'intérêt de pailler le jardin ; nulle part elle ne se laisse nue : sous-bois, fossés, friches, prairies... partout l'espace est occupé par des végétaux, morts


Le paillage : <br />
mode d'emploi
ou vivants. Dans le jardin, les possibilités sont multiples, alors pourquoi s'en priver ?


Pourquoi pailler ?


Pailler signifie recouvrir le sol dans le but de :
limiter son assèchement et donc la fréquence des arrosages ;
limiter la pousse des mauvaises herbes ;
le protéger des intempéries : froid, chaleur, fortes pluies (qui forment une croûte compacte sur le sol), vent (qui assèche le sol) ;
le nourrir et supprimer le travail de labour. En se dégradant, le paillis d'origine végétale se transforme en humus. Le sol s'enrichit et reste meuble.

Les paillis


La paille :
La paille de céréales (blé, orge...) est à l'origine du paillage. Elle est utilisée broyée et est installée en couche plus ou moins épaisse (2 à 10 cm) selon la fragilité de la culture à protéger (plus la plante est grêle, plus la couche est fine).


Comptez environ un an pour sa dégradation complète. Il y a une trentaine d'années, la paille se trouvait très facilement en milieu rural. Aujourd'hui, il est plus difficile de s'en procurer. Les déchets du jardin :
Le jardin est le plus grand pourvoyeur de paillis :

- Paillis de feuilles
Selon l'usage qu'il en est fait, il est souhaitable de distinguer les feuilles à décomposition rapide (fruitiers, noisetiers, ormes, tilleuls, cornouillers...) et les feuilles à décomposition lente, plus coriaces (noyer, châtaigner, chêne, platane, lauriers...). Les feuilles épaisses se décomposant plus lentement, conviennent d'avantage à un paillage hivernal, c'est-à-dire un paillage long, subissant de fortes intempéries. Afin de faciliter la dégradation des feuilles ou d'obtenir un paillis plus fin, vous pouvez broyer les feuilles à l'aide d'une tondeuse. Notez que le paillis de feuilles a tendance à être acide ; utilisé seul il convient plus particulièrement à la culture des fraisiers ou bien à la protection des massifs, des rosiers ou des arbustes.
Astuce : lorsque vous recouvrez le sol de feuilles mortes pour une longue durée (l'hiver), jetez-y dessus quelques branches ou quelques bambous pour les maintenir au sol lorsque le vent se lèvera !

- Broyats de branches
En plus des feuilles, les arbres fournissent... des branches ! Si vous ne savez pas quelle utilisation faire de vos déchets de taille, sachez que le broyat de branches peut être utilisé comme paillis de longue durée (il met plus d'un an à se décomposer), à utiliser au pied des plantes vivaces. Préférez les branches des coupes d'hiver, plus sèches, et réservez les coupes de printemps pour alimenter le compost. Les rameaux les plus fins peuvent être broyés à la tondeuse ; pour ceux dont le diamètre dépasse 1,5 cm, il est possible de louer ou d'acheter un broyeur de végétaux.- Tontes de pelouse et autres herbes coupées
Les tontes sèches de pelouse sont le paillis du potager. Fines et de décomposition rapide, elles sont idéales pour les cultures saisonnières comme les légumes ou pour protéger les jeunes pousses de vivaces.


Elles se mettent en place une fois séchées. Pour cela, soit vous laissez sur place la coupe (tondeuse sans panier de récupération) toute une journée avant de la ramasser à l'aide d'un râteau (la coupe ne doit pas être trop fine), soit vous la disposez en petits tas qui sècheront au soleil pendant deux ou trois jours. Utilisées en couches très fines (1 cm), les coupes d'herbes peuvent être installées sans séchage préalable. Sèches, elles peuvent former des paillis de 0,5 cm à 10 cm d'épaisseur : 0,5 cm pour les radis, 2 cm pour les salades, 5 à 10 cm pour les tomates.

Paillis du commerce
Paillettes de chanvre ou de lin, écorces de pins ou de sapins, coquilles de fèves de cacao... il existe de multiples produits disponibles dans le commerce, qui ont tous des qualités spécifiques : le lin se dégrade facilement contrairement aux écorces, ce qui est bon pour les annuelles, l'écorce de pin est esthétique et acide, ce qui convient aux arbustes et aux massifs de plantes acidophiles : camélias, azalées, rhododendrons, bruyères..., les coquilles de fèves de cacao ont une très bonne tenue au vent, ...
Comme les paillis issus du jardin, les paillis du commerce sont à choisir en fonction des besoins. Renseignez-vous toutefois sur la provenance de votre achat qui peut être relativement éloignée, ce qui en ferait un produit peu écologique !Les films de paillage biodégradables
Les films de paillage utilisés en maraîchage biologique sont le plus souvent des films noirs constitués d’un alliage de co-polyester et d’amidons de maïs. Ils permettent un bon réchauffement du sol (gare aux coups de chaud en cas de fortes chaleurs), ils n'attirent pas les limaces (contrairement au paillage végétal) mais l'installation reste délicate car ils se déchirent très facilement.

La pierre
Le paillage minéral (graviers, ardoise…) est une alternative au paillage végétal. Son atout : il est en place pour un long moment. Sa limite : il ne nourrit pas le sol. A utiliser de préférence pour les massifs de plantes, d'arbres ou d'arbustes.

Installation du paillis


Le paillis s'installe :
- à l'entrée de l'hiver sur les espaces libres du jardin ou au pied des cultures restant en terre : choux, poireaux, fraisiers... Choisissez des matériaux qui se décomposent lentement comme la paille, les feuilles de chêne ou de noyer ou les paillis du commerce (plus chers).
- au printemps et en été, lorsque la terre est réchauffée (début mai), que les semis sont suffisamment hauts ou lorsque les plants viennent d'être repiqués. L'installation d'un paillis qui se décompose rapidement (fine couche de tonte de pelouse, de coupe d'herbe, de paille ou de broyat sec de feuilles et de fins rameaux...) vous évite la corvée de ratissage des résidus au moment de la récolte.
Le paillis d'hiver s'enlève au printemps, lorsque la terre se réchauffe et que vous préparez la terre pour remettre en culture les planches couvertes (ratissez les résidus et mettez-les sur le tas de compost). Le paillis de printemps s'enlève à la récolte, s'il en reste !

N'oubliez pas


Rappel : pensez à effectuer les apports de compost avant de pailler et arrosez le paillis une fois installé.
Attention : ne pas pailler les légumes qui craignent les excès d'humidité comme l'ail, l'oignon ou l'échalote.


Pour partager l'article :

Fiches de Jardinage Bio autres articles :