Faire son terreau de feuilles

Par Isabelle Cabrit

« Les feuilles mortes se ramassent à la pelle »... Le ramassage des feuilles est souvent la corvée inévitable de l'automne. Pour être payé en retour de votre peine, pensez à composter votre butin pour en faire un bon terreau de feuilles « Maison ». C'est simple, gratuit et ça peut rapporter... de belles plantes !


Faire son terreau de feuilles

Pourquoi se lancer dans cette opération ?


Le terreau de feuilles a les mêmes propriétés que l'humus, issu de la décomposition des feuilles en forêt :
- il fournit des éléments minéraux assimilables, directement, par les plantes. Il contient, notamment, 0,5 à 0,8% d'azote (identique au fumier), 0,1 à 0,3% de phosphore et 0,1 à 0,7% de potasse* ;
?
- c'est un substrat souple, léger, qui retient l’humidité.

À demi mûr (au bout d'un an), le terreau de feuilles est plutôt acide. Il peut être utilisé comme paillis au jardin d'ornement (au pied des arbustes, dans les massifs de vivaces) et au potager (sur les planches libres en automne, dans la fraiseraie...), ou comme amendement, pour améliorer la structure de votre sol.
Lorsque le terreau de feuilles est bien mûr, au bout de 2 à 3 ans de maturation, ses qualités en font un très bon support de culture pour diverses opérations : semis, repiquage, bouturage, ou même comme substrat pour les plantes en pots, en mélange avec de la terre du jardin.

Ramasse-t-on toutes les feuilles ?


Toutes les feuilles peuvent être utilisées :
- les aiguilles de pins, si elles sont mélangées aux autres feuilles ;

- les plus coriaces, si vous les déchiquetez à l'aide de la tondeuse ou d'un broyeur à végétaux. Si vous les mélangez avec les autres, sans procéder à cette opération, elles mettront plus de temps à se décomposer et vous n'obtiendrez pas un terreau homogène ;

- Les feuilles malades.

Comment procéder ?


La réalisation d'un terreau de feuilles « maison » est simple :
1- Installez un silo : 4 piquets plantés dans le sol, de façon à former un carré, entourés d'un grillage, type grillage à poules, et le tour est joué.
Le silo permet de maintenir le tas de feuilles en place, mais n'est pas obligatoire.

2- Ramassez les feuilles. Procédez, si possible, lorsqu'elles sont humides (le lendemain d'une averse) ; cela vous économisera quelques arrosages.

Si vous n'avez pas assez de feuilles chez vous, vous aurez certainement un voisin ravi de se débarrasser des siennes. N'allez pas les chercher en forêt ; d'une part, le ramassage est très règlementé et, d'autre part, elles servent à la reconstitution de l’humus qui enrichit le sol en matières nutritives nécessaires aux arbres et arbustes.

3- Formez un tas sur l'herbe et passez la tondeuse dessus. Outre le fait que cela accélère la décomposition des feuilles coriaces, cette opération permet de mélanger de la matière azotée (l'herbe fraiche) à de la matière carbonée (les feuilles mortes) et de favoriser, ainsi, la formation du terreau.

4- Placez les feuilles tondues dans le silo et ajoutez une pelletée de terre, de compost ou de vieux terreau, afin d’ensemencer le tas par l'introduction de décomposeurs (microfaune et microorganismes divers : bactéries, champignons, vers...).

Quelques gestes d'entretien ?


Pour que la transformation des feuilles en terreau se fasse correctement, deux éléments sont essentiels : une bonne circulation de l'oxygène et la présence d'eau ; le tas doit être toujours un peu humide. C'est pour cela que vous aurez pris soin d’installer les feuilles à un endroit non couvert, mais avec un peu d'ombre (utile, notamment l'été). Si les pluies ne suffisent pas, arrosez-les, un peu, de temps en temps.
Au bout de quelques mois (au printemps suivant) retournez le tas, et ajoutez un peu d'azote (tontes fraiches, orties, purins...).
À l'automne, vous pourrez commencer à l'utiliser.


* « Compost et paillage au jardin », de Denis Pépin, éditions Terre Vivante.


Pour partager l'article :

Fiches de Jardinage Bio autres articles :