Le désherbage bio

Par Isabelle Cabrit

Tourner la page du désherbage chimique est tout à fait possible, sans pour autant se laisser envahir par les mauvaises herbes ou passer des heures à les traquer.


Le désherbage bio

La prévention


La première action que mène le jardinier bio dans la lutte contre les mauvaises herbes, consiste à l'empêcher de pousser. Pour cela, il est nécessaire d'occuper l'espace libre de cultures. Deux solutions s'offrent à vous :

la culture d'engrais vert : le semis d'un engrais vert sur les planches libres du jardin, ne laisse pas de place pour les herbes sauvages.
La pratique du faux-semi permet également de limiter la quantité de mauvaises herbes stockées dans le sol, sous forme de graines, en favorisant leur germination. Il se fait avant les semis des cultures potagères. Dès l'apparition des plantules, supprimez-les d'un coup de râteau.
La terre est ainsi nettoyée et peut accueillir vos semis et plantations.



le paillage : en installant une couverture organique (paillis végétal : tontes de pelouse, feuilles mortes, paille...) ou inorganique (bâche, pierres...) sur le sol nu ou au pied des cultures, non seulement l'humidité est conservée, mais la croissance des adventices est considérablement ralentie, la lumière du soleil étant occultée ;

Biner et sarcler


Pour déloger les adventices annuelles ou bisannuelles, les mots d'ordre sont "sarcler" et "biner". Cela demande certes un peu de temps, mais si vous y consacrez juste quelques minutes, plusieurs jours par semaine au moment des périodes critiques (dès que les herbes pointent le bout de leur nez au printemps et lorsque le soleil se met à briller après une bonne averse), cela peut vous faire gagner du temps par la suite.
le binage permet de déloger les mauvaises herbes à faible enracinement (véronique, capselle, mercuriale, jeunes pousses d'adventices...). Il s'effectue avec une bineuse, outil composé d'un fer rectangulaire, fin et plat, et d'un manche long. Elle s'utilise par petits à coups, en soulevant la terre. Son gabarit permet une utilisation entre les rangs de légumes, au potager.
Il existe une série d'autres outils s'apparentant aux binettes : ce sont les sarcloirs, ratissoires et autres grattoirs dont les lames tranchent les racines à la surface du sol. À utiliser, soit en poussant soit en tirant, sur de très jeunes pousses de mauvaises herbes.
le sarclage intervient plus en profondeur et arrache les plantes aux racines un peu plus coriaces (laiterons, géranium sauvage, plantain...) ou bien installées. Il s'effectue généralement à l'aide d'une houe (ou sarclette).

Conseil : le binage et le sarclage se font, si possible, par temps chaud et sec ; les adventices arrachées peuvent alors sécher sur place sans risque de réenracinement.

L'arrachage manuel


Arracher les mauvaises herbes à la main est un travail fastidieux, voire douloureux. Aussi réservez-le pour des occasions précises, comme l'apparition de quelques pissenlits ou chiendents émergeant au milieu des allées ou des légumes. Procédez lorsque la terre est fraîche (après une pluie) ; une terre sèche ne libère pas ses herbes facilement. Munissez-vous d'une paire de gants ainsi que d'un outil à manche court permettant d'aller chercher les racines en profondeur, comme une gouge, un transplantoir, un couteau désherbeur ou une griffe. L'action précise de ces outils, permet d'extraire des vivaces à reproduction végétative (chiendent, liseron) sans en couper les rhizomes traçants, ce qui entraînerait leur multiplication.
Sur des surfaces plus grandes, faites appel à un outil à dents de type grelinette ou fourche bêche, pour soulever les racines sans les sectionner.

Le désherbeur thermique


L'utilisation du désherbeur thermique est un bon compromis entre le "chimique" et le "tout écolo". En effet, s'il n'utilise pas de produit chimique, il demande malgré tout à brûler du gaz. Dans la pratique, le désherbeur produit un choc thermique qui provoque l’éclatement des cellules de la plante, ce qui va l'affaiblir puis la tuer. Certaines plantes résistantes (les vivaces) demandent plusieurs interventions.

La manipulation est simple mais demande certaines précautions :
ne pas maintenir la flamme trop longtemps près du sol pour ne pas le réchauffer et provoquer la levée des graines en dormance ;
prendre garde à ne pas faire démarrer un feu, si la végétation aux alentours est très sèche.
Pour supprimer une rosette de mauvaises herbes dans une allée gravillonnée ou recouverte de dalles, vous pouvez utiliser le procédé de "choc thermique" en versant sur l'indésirable de l'eau chaude.

Désherber une grande surface


Lorsque vous démarrez un potager ou un jardin, il se peut que vous soyez amené à nettoyer un espace conséquent, envahi par les mauvaises herbes. Recouvrez l'espace en question d'une bâche ou de quelques épaisseurs de cartons et laissez en place durant une saison. Privée de lumière, l'herbe mourra petit à petit.

Sel et vinaigre


Il faut parfois rester critique face aux recettes "de grand-mère". L'utilisation de l'eau salée ou du vinaigre, a pour effet de brûler la plante, qui réapparaît un peu plus tard sous forme de nouvelles pousses. De plus, elle provoque la disparition des micro-organismes souterrains.

Conseil


Désherbez avant la montée en graines pour éviter leur propagation et si possible le matin pour que la mauvaise herbe ait le temps de sécher sur le sol durant la journée.

Quelques outils pour désherber





Pour partager l'article :

Fiches de Jardinage Bio autres articles :