Le charançon rouge


Le charançon rouge
Description
Le charançon rouge (Rhynchophorus ferrugineus) est un coléoptère invasif venu tout droit d'Asie, faisant partie de la famille des Curculionoideae. Mesurant 4 cm de longueur, ce bel insecte de couleur rouge aux élytres rayés de brun, possède 6 pattes et une tête pourvue d'un rostre lui permettant de creuser le bois tendre. La face inférieure de l'animal est complètement brune à noire. Sa larve, au corps trapu blanc crème de 5 cm de longueur, présente une tête brune brillante.

Dégâts causés au jardin
Le charançon rouge pond dans les stipes de certains palmiers dont les Phoenix canariensis, Chamaerops humilis, Phoenix dactylifera, Trachycarpus fortunei, Washingtonia... Ses larves dévorent alors le palmier de l'intérieur. Une fois les premiers symptômes détectés, il est généralement trop tard pour le sauver. La couronne s'affaisse, les palmes brunissent et un liquide brun malodorant s'échappe parfois. Le palmier est perdu et risque d'être une source de contamination pour tous ceux environnants.

Comment l'éloigner du jardin ?
Il n'est nullement question de simplement éloigner cet insecte considéré comme nuisible du jardin car il fait l'objet depuis le 22 juillet 2010, d'un arrêté ministériel qui oblige à son éradication. Des mesures de surveillance et de destruction doivent être scrupuleusement respectées pour stopper sa prolifération et sauver les palmiers.
Outre les dispositifs prévus, en zone infestée, vous pourrez surveiller la base des palmes chaque semaine pour détecter la présence de petits tas de sciure ou de cocons qui pourraient témoigner d'une attaque. En parallèle, les pièges à phéromones sont très efficaces pour capturer les mâles. Ils seront placés de mars à novembre.
Il est possible de traiter à base de Steinernema carpocapsae, des nématodes capables de détruire les larves. Il suffira alors de pulvériser très régulièrement la couronne, le cœur et la base des palmes. Autre solution, inoculer le champignon Beauveria Bassiana qui s'attaque lui aussi aux larves.


Pour partager l'article :

La faune au jardin autres articles :