Binage et sarclage

Par Isabelle Cabrit

Biner et sarcler, voilà des gestes que le jardinier ne cesse d'effectuer, du printemps à l'automne, dans le potager ou au jardin d'ornement, entre les cultures, les plates-bandes fleuries ou aux pieds des arbres. Que ce soit pour désherber ou économiser l'eau, plusieurs outils sont disponibles. Faisons le point !


Binage et sarclage

Biner ou sarcler ?


Il existe une certaine confusion quant à la signification de ces deux verbes : sarcler et biner. Pourtant, il s'agit bien de deux actions différentes. Sarcler correspond à un travail d'arrachage des mauvaises herbes, à la main ou à l'aide d'un outil, en vue de nettoyer une portion de terrain.

Biner signifie, littéralement, retourner la terre une deuxième fois ; dans la pratique, cela veux dire ameublir la terre cultivée (donc déjà travaillée une première fois) pour l'aérer.
En binant le sol, le jardinier, par la même occasion, le nettoie de ses mauvaises herbes, superficiellement. C'est une des raisons qui explique l'amalgame fait entre binage et sarclage. Une autre vient du fait que certains outils, comme la binette par exemple, sont utilisés dans les deux cas.

Arracher
les mauvaises herbes


Pour arracher les adventices, le moyen le plus simple, le moins coûteux et le plus écologique, est de sarcler manuellement.Si, il est effectué régulièrement, ne laissant pas le temps aux mauvaises herbes de s'enraciner profondément, ce travail est relativement aisé... pourvu que vous soyez doté du bon outil !

Sarclage en profondeur :
Pour les plantes vivaces, aux racines plus ou moins pivotantes et bien installées (plantain, potentille rampante, géranium sauvage...) les outils les mieux adaptés sont :

- la houe (ou sarclette), outil composé d'une lame de métal, rectangle (13 cm de large et 20 cm de long environ) et épaisse, attachée en angle droit sur un manche en bois par une douille.

- la serfouette, dont la partie métallique se compose de deux fers : la langue (lame pointue, parfois remplacée par deux dents) et la panne (lame plate moins large que celle de la houe, 80 mm environ). C'est cette dernière qui est utilisée pour sarcler.

Certaines plantes, aux rhizomes traçants bien enracinés, ont la fâcheuse tendance à se multiplier dès qu'on les sectionne. C'est le cas notamment du chiendent, du liseron ou bien encore de l'ortie. Préférez dans ces cas là, la fourche bêche, la grelinette voire le croc, pour les soulever, sans les couper.


Sarclage de surface :
Pour déraciner les plantes annuelles ou les jeunes pousses au système racinaire fragile, la binette suffit. Plus légère que la houe ou que la serfouette, elle est plus maniable, mais moins solide. Le fer plat est plus ou moins large (modèle standard :135 mm), fin et court (10 mm environ). Il est relié au manche par un col de cygne, ce qui facilite la pénétration de la lame dans le sol. Ses dimensions sont adaptées à un travail entre les rangs serrés de légumes.
Depuis la création (ancienne) de la binette, d'autres types d'outils ont vu le jour, pour sarcler en surface. Sous des appellations différentes, se cachent en réalité des binettes améliorées : les sarcloirs à tirer, à pousser, à lame oscillante, les ratissoires, les grattoirs, le cultivateur à roue…

Conseil :
Pour être efficace, sarclez le matin, par temps chaud et sec ; les racines des adventices arrachées ont toute la journée pour sécher au soleil et mourir. Vous pouvez les laisser sur place ; elles serviront de paillis et nourriront le sol en se décomposant.


Un binage vaut deux arrosages


Tout jardinier connaît cet adage, mais ne prend pas toujours le temps de l'appliquer. Et pourtant, voilà un geste qui, s'il est bien effectué, peut vous permettre de faire de réelles économies d'eau et vous faire gagner du temps.

- La première action du binage consiste à briser la croûte de terre qui peut se former à la surface du sol, sous l'action des averses et du soleil. En ameublissant ainsi la couche superficielle, la circulation de l'air et de l'eau s'y trouve améliorée et les plantes peuvent mieux en disposer.- La deuxième action est la rupture des petits canaux souterrains qui permettent la remontée à la surface, de l'eau stockée en profondeur. Si l'hiver, il n'est pas souhaitable d'avoir un terrain gorgé d'eau, durant l'été, il en va autrement. En cassant ses conduits naturels, vous préservez l'humidité de la terre.

Dans la pratique :
Le binage est un travail superficiel de la terre qui se pratique à l'aide de la binette. Elle se manipule en tirant vers soi, par petits à-coups, pour soulever la terre. La légèreté de l'outil et le tranchant affûté de sa lame facilitent le travail.

Conseil :
Effectuez un binage, deux ou trois jours après une averse ou un bon arrosage, lorsque le sol est ressuyé (plus régulièrement durant la période estivale).


Pour partager l'article :

Fiches de Jardinage Bio autres articles :